Université d’Ottawa

Le racisme, «historiquement inscrit dans nos institutions»

Comme le démontre le débat* qui fait rage depuis quelques jours, la question du racisme est toujours sensible en Ontario. Même si le sujet est de plus en plus abordé, notamment grâce à des mouvements comme Black Lives Matter, plusieurs constatent que le racisme est toujours présent à différents niveaux dans la société.

_______________________

Gabrielle Beaupré — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

» Voir l'article

Fété Ngira-Batware Kimpiobi : «La communauté noire doit se défaire des chaînes de son passé»

Plusieurs événements récents ont mis en lumière à quel point le racisme est toujours présent dans les sociétés occidentales, malgré que la situation se soit améliorée au cours des dernières décennies. D’après Fété Ngira-Batware Kimpiobi et Ketcia Peters, qui travaillent toutes deux à l’amélioration des conditions de vie socioéconomiques des communautés noires au Canada, les blessures du passé coulent encore dans les veines de la communauté noire franco-ontarienne.

_______________________

Gabrielle Beaupré — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

» Voir l'article

Un nouveau baccalauréat à l’UOttawa pour gourmets… anglophones

Un nouveau baccalauréat spécialisé en sciences intégrées des aliments, d’une durée de trois ans et orchestré en partenariat avec l’institut Le Cordon Bleu International, est désormais offert à l’Université d’Ottawa (UOttawa). Il s’agit de la première université canadienne à accueillir une école Cordon Bleu. La COVID-19 force toutefois le report du début des cours en anglais à septembre 2021, alors que les francophones devront attendront jusqu’en 2022.

_______________________

André Magny — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

» Voir l'article

Parler de ses émotions en français est un besoin vital

Article 2/2 de la série

Aller voir un médecin anglophone lorsqu’on est francophone peut être rebutant. Comment décrire une douleur «pas tout à fait à l’estomac, plus diffuse, avec des crampes» lorsque son anglais est sommaire? Parler de ses sentiments ou de ses angoisses est encore plus ardu. C’est pourtant le lot des Insulaires francophones qui ont des problèmes de santé mentale.

_______________

Laurent Rigaux

» Voir l'article
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article