Louise Bouchard

Parler de ses émotions en français est un besoin vital

Article 2/2 de la série

Aller voir un médecin anglophone lorsqu’on est francophone peut être rebutant. Comment décrire une douleur «pas tout à fait à l’estomac, plus diffuse, avec des crampes» lorsque son anglais est sommaire? Parler de ses sentiments ou de ses angoisses est encore plus ardu. C’est pourtant le lot des Insulaires francophones qui ont des problèmes de santé mentale.

_______________

Laurent Rigaux

» Voir l'article
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article