Érosion

La confiance des Canadiens dans la vaccination s’érode

Des chercheurs de l’Université de Sherbrooke réalisent depuis plusieurs mois, avec des universitaires d’autres pays, une vaste étude sur «l’influence des stratégies de communication et des discours dans les médias sur la réponse psychologique et comportementale des populations face à la COVID-19». Leurs derniers résultats montrent une tendance inquiétante en ce qui concerne la confiance envers les vaccins.

________________

Laurent Rigaux

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

» Voir l'article

Tuktoyaktuk s’accroche à ses terres

Depuis les années 80, la communauté de Tuktoyaktuk aux Territoires du Nord-Ouest doit composer avec le problème de l’érosion qui, petit à petit, élimine une plus grande partie de son littoral. Au fil des années, diverses solutions ont été tentées pour ralentir le phénomène, mais force est de constater que le temps continue de faire son œuvre et que l’urgence d’agir est bien réelle. 
_______
Karine Lavoie
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

» Voir l'article

Des drones pour mesurer l’érosion

Les scientifiques de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard (UPEI) ont commencé, début juin, leur campagne annuelle de mesure de l’érosion. Depuis quelques années, les barres d’acier et mètres-rubans ont cédé la place aux drones pour surveiller le grignotage de la côte.

________________

Laurent Rigaux

Initiative de journalisme local  − APF – Atlantique

» Voir l'article

Les Prince-Édouardiens veulent rester à flot

Sur la côte de l’Île-du-Prince-Edouard (Î-P-É), la mer fait peu à peu son oeuvre. Elle grignote inexorablement le littoral, un pied par an en moyenne depuis 1968. Alors que le changement climatique amplifie le phénomène, les habitants prennent les devants.

» Voir l'article

L’Île-du-Prince-Édouard assiégée par l’érosion

Entre 1968 à 2010, la taille de l’île et province de l’Île-du-Prince-Édouard a diminué de 20 kilomètres carrés, soit l’équivalent du territoire de sa capitale, Charlottetown. Au rythme actuel, il faudrait 10 000 ans pour que l’Île soit rayée de la carte. Sauf que le phénomène s’accélère. Le point sur les conséquences de cette menace, aujourd’hui et pour l’avenir.

» Voir l'article
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article