IJL - Ouest

Vaccination contre la grippe saisonnière, pandémie oblige?

La saison de la vaccination contre la grippe est enclenchée dans les trois provinces de l’Ouest canadien. Les vaccins sont disponibles pour tous dans les bureaux de médecins, les cliniques et les pharmacies. Étant donné que la COVID-19 et l’influenza présentent des symptômes similaires, les autorités de santé publique recommandent la vaccination pour tous, surtout cette année, pour éviter la confusion des symptômes.

Alyson Roussel

Initiative de journalisme local – APF – Ouest

Selon un rapport sur les déterminants de la non-vaccination contre la grippe saisonnière publié sur le site internet de Statistique Canada, il est recommandé que tous les Canadiens de six mois et plus soient vaccinés chaque année contre la grippe. «Il est doublement important de se faire vacciner cette année», insiste le directeur général du Réseau santé albertain, Paul Denis.

Il ajoute que les personnes âgées et les personnes ayant un système immunitaire affaibli ne devraient pas hésiter à recevoir l’injection. De son côté, le directeur médical du Centre des maladies infectieuses de Vancouver et le président de RésoSanté Colombie-Britannique, Brian Conway, cible tous les individus.

«Dans le contexte de la pandémie de la COVID-19, c’est très important que tout le monde qui peut recevoir [le vaccin] choisisse de le recevoir», affirme-t-il.

Les avantages de se faire vacciner

Chaque année au pays, Statistique Canada dénombre en moyenne 3500 décès en raison de la grippe saisonnière. Selon M. Conway, il y a deux raisons de se faire administrer le vaccin antigrippal. La première est d’«éliminer la grippe comme comorbidité pendant la saison hivernale», dit-il. Une comorbidité correspond à la présence d’une ou de plusieurs maladies en plus d’une première maladie chronique.

Par exemple, en 2011, la grippe et la pneumonie jumelées représentaient la huitième cause de décès au Canada selon Statistique Canada.

La deuxième raison, poursuit Brian Conway, est d’«aider à réduire la confusion qu’il pourrait y avoir entre la grippe et les infections à la COVID-19 qui risquent de se ressembler sur un plan clinique».

La directrice générale du Réseau Santé en français de la Saskatchewan, Frédérique Beaudemont, prévient. «La vaccination est une chose importante quoi qu’il en soit, explique-t-elle, surtout pour les plus de 60 ans.»

Confusion entre grippe et COVID-19

Pour la préposée à l’hôpital de Cold Lake en Alberta, Jessica Roy, il est primordial de distinguer l’influenza de la COVID-19 grâce au vaccin, «sinon, on peut faire empirer la vague», dit-elle. La préposée est  inquiète également de l’afflux des cas de grippe aux urgences en temps de pandémie.

«Chaque année, sans la COVID-19, les gens se présentent aux urgences parce qu’ils ont des symptômes d’influenza. J’ai peur que ça empire les choses. Les gens vont se présenter à l’urgence sans penser à s’isoler», s’inquiète Mme Roy.

La préposée de Cold Lake remarque déjà des risques de transmission de la SARs-CoV-2, autre appellation donnée par le milieu de la santé à la COVID-19.

«Les gens viennent à l’urgence et disent “J’ai été testé pour la COVID-19 il y a deux jours, je n’ai pas encore mes résultats, mais j’ai encore des symptômes”, en pensant que ça va régler le problème», dit-elle.

Que dit-on aux sceptiques?

Les vaccins sont toujours source de discussion au pays alors qu’on jongle avec les opinions des sceptiques et des convaincus. Le directeur général du Réseau santé albertain nous demande «d’écouter les rapports des experts». Mais que disent-ils ? Le site de Statistique Canada explique que la vaccination antigrippale a «une efficacité parfois limitée», mais qu’elle «demeure le meilleur moyen de prévenir la grippe». Le vaccin contre la grippe saisonnière en est un qui est adapté aux changements sur une base annuelle, nous apprend M. Conway.

«On adapte le vaccin en considération des souches de la grippe dont on prévoit la circulation dans la province et au pays», déclare-t-il.

Jessica Roy demande de faire confiance à la recherche.

«Même si le vaccin n’est pas toujours efficace, c’est bon de se faire vacciner pour faire avancer les choses. C’est bon pour les chiffres et c’est bon pour la recherche pour améliorer le vaccin», pense-t-elle.

-30-

Bas de vignettes

Le directeur général du Réseau santé albertain, Paul Denis. (photo : Réseau santé albertain)

Le directeur médical du Centre des maladies infectieuses de Vancouver et le président de RésoSanté Colombie-Britannique, Brian Conway. (photo : Centre des maladies infectueuses de Vancouver)

La préposée à l’hôpital de Cold Lake en Alberta, Jessica Roy. (photo : Hôpital de Cold Lake)

Les experts recommandent la vaccination contre la grippe. (photo : Alyson Roussel)

-30-

  • Nombre de fichiers 5
  • Date de création 23 octobre, 2020
  • Dernière mise à jour 23 octobre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article