Vaccin contre la COVID-19 : la distribution entamée en Nouvelle-Écosse

Le vaccin tant attendu contre la COVID-19 est finalement arrivé en Nouvelle-Écosse le 15 décembre. Comme prévu, il s'agit exactement de 1950 doses du vaccin de Pfizer-BioNtech. La première clinique de vaccination s'est mise en action le 16 décembre, dès le lendemain de l’arrivée des premiers vaccins.

____________________

Sylvie Colomb

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

Selon un communiqué du gouvernement provincial, les premières doses du vaccin seront administrées à Halifax «étant donné les conditions strictes de transports et de manutention et d'entreposage». En fait, les seules installations capables de conserver les vaccins à très basses températures en Nouvelle-Écosse sont à Halifax. Le premier ministre Stephen McNeil a indiqué que toute personne identifiée dans la catégorie prioritaire sera transportée à Halifax pour recevoir le vaccin.

La priorité pour la distribution sera le personnel de la santé de première ligne ainsi que les personnes les plus vulnérables.

D'ici la fin du mois de décembre, on vaccinera les personnes qui travaillent dans des secteurs à risque, comme avec les patients atteints de la COVID-19 dans les hôpitaux, dans les services d'urgences, dans les unités de soins intensifs, dans l'unité des naissances à l'hôpital IWK d'Halifax ainsi que dans les unités régionales de soins.

Aussi inclus dans ce groupe prioritaire pour décembre est le personnel de soins de longue durée qui procure des soins directement aux patients, incluant les aidants désignés.

Selon la Province, de petits lots de vaccins seront reçus chaque semaine d'ici la fin mars, pour un total de 150 000 doses. Ce n'est qu'alors que les quantités augmenteront de façon substantielle et qu'on pourra procéder à une vaccination de masse.

D'ici là, et à compter de janvier, les efforts d'immunisation seront concentrés envers les autres travailleurs de première ligne œuvrant étroitement aux soins liés à à la COVID-19, les résidents et le personnel des établissements de longue durée, et enfin les personnes âgées, en commençant avec celle de 80 ans et plus, puis de 75 ans et plus, pour terminer avec celles de 70 ans et plus.

Le médecin-hygiéniste en chef de la province, le Dr Robert Strang, a précisé dans le communiqué que le choix des priorités pour la vaccination s'est fait en déterminant ce qui serait la plus utile dans le système de santé et dans les collectivités, compte tenu du nombre limité de doses à la disposition de la province. «À mesure que les stocks de vaccins augmenteront au printemps et durant les mois d’été, nous pourrons élargir graduellement notre programme de vaccination en fonction des priorités», explique-t-il.

Pour cette deuxième phase de vaccination, le gouvernement travaillera avec les associations professionnelles Doctors Nova Scotia et Pharmacy Association of Nova Scotia.

Le Canada devrait, dans un premier temps, recevoir 249 000 doses de ce vaccin développé par les laboratoires Pfizer et BioNTech. Les deux concepteurs affirment que le vaccin BNT162b2, de son petit nom, est efficace à 95 %, à compter de sept jours après la prise de la deuxième dose qui doit être administrée 21 jours après la première.

Selon une étude du New England Journal of Medicine, le vaccin est efficace à 52 % uniquement avec la première dose.

Ce vaccin semble également provoquer peu d’effets secondaires à part de la fatigue et des maux de tête. Cependant, il est impossible, pour l’instant, de conclure sur l'efficacité du vaccin sur les formes aiguës de la maladie ni sur la durée de protection. Le directeur du laboratoire BioNTech, Ugur Sahin, a déclaré toutefois que «de manière raisonnable, je dirais que le vaccin protégera au moins un an, voire beaucoup plus».

L'enjeu logistique de taille de ce premier vaccin est qu'il doit être conservé à très basse température, moins 70 degrés Celsius. Le vaccin n'est évidemment pas injecté à moins 70 degrés au patient; il est décongelé avant l’injection et peut se maintenir au maximum cinq jours dans un réfrigérateur.

Les deux compagnies Pfizer et BioNTech devraient produire 50 millions de doses vaccinales d'ici la fin 2020 et plus de 1,3 milliard d’ici la fin de 2021.

BioNTech travaille déjà sur un vaccin de deuxième génération qui pourrait se conserver à des températures moins basses ou permettrait un stockage plus long au réfrigérateur.

Le vaccin du laboratoire Moderna dont la Nouvelle-Écosse espère également recevoir des doses ce mois-ci dès qu’il sera approuvé par Santé Canada, doit être entreposé à moins 20 degrés Celsius, comme de nombreux autres vaccins, et peut se conserver 30 jours dans un réfrigérateur, ce qui devrait poser moins de problème logistique et en faire un bon candidat pour la vaccination en régions.

D’autres laboratoires sont également proches de finir les études nécessaires à une homologation de leurs vaccins respectifs et s’attendent à les mettre sur le marché au courant de 2021. Des études supplémentaires seront nécessaires pour évaluer la compatibilité ou l’innocuité de ces différents vaccins entre eux. La plupart des experts médicaux espèrent un retour à la normale au courant de l’hiver 2021-2022 grâce à ces différents vaccins, il faudra donc encore s’armer de patience et continuer à appliquer les recommandations de santé publique d’ici-là.

-30-

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 16 décembre, 2020
  • Dernière mise à jour 16 décembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article