Une juge et arbitre de calibre international

Nicole LeBlanc-Richard a vécu l’évolution du patinage artistique aux premières loges

________________

Normand Léger

Initiative de journalisme local - APF - Atlantique

Le patinage artistique évolue rapidement et les prestations des patineuses et patineurs d’aujourd’hui sont bien différentes de celles d’il y a cinq ans. Les mouvements et les réactions à la musique sont étonnants et personne ne peut prédire ce que nous réservent les concurrents dans cinq ans

Nicole LeBlanc-Richard, de Dieppe, a assisté à l’évolution incroyable de ce sport au fil des ans, elle qui a patiné dans sa jeunesse et qui a ensuite consacré son temps et son énergie comme juge et arbitre dans le sport qui attire l’attention de millions de partisans.

Elle est certifiée juge et arbitre de patinage artistique de niveau international, ce qui lui permet de faire son travail les de Jeux olympiques, de championnats mondiaux en plus des compétitions internationales et domestiques. Elle est qualifiée pour juger les compétiteurs des catégories simple, couple et danse. Elle dit s’être liée d’amitié avec des gens de partout dans le monde en raison de ce travail et que chaque personne aime se voir de temps à autre à un endroit dans le monde. Elle a la chance de vivre les moments excitants de ces compétitions assises aux premières loges.

Notre globetrotteuse était à Séoul, en Corée du Sud, au début février pour le Championnat des quatre continents. Comme arbitre, elle a dû faire un rapport sur le travail des juges à cette compétition. Elle a vécu avant nous les mesures prises pour empêcher la COVID-19 de se propager. « Le coronavirus était déjà présent en Asie et j’étais impressionnée des mesures préventives en place à l’aréna et à l’hôtel, a souligné LeBlanc-Richard. On prenait toujours notre température à l’entrée des bâtiments. »

Nicole LeBlanc-Richard a patiné pendant environ 8 saisons, de 8 à 16 ans, et faisait son chemin dans la province. Elle s’est intéressée à devenir juge vers l’âge de 16 ans. « Je voyais que ma carrière de patineuse arrivait à sa fin et mes études exigeaient plus de temps, a-t-elle poursuivi. J’ai commencé par des compétitions locales et au fil des ans, j’ai monté l’échelle. Il y a plus de 35 ans que je suis une officielle de ce sport. C’est toujours motivant parce que le sport évolue tellement rapidement. Le sport aujourd’hui est bien différent qu’il y a cinq ou dix ans. On a des athlètes incroyables qui nous étonnent. Le niveau de difficulté augmente régulièrement. Comme juge et arbitre, il faut se tenir au courant des derniers développements. Il faut suivre un séminaire de trois jours chaque année pour chaque discipline et aussi bien connaître les modifications aux devis techniques. Il y a aussi des évaluations des juges qui se font à chaque compétition. Chaque juge est évalué selon l’application des techniques. »

Le patinage artistique avait connu des bas, il y a des années, en raison de la partisanerie présumée de certaines juges. « Le sport a beaucoup évolué et le travail des juges est plus constant, a ajouté LeBlanc-Richard. Il y a neuf juges et le pointage le plus élevé et celui plus bas sont éliminés du calcul final. Il y a cinq composantes qui sont évaluées et c’est impossible d’avoir une influence externe aujourd’hui. Les juges sont tous compétents et évaluent à leur juste valeur les prestations des athlètes. »

Nicole LeBlanc-Richard garde en mémoire deux prestations de Canadiens lors des compétitions internationales. « Aux championnats du monde en 2017, tenus à Helsinki, j’ai été témoin de la prestation de Scott Moir et Tessa Virtue en danse alors qu’ils ont remporté le titre mondial. J’ai aussi vu, aux Jeux olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud, en 2018, la prestation de Keatlyn Osmond qui avait terminé troisième dans un groupe très compétitif et qui avait très bien représenté le Canada. »

Moir et Virtue ont patiné ensemble pendant 20 ans avant d’annoncer leur retrait de la compétition l’an dernier. Il s’agit du couple de danse sur glace le plus durable de l’histoire du Canada. Virtue et Moir sont les détenteurs du record du monde pour la danse originale. Ils sont  les patineurs en danse sur glace canadiens les plus médaillés de tous les temps et les patineurs artistiques les plus décorés aux Jeux olympiques de tous les temps.

Comme juge, Nicole LeBlanc-Richard ressent une fierté lorsqu’un athlète canadien se présente sur la glace, mais elle dit ne pas être influencée par la citoyenneté du patineur. « On doit être juste envers tous les athlètes qui consacrent des heures et des heures d’entraînement pour se rendre à ce niveau, a-t-elle indiqué. On ressent un peu de nervosité, mais il faut bien marquer les patineurs selon les règlements techniques. »

Que ce soit la compétition en simple, couple ou en danse, la juge de Dieppe n’a pas de préférence. Elle est plus souvent en demande lors des compétitions en danse en raison du nombre de juges plus restreint pour cette discipline. Elle a été juge et arbitre à tous les niveaux : local, régional, défis, national et international. Elle apprécie les championnats olympiques et mondiaux ainsi que le Grand Prix. Elle dit que c’est un honneur et un privilège de pouvoir être présente pour ces compétitions.

Les voyages internationaux ont marqué Nicole LeBlanc-Richard. « Je passe d’habitude mon temps à l’hôtel et à l’aréna, mais je prends un moment ou deux pour visiter un peu la région, a-t-elle ajouté. On est quand même très occupé à notre tâche. J’ai de bons souvenirs de ces visites. »

Nicole LeBlanc-Richard et Alcide Richard sont les parents de trois enfants sportifs. Chloé Richard a été athlète en patinage artistique pendant 12 ans et Simon Richard a participé aux Jeux paralympiques en goalball. Il est aussi membre de l’équipe canadienne de hockey sur glace pour aveugles. Remy a joué au hockey. Elle indique avoir assisté à bien des compétitions et parties de ses enfants. Maintenant qu’ils sont des adultes, elle a plus de temps à dévouer à son deuxième travail comme juge et arbitre au patinage artistique.

La compétition amicale entre elle et son fils Simon pour être le premier à participer aux Jeux olympiques a été remportée par le fils. Cependant, elle n’a pas tardé à réaliser son rêve d’y participer.

-30-

Photos : Nicole LeBlanc-Richard aux premières loges des Jeux olympiques. (Courtoisie, Nicole LeBlanc-Richard)

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 6 avril, 2020
  • Dernière mise à jour 6 avril, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article