Une chercheuse en médecine des populations et une influenceuse sur les réseaux sociaux nommées « femmes inuites » de l’année

Le 11 février 2021, Pauktuutit Inuit Women of Canada a récompensé deux femmes inuites pour leurs actions respectives en faveur de la communauté inuite. Sharon Edmunds remporte le prix de sa catégorie pour ses recherches autour de la sécurité alimentaire dans le Nord et Annie Buscemi, influenceuse, pour la mise en ligne de ses contenus préventifs contre le suicide sur les réseaux sociaux.
_____
Marine Lobrieau
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

Dans la catégorie des plus de 36 ans, c’est Sharon Edmunds qui décroche le prix pour son travail scientifique sur le thème de la sécurité alimentaire dans le Nord. Future docteure en médecine des populations, elle cible ses recherches sur le parasite Trichinella et son impact sur les humains.

Sharon Edmunds a participé à l’institution d’un test préventif pour vérifier la nourriture traditionnelle des Inuits avant sa consommation. Ce ver est à l’origine de contamination importante dans le Nord du Canada, il est présent dans la viande de morse et d’ours. La consommation de ces viandes fait partie du mode de vie inuit. Seulement, en cas de mauvaise cuisson de la viande, l’humain s’expose à cette maladie infectieuse qui peut entraîner dans les cas les plus graves la mort.

Celle qui souhaite « doter les Inuits de connaissance sur le parasite et l’existence de ce test préventif » regrette que cette maladie infectieuse ne soit pas assez reconnue et étudiée. Originaire du Nunatsiavut, ses recherches participent activement à assurer une sécurité alimentaire dans la province.

Une action différente mais tout aussi actuelle est celle menée de front par Annie Buscemi : la prévention du suicide auprès des communautés inuites. Elle remporte quant à elle le prix de la Jeune femme Inuk de l’année.

C’est en 2020 que la militante crée sur les réseaux sociaux sa chaîne Ullaakkut dans laquelle elle publie quotidiennement sous forme de vidéos des « raisons de rester en vie aujourd'hui ». Elle y énumère des pans de la culture inuite en guise de célébration de la vie.

Annie Buscemi se dit alertée par le déclin du mode de vie inuit, elle qui souhaiterait le faire revivre. « Je connais de jeunes inuits qui connaissent de vrais problèmes d’identité, alors j’aime souligner les aspects uniques de notre culture dans lesquels nous pouvons puiser de la force », déclare-t-elle. Sa communauté virtuelle réunit aujourd’hui près de 9 000 abonnés sur Instagram, elle publie également sur le réseau Tik Tok.

Célébrer la femme, la culture inuite et l’entreprenariat

Chaque année, Pauktuutit invite les membres de la communauté à inscrire des personnalités féminines influentes pour récompenser leurs actions. La remise des prix permet de mettre en lumière ces personnalités et leurs projets. Ce « projecteur » braqué sur leurs personnalités permet de sensibiliser le public aux enjeux sociétaux de la communauté inuite mais aussi de célébrer l’entreprenariat féminin, « ces prix soulignent et célèbrent les plus belles qualités des femmes inuits, déclare Rebecca Kudloo, présidente de l’association PIWC. Après une année si difficile, nos communautés avaient plus que jamais besoin d’exemples de force et de résilience. Nous les avons trouvés dans le leadership motivant et les réalisations inspirantes de ces deux femmes ».

-30-

Photo 1
Crédit : Ullaakut sur Tik Tok
Légende
Annie Buscemi remporte le prix de la Jeune femme Inuk de l’année pour son contenu de sensibilisation au suicide sur les réseaux sociaux.

Photo 2
Crédit : Pauktuutit Inuit Women of Canada
Légende
Sharon Edmunds remporte le prix Femme Inuk de l’année dans la catégorie des plus de 36 ans pour ses recherches scientifiques sur la sécurité alimentaire dans le Nord.

  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 8 mars, 2021
  • Dernière mise à jour 8 mars, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article