Une bibliothèque qui met à l’honneur la francophonie des Amériques

Connaissez-vous la Bibliothèque des Amériques? L’initiative permet à tout résident du continent d’emprunter des ouvrages francophones. Plus de 15 000 livres sont disponibles. L’Acadie y est bien représentée.

________________

Laurent Rigaux

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

La Bibliothèque des Amériques a été créée en 2014 par le Centre de la francophonie des Amériques, basé à Québec. Elle est financée par le Secrétariat du Québec aux relations canadiennes. «C’est une vraie bibliothèque, qui reflète toute la diversité de la littérature francophone», explique sa coordinatrice, Aleksandra Grzybowska. Selon la responsable, c’est la seule bibliothèque numérique offerte aux lecteurs francophones des Amériques, ce qui est son «point fort». Autre intérêt : elle est gratuite.

Qu’on soit à Wellington ou à Ushuaia, devenir membre (là aussi gratuitement) du Centre de la francophonie des Amériques suffit. Seules conditions : disposer d’un appareil de lecture (ordinateur, téléphone, tablette ou liseuse) et résider dans les Amériques. Aleksandra Grzybowska affirme que l’ambition de toucher tout un continent n’est «pas théorique» : «On échange avec nos lecteurs au Brésil. J’ai encore discuté aujourd’hui avec un lecteur au Yukon qui cherchait un livre.»

Environ 51 000 personnes se sont inscrites depuis la création du site. Aleksandra Grzybowska ajoute que beaucoup des membres de la bibliothèque sont des étudiants, ou des enseignants de français, qui n’ont pas forcément une librairie ou une bibliothèque francophone au coin de la rue. Surtout, selon les mots de la coordinatrice, l'activité a «explosé» avec la pandémie. En avril 2020, il y a eu 471 % d’augmentation des prêts par rapport au même mois de l’année précédente. Et sur la période avril à septembre 2020, l’augmentation est de 270 %.

Ouvrages de toute la francophonie 

Pour le reste, le fonctionnement est similaire à une bibliothèque classique : un nombre limité de copies sont disponibles, et elles sont «chrono-dégradable». Autrement dit, vous avez trois semaines pour lire les livres, avant qu’ils ne s’effacent et retournent d’eux-mêmes au catalogue. Un des avantages du système, selon la responsable, est qu’il n’y a pas d’amende en cas de retard.

Au catalogue, pratiquement aucune traduction d’auteurs anglophones (à part quelques exceptions, telles qu’Anne et la maison aux pignons verts). On trouve des livres «pour monsieur ou madame Tout-le-Monde», qui  illustrent «la diversité de la littérature francophone». Albums pratiques, de cuisine, de sport, des sagas familiales, historiques, des romans policiers et même des livres spécialisés sur la francophonie et l’état des lieux des communautés en Amérique. Autrement dit, il y en a pour tous les goûts. Évidemment, la production québécoise est importante, mais Aleksandra Grzybowska souligne aussi la présence d’auteurs de Louisiane, du Maine ou du Massachusetts. Et surtout des Antilles, notamment d’Haïti.

Complémentaire du papier

La bibliothèque est d’ailleurs parrainée par Dany Laferrière, auteur canado-haïtien et premier écrivain de l’Amérique du Nord à être élu à l’Académie française. «On a aussi des auteurs de Guyane, de Guadeloupe ou de Martinique, ajoute la coordinatrice. Des classiques comme Patrick Chamoiseau, ou la relève, comme Alfred Alexandre.»

Cette initiative détourne-t-elle les lecteurs du papier? «Le numérique est complémentaire, assure la responsable. Si une personne a le choix, elle va peut-être préférer le livre physique. Mais dans les milieux minoritaires, la bibliothèque des Amériques est la seule.»

Outre son catalogue à emprunter, la Bibliothèque des Amériques offre un programme de médiation littéraire, avec des activités autour des livres, des rencontres, «pour briser l’isolement de nos francophones». Des portraits d’auteurs ou d’autrices sont proposés, de même que des sélections thématiques. Celle sur l’Acadie met en avant Herménégilde Chiasson, du Nouveau-Brunswick, ou encore Georgette LeBlanc, de la Nouvelle-Écosse.

Enfin, des livres audios sont disponibles, avec notamment des contes pour les enfants de trois à six ans, «qui mettent en avant les différents accents du français». Là aussi, l’Acadie fait bonne figure avec Diego l’escargot de Marie-France Comeau, originaire de la région Chaleurs dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Informations pratiques : www.bibliothequedesameriques.com. Pour devenir membre : www.francophoniedesameriques.com

-30-

PHOTOS : (incluant titre de la photo, légende et crédit du photographe ou courtoisie)

1-Aleksandra Grzybowska, coordinatrice de la Bibliothèque des Amériques, basée à Québec. (courtoisie)

2-La Bibliothèque des Amériques permet de découvrir gratuitement les auteurs et autrices francophones du continent américain. Plus de 15 000 livres sont disponibles (capture d’écran www.bibliothequedesameriques.com)

  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 15 février, 2021
  • Dernière mise à jour 15 février, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article