Une beauté inspirante

Laeticia Mwayuma, 26 ans, a été sélectionnée pour représenter la Saskatchewan au concours de beauté Miss World 2020. La jeune femme résidant à Prince Albert, originaire du Congo, ancienne réfugiée en Ouganda, s’accroche à son rêve tout en voulant servir d’exemple à tous les immigrants.

Lucas Pilleri

Initiative de journalisme local – APF - Ouest

« C’est comme un rêve qui se réalise. Quand j’étais enfant, je rêvais d’être une miss », confie Laeticia. Tout a commencé en ligne, en février dernier, lorsque la jeune femme envoie quelques photographies et informations, s’acquittant aussi des 45 dollars de frais d’inscription. « Je n’y croyais pas car tout s’est passé en ligne, poursuit-elle. Quand ils m’ont demandé de payer, je me suis demandé si c’était vrai. »

L’inscription n’était pas une arnaque. Après trois mois d’attente qui lui ont semblé interminables, la réponse tombe en avril : Laeticia est sélectionnée pour concourir aux côtés de soixante autres jeunes femmes sur la scène nationale. La rencontre, prévue pour juillet cette année, devra être reportée jusqu’à l’automne en raison de la pandémie. La gagnante représentera le Canada au prestigieux concours international Miss Monde.

Devenir un exemple

Née en République démocratique du Congo, arrivée au Canada en 2018 à Prince Albert, Laeticia n’a pas toujours connu des jours heureux. « Mon père est mort quand j’avais 3 ans. Sa famille nous a tout pris et nous a jetés, délaissés. Ça m’a beaucoup touchée et changée », confie-t-elle, encore ébranlée.

La famille de Laeticia s’est réfugiée en Ouganda de 2012 à 2018, fuyant l’insécurité du Congo. C’est là-bas que son intérêt pour le mannequinat démarre. « Il y avait un concours de beauté, j’avais été sélectionnée, raconte-t-elle, mais ils m’ont dit que je ne pouvais pas aller loin car je n’étais pas ougandaise. Alors, j’ai abandonné. Quand je suis venue ici, j’ai vérifié de suite si je pouvais participer en tant qu’immigrante ! »

Aujourd’hui, forte de son parcours, Laeticia souhaite devenir un exemple pour les immigrants. « Petite, je me suis toujours dit que je défendrais les gens contre l’injustice, dit-elle. Je veux utiliser cette voix pour raconter mon histoire, dire qu’il y a toujours de l’espoir et qu’il ne faut jamais abandonner. »

Fière d’avoir remporté la couronne provinciale, la jeune femme rêve désormais du trône national, démontrant par là même que tout est toujours possible. « Je veux montrer à tous les immigrants qu’ils ont une deuxième chance pour accomplir leurs rêves et ambitions. Rien ne t’en empêche parce que tu es immigrant. Même si tu as tout perdu dans la vie, il y a toujours de l’espoir », encourage-t-elle.

La beauté pour la bonne cause

« La beauté d’une femme va au-delà des regards : intelligence, confiance, équilibre, charité, charme… », souligne la lauréate. En utilisant sa voix, la jeune femme veut faire avancer son projet de bienfaisance centré sur les droits de l’homme et le combat contre l’injustice. « Je veux devenir un modèle pour les autres, être là pour parler des droits de l’homme, des droits de la femme, de ce que j’ai vécu quand j’étais enfant et défendre les gens contre les injustices », affirme-t-elle.

Pour ce faire, la résidente de Prince Albert est prête à aider les organismes à but non lucratif, les boutiques d’habillement, les restaurants et autres commerces via de la publicité et de la promotion sur les réseaux sociaux. Elle participera aussi à la récolte de dons pour la Fondation Rêves d’enfants. « Je vais voir comment je peux apporter mon soutien à ma communauté », dit-elle.

Déjà active sur Facebook, Instagram et Twitter, Laeticia lancera aussi un blogue pour raconter son histoire et décrire son projet. « C’est une façon pour moi d’augmenter l’interaction avec la communauté », raconte-t-elle. Car la miss aura besoin du soutien de ses pairs pour pouvoir payer les frais d’inscription qui s’élèvent à 2 800 dollars. « La communauté peut m’aider avec des dons, ou en aimant, commentant et partageant mes publications », explique-t-elle.

Fière d’être Fransaskoise

Arrivée il y a seulement deux ans à Prince Albert, Laeticia s’est pourtant très vite attachée à sa ville d’adoption. Depuis son installation, la jeune femme s’est impliquée dans divers organismes. Elle travaille comme coordinatrice et animatrice à l’Association des parents fransaskois et intervient à la Société canadienne-française de Prince Albert.

« Je suis fière de représenter Prince Albert. C’est une belle ville. Les gens sont vraiment gentils et accueillants. Ça me rend heureuse de faire la fierté de Prince Albert et de la Saskatchewan », déclare-t-elle avec émotion, reconnaissante de l’accueil qui lui a été réservé. « Ils m’ont accueillie avec tant d’amour. Ils m’ont acceptée comme je suis, moi qui suis immigrante. »

Si Laeticia n’a pas encore fait de mannequinat de façon professionnelle, elle espère bien faire partie des vingt premières au concours Miss World Canada : à la clef, des contrats de mannequinat. Le rêve de la jeune femme pourrait alors se poursuivre.

-30-

Pour retrouver Laeticia Mwayuma sur les réseaux sociaux : Laeticia Mwayuma sur Facebook, missprincealbertworld2020 sur Instagram et Lajoie Laeticia sur Twitter.

PHOTOS Crédits : Courtoisie

Photo 1

Laeticia Mwayuma rêve de devenir mannequin.

Photo 2

Installée à Prince Albert depuis 2018, Laeticia Mwayuma est originaire de la République démocratique du Congo.

  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 8 juin, 2020
  • Dernière mise à jour 8 juin, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article