Une année très satisfaisante pour le Centre de pédiatrie sociale Sud-Est

«Le Centre de pédiatrie sociale Sud-Est (CPSSE) a connu une année bien remplie et très satisfaisante», a déclaré la Dre Élaine Deschênes, présidente fondatrice, lors de l’assemblée générale annuelle virtuelle de l’organisme.

______________________

Claire Lanteigne

Initiative de journalisme local – APF - Atlantique

C’est avec enthousiasme qu’elle a présenté les réalisations de la dernière année. Le siège social du CPSSE est maintenant en place, grâce à un don du Village de Memramcook, qui a fait l’achat de la propriété au coût de 12 000 $. La municipalité a aussi absorbé la majorité des coûts opérationnels annuels et continuera à le faire. La municipalité a également  versé 10 000 $ pour les coûts de rénovations.

La municipalité de Bouctouche a offert l’espace commercial nécessaire pour opérer le point de service du CPSSE pour la région de Kent-Sud, ce qui représente une contribution annuelle estimée à 20 000 $. Dans Kent-Nord, la direction générale de la Coopérative Cartier à Richibucto offre un espace commercial pour opérer le point de service du CPSSE, une contribution annuelle de 10 000 $.

Depuis 2017, la Dre Deschênes occupe le premier poste de pédiatre sociale au Nouveau-Brunswick. Elle est également coordinatrice de l’implantation du mouvement de la pédiatrie sociale dans la province.

La mise en place du CPSSE, soit le premier centre de pédiatrie sociale en communauté au Nouveau-Brunswick, a été rendue possible grâce à l’aide des membres d’un comité de démarrage et en collaboration avec l’expertise et le soutien de la Fondation Dr Julien du Québec. Le CPSSE dessert les trois communautés principales identifiées par leur degré de vulnérabilité et de faisabilité dans le Sud-Est, soit Memramcook, Kent-Nord et Kent-Sud.

Une travailleuse sociale à temps plein a été embauchée à Memramcook pour oeuvrer avec les enfants en situation de vulnérabilité (et leur famille). Un deuxième poste de travailleuse sociale est situé dans Kent. Le ministère de l’Éducation a renouvelé le poste de travailleuse sociale à Memramcook pour une période d’un an.

«L’organisme a été fondé le 9 décembre dernier. «Les progrès se sont poursuivis et l’équipe continue d’ajouter des joueurs», explique la Dre Deschênes. Le CPSSE a été incorporé et a obtenu un numéro d’organisme de charité. Trois comités locaux et un comité de finances ont été mis en place. Le projet de recherche d’analyse des coûts et bénéfices sur 10 ans se poursuit par le Groupe de recherche interdisciplinaire sur la santé mentale des enfants et des jeunes (GRISMEJ) de l’Université de Moncton.

Objectifs pour 2020-2021

Pour l’année en cours, le CPSSE espère combler les 338 000 $ qui lui manque pour le budget opérationnel, avec l’appui de la communauté, des paliers gouvernementaux et du secteur privé.

De plus, dans Kent, l’organisme souhaite créer de nouveaux postes, soit de directeur général, adjointe administrative, médecin dédié à la pédiatrie sociale et d’un deuxième travailleur social à temps plein. On veut aussi solidifier les opérations des trois comités locaux à Memramcook, Kent-Nord et Kent-Sud.

«Nous voulons devenir le premier Centre de pédiatrie sociale en communauté au Nouveau-Brunswick accrédité par la Fondation Dr Julien et ainsi travailler de façon proactive au transfert des connaissances pour appuyer la création de nouveaux centres dans la province», ajoute la Dre Deschênes.

Le conseil d’administration est formé de Monica L. Barley, présidente; Roger Doucet, vice-président; Paul Lang, trésorier; Mariane Cullen, secrétaire et les directeurs et directrices : Paul Auffrey, Suzanne Gagnon, Jocelyne Léger-Nowlan, Marie-Yvette Souma et Gérard Belliveau.

Contexte au N.-B.

Plusieurs rapports et statistiques démontrent que de plus en plus d’enfants du N.-B. sont exposés à des situations qui compromettent leur développement global et ainsi, à long terme, à la prospérité de la province. Au N.-B., on estime à plus de 30 % le ratio de la population des enfants en situation de vulnérabilité qui n’accèdent pas aux différents services des réseaux de la santé et des services sociaux.

Le CPSSE cible cette même population en situation de vulnérabilité dans les régions rurales du Sud-Est du Nouveau-Brunswick. Le but est de consolider les assises de la jeunesse afin de les outiller à devenir des citoyens engagés dans l’avenir d’un Nouveau-Brunswick moderne et prospère.

Afin d’évaluer les impacts du CPSSE, un projet de recherche par la Chaire de recherche de l’Université de Moncton, soit le Groupe de recherche interdisciplinaire sur la santé mentale des enfants et des jeunes (GRISMEJ) est en cours depuis septembre 2017. Il s’échelonnera sur une période de 10 ans, représentant un investissement de plus de 500 000 $.

La pédiatrie sociale en chiffres

En date de juillet 2020, 83 enfants et 47 familles ont bénéficié de l’appui de l’équipe clinique du CPSSE, dont 50 enfants à Memramcook et 33 dans Kent. Vingt enfants ont moins de cinq ans et 63 enfants ont plus de cinq ans (dont cinq ont plus de 15 ans. Dans les six premiers mois de 2020, on a effectué 149 suivis d’enfants avec la pédiatre sociale. On compte 583 heures de suivis par les travailleuses sociales auprès des enfants et familles. On a bénéficié de cinq stagiaires, dont deux en travail social, un en médecine et deux en observation.

Depuis le début de 2020, 930 heures de bénévolat ont été accumulées et la page Facebook de l’organisme a reçu 516 «j’aime».

Plus de 2 000 $ ont été recueillis en 24 heures en mars 2020 pour alimenter les familles dans le besoin durant la pandémie. La Fondation communautaire de la Péninsule acadienne et ses fonds d’urgence COVID-19 ont octroyé 40 000 $ pour venir en aide aux enfants et aux familles dans le besoin durant la pandémie.

Une somme de 100 000 $ a été reçue sur trois ans pour un projet d’éducation des femmes enceintes par l’Agence de Santé publique du Canada.

-30-

Photo : Équipe clinique

Sur la photo, nous reconnaissons l’équipe clinique du Centre de pédiatrie sociale Sud-Est. De gauche à droite: Gabrielle Bissonnette, directrice des opérations; Jessica Hébert, travailleuse sociale; la Dre Élaine Deschênes, pédiatre sociale et Isabelle Cormier-Leblanc, travailleuse sociale. (Photo : Ben Champoux Photography)

 

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 5 octobre, 2020
  • Dernière mise à jour 7 octobre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article