Un nouveau départ pour le Club de ski d’Inuvik

Après une fermeture qui aura finalement duré deux ans pour le Club de ski d’Inuvik, l’organisme est de nouveau accessible pour la saison hivernale 2021. Bien que cette réouverture nécessite beaucoup de travail, elle fait le bonheur des adeptes de la glisse.
_______
Karine Lavoie
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

Depuis le 30 janvier 2021, il est de nouveau possible d’accéder aux sentiers du Club de ski d’Inuvik. En décembre 2018, l’organisme avait été dans l’obligation de cesser ses activités évoquant différents problèmes dont un manque de bénévoles, du vandalisme, du vol ainsi que des problèmes financiers.

Grâce à l’implication de nouvelles personnes au sein du conseil d’administration ainsi qu’à un travail important afin d’atténuer les dommages causés par cette fermeture, le Club est à nouveau fonctionnel. Bien que cette saison s’annonce différente puisqu’elle ne propose pas de programmation formelle, les membres de la direction ainsi que les utilisateurs démontrent de l’enthousiasme face à ce grand retour sur les pistes.

L’implication des membres de la communauté pour le bon fonctionnement et la continuité du Club est primordial. Cet aspect a représenté un enjeu majeur dans la décision de mettre fin aux activités du Club en 2018 et continue d’être un défi important pour les membres de l’organisation : « Il y a beaucoup de travail à faire pour faire fonctionner un Club de ski et des bénévoles dévoués seront un élément-clé de son succès continu », indique d’entrée de jeu Carolyn Hunter, présidente du Club de Ski d’Inuvik qui effectue un retour sur ce qui a poussé à la fermeture du Club.

Une grande charge de travail

Le conseil d’administration du Club de ski d’Inuvik compte actuellement six personnes ainsi que deux autres membres qui participent à l’entretien. Le fait que le Club n’ait pas été opérationnel durant une période de deux ans apporte du travail supplémentaire à l’équipe : « Une fois que quelque chose n’est pas entretenu, plus de travail est nécessaire pour le remettre en bon état de fonctionnement. Ceci décrit nos sentiers, notre système d’éclairage et notre travail administratif. Il a fallu beaucoup de travail pour en arriver où nous sommes et il y a encore beaucoup de travail à faire », explique Mme Hunter.

Heureusement, les mesures sanitaires liées à la COVID-19 ne constituent pas un problème majeur dans la pratique du sport : « Les restrictions relatives à la COVID-19 n’étaient pas difficiles à respecter, car le ski est naturellement "adapté à la COVID", c’est-à-dire qu’il se pratique à l’extérieur, à visage couvert et respecte la distanciation physique », précise-t-elle.

Une programmation différente

L’organisation du Club de ski travaille afin d’offrir une saison intéressante à sa population, mais l’offre de service est néanmoins différente que dans le passé, notamment avec l’arrêt du programme Jackrabbit qui était destiné aux enfants. Ce programme avait toutefois cessé avant la fermeture de 2018 en raison d’un manque d’instructeurs qualifiés : « À l’avenir, notre nouveau conseil espère engager davantage la communauté et augmenter le nombre de membres en offrant l’accès à l’équipement de ski du Club et en organisant quelques événements amusants », affirme la présidente.

Une activité familiale s’est d’ailleurs déroulée la fin de semaine de la St-Valentin. Les enfants ont pu participer à une chasse aux chocolats et les adultes ont quant à eux eu l’occasion de skier aux chandelles en soirée. D’autres événements pourront avoir lieu selon l’implication de la communauté : « Des programmes spécifiques suivront si les gens sont intéressés à faire du bénévolat pour les réaliser », indique Carolyn Hunter.

Quant à la tenue de la 51e édition de l’événement Top of the World Loppet pour la saison actuelle, l’incertitude demeure en raison d’un manque potentiel de bénévoles. La dernière édition de cet important événement qui attire de nombreux athlètes a eu lieu en 2018.

Un plus pour la collectivité

Selon Carolyn Hunter, le fait d’offrir des activités sportives dans une communauté est important pour le bien-être physique et psychologique de ses membres : « Le ski de fond est un sport formidable auquel notre communauté doit participer, car il favorise un mode de vie sain tout en profitant du plein-air », explique-t-elle. « C’est un sport qui permet à tous les âges et niveaux de compétence de participer ensemble, ce qui en fait un excellent sport familial », ajoute-t-elle.

Le Club de ski d’Inuvik jouit d’une importante reconnaissance pour avoir lancé le programme d’entrainement de ski expérimental territorial à la fin des années 1960 et également, pour avoir formé les athlètes olympiques Shirley et Sharon Firth. « Il y a une longue et passionnante histoire de ski dans le delta de Beaufort et ce serait formidable de reconstruire une communauté de ski dynamique », espère Mme Hunter.

La réouverture du Club contribue également à augmenter la motivation à pratiquer des activités extérieures : « Avoir un endroit qui fournit des équipements et des pistes damées nous encourage à vivre la vie en dehors de notre monde d’écrans. Nous sommes très reconnaissants envers le Club de ski d’Inuvik pour tout son travail acharné pour encourager notre communauté à découvrir les magnifiques paysages [de la région]. Le ski de fond est une merveilleuse façon de passer du temps à profiter de l’air frais tout en faisant une séance d’entraînement », témoigne Luisa Ospina, qui foule les sentiers du Club pour la première année.

Gilly McNaughton s’adonne également à la pratique du ski. Elle partage l’opinion de Mme Ospina, tout en spécifiant l’importance de cette accessibilité en temps de pandémie : « Un Club de ski accessible est important pour la communauté en raison des possibilités qu’il offre aux résidents d’être actifs à l’extérieur. Cela est particulièrement important maintenant alors que les autres activités sportives et parascolaires sont limités en raison des restrictions liées à la COVID-19 et la fermeture de la piscine pour réparation », explique-t-elle.

« J’apprécie le travail que les bénévoles du Club de ski d’Inuvik ont accompli pour rouvrir cette année et j’espère que beaucoup de gens sortiront et apprécieront les pistes, qu’ils soient nouveaux ou chevronnés », conclut-elle.

-30-

Photo
Crédit : Adam Thom
Légende
Luisa Ospina dans les sentiers du Club de ski d’Inuvik.

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 16 février, 2021
  • Dernière mise à jour 16 février, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article