Un budget d’immobilisation «historique» pour le gouvernement, les oppositions déçues

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard a présenté son budget d’immobilisation 2021-2022 vendredi 20 novembre. Le document prévoit 195,9 millions d’investissements pour l’année prochaine, un montant jamais atteint, sur un total de 748 millions jusqu’en 2026. Les routes bénéficient d’un des efforts les plus visibles, ce qui contrarie les oppositions.

________________

Laurent Rigaux

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

Le gouvernement de l’Î.-P.-É. a déposé, vendredi dernier, son budget d’immobilisation pour l’année prochaine, avec des prévisions jusqu’en 2026. Ce budget, consacré aux investissements dans les infrastructures, diffère de celui présenté cet été qui concerne les dépenses opérationnelles. Une large part des dépenses, environ 18 %, sont consacrées aux écoles de l’Île, et notamment à l’École-sur-Mer et l’école Évangéline.

Des investissements «records»

Les deux écoles de la Commission scolaire de langue française (CSLF) de l’Î.-P.-É. recevront 21,4 millions de dollars. Elles font partie de la liste de cinq établissements pour lesquels le gouvernement annonce 46 millions de dollars jusqu’en 2026. Une somme de 4,8 millions de dollars permettra de poursuivre l’agrandissement de l’école de Summerside (6,3 millions ont déjà été dépensés sur ce projet), et 16,6 millions seront investis dans des réparations pour celle d’Abram-Village, où infiltrations d’eau et problèmes de chauffage posent problème.

La nouvelle réjouit la communauté sur place, notamment parce que ce montant est supérieur à celui promis l'année passée. «C’est rassurant de savoir que nous pourrons continuer à faire rayonner l’éducation en français dans la région Évangéline pour les prochaines générations avec une infrastructure adéquate pour nos élèves», déclare Paulette LeBlanc, directrice de l’école Évangéline.

Ce sont toutefois les nouvelles écoles de Sherwood et de Stratford qui bénéficient du plus gros effort de la part du gouvernement King : 67,2 millions sont prévus pour ces deux nouveaux établissements, qui seront «nets zéro» en termes d’émissions de gaz à effet de serre, ce qui satisfait les verts.

Le gouvernement met aussi l’accent sur les infrastructures touristiques : les terrains de camping des parcs et golfs provinciaux seront rénovés, des musées seront rafraîchis et le parc de ski de Brookvale aura le droit à 4,3 millions de dollars pour se préparer à accueillir les Jeux d’hiver du Canada en 2023. À noter qu’un fonds public de 100 000 dollars sera créé «pour soutenir les artistes locaux», selon Darlene Compton.

«Le monde a certainement changé depuis le précédent budget d’immobilisation, mais le besoin d’investir est toujours là», déclare la ministre des Finances. Elle évoque des «dépenses records» pour l’année prochaine afin de soutenir la croissance, avant de revenir à la normale au cours des cinq années suivantes. Les 195 millions qui seront investis en 2021-2022 sont financés à hauteur de 82 millions par le gouvernement fédéral, le reste étant ajouté à la dette à long terme de la province.

Un budget «pour les routes, pas pour les gens»

Ce budget historique en termes de montant est largement consacré aux infrastructures routières. 190 millions de dollars sont prévus jusqu’en 2026, dont 60 millions l’année prochaine, pour la construction et la rénovation des autoroutes de la province et des ponts, soit plus d’un quart du total. «Ce n’est définitivement pas un budget vert», lance Michele Beaton après la présentation à l’Assemblée. Elle critique un budget pour «mettre les hommes au travail, pas pour l’égalité des genres». L’opposition officielle aurait aimé voir des investissements en petite enfance ou à l’hôpital Queen Elizabeth. La députée verte dénonce ainsi les priorités du gouvernement : «Je ne savais pas qu’on avait une crise du pavage, mais plutôt une crise du logement.»

Du côté du logement justement, les annonces déçoivent. 11,8 millions sont prévus l’année prochaine (et 36,2 millions au total sur cinq ans) pour la construction d’unités pour personnes âgées, ainsi que pour les 100 unités de logement abordable déjà annoncées. Un montant «insignifiant» pour Michele Beaton : «Le gouvernement est plus préoccupé par donner des routes qu’un toit aux Insulaires».

La santé mentale, qui occupe une large part des débats à l’Assemblée législative depuis deux semaines, constitue une dépense assez élevée dans ce budget. Une somme de 145 millions de dollars est prévue sur cinq ans pour la construction du nouveau campus en santé mentale et dépendance,  qui comprend le remplacement de l’hôpital Hillsborough. Même si cela représente 20 % du total annoncé, là aussi, le chiffre déçoit. «J’aimerais être satisfaite, mais c’est une promesse faite dans tous les budgets d’immobilisation depuis 2017, lance Michele Beaton. J’y croirai quand les pelles seront là.» Une déception visible aussi du côté libéral. «Ce gouvernement doit montrer qu’on peut lui faire confiance sur les annonces, estime Heath MacDonald. La prochaine pandémie est celle de la santé mentale. Pourquoi ne pas se focaliser sur ça?»

Absence de consultation

Les libéraux regrettent aussi l’absence d’investissement dans les soins de longue durée. «Ce gouvernement ignore les besoins des Insulaires, il est plus préoccupé par les routes, c’est un manque clair d’empathie», dénonce Heath MacDonald. Le député libéral insiste aussi sur le soutien fédéral : «Ce sont les libéraux qui méritent les honneurs.»

Avec l’aide d’Ottawa, la province poursuit ses efforts pour atteindre ses objectifs climatiques, en prévoyant l’achat de bus scolaires électriques, pour 31,5 millions de dollars sur cinq ans, dont la moitié est prise en charge par le fédéral. 870 000 dollars permettront de continuer à installer des stations de recharge pour voitures électriques et cinq millions seront investis dans le développement des  transports actifs, un chiffre insuffisant pour l’opposition officielle. Enfin, le gouvernement prévoit 35 millions de dollars jusqu’en 2026 pour moderniser ses infrastructures informatiques, et permettre la numérisation de certains services.

L’opposition officielle, tout comme les libéraux, regrettent l’absence de consultation, selon eux, dans la préparation de ce budget. «On a été invité à en discuter à 9 h 30, on rentre en Chambre à 10 h. On ne change pas un budget en 30 minutes», raconte Heath MacDonald. «On avait donné une liste de demandes, on a vu aujourd’hui ce qu’ils nous donnent», complète Michele Beaton. La députée se dit prête à voter contre le budget. Ce dernier a toutefois peu de chance d’être rejeté (ce qui conduirait à des élections), les progressistes-conservateurs étant en majorité depuis l’élection de Zack Bell à Charlottetown-Winsloe.

-30-

PHOTOS : (incluant titre de la photo, légende et crédit du photographe ou courtoisie)

Crédit Laurent Rigaux

beaton: La députée verte Michele Beaton critique un budget qui met la priorité «sur les routes, et non sur les gens», en référence au slogan des progressistes-conservateurs.

macdonald : Heath MacDonald, des libéraux, aurait aimé voir des annonces pour les soins de longue durée.

compton: Lors de la présentation du budget aux médias, la ministre des Finances, Darlene Compton, a vanté un niveau d’investissement historique.

  • Nombre de fichiers 4
  • Date de création 20 novembre, 2020
  • Dernière mise à jour 20 novembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article