The Power of One : réinventer le théâtre à Terre-Neuve-et-Labrador

Le concept : 40 monologues de Shakespeare, joués par 40 acteurs différents, dans 40 endroits divers de Terre-Neuve-et-Labrador. Voilà l'idée du projet virtuel The Power of One, lancé en septembre 2020 par l'équipe du Perchance Theater. Comment réinventer le théâtre lorsqu'on se retrouve face à une pandémie ? Rencontre avec Danielle Irvine, directrice artistique du Perchance Theater depuis 2014, et récemment lauréate du Prix ArtsNL de la meilleure réalisation artistique.

 __________________________

Coline Tisserand

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

«Mad world! mad kings! (Monde insensé! rois insensés! Acte 2, scène 1, Roi Jean).» Ces mots, écrits il y a plus de 400 ans par Shakespeare, ont une résonance étrangement actuelle dans la bouche de la comédienne Rhona Bucha. Elle déclamait ces vers le 3 novembre dernier, depuis «le toit du monde», surnom donné à un endroit proche de la Bay d'Espoir - qui devient la Bay Despair, lorsque prononcée en anglais. Le jour même, les Américains se rendaient aux urnes pour élire un nouveau président.

Ce monologue et cette date n'ont pas été choisis au hasard par Danielle Irvine, directrice artistique du projet The Power of One : «L'histoire passée et les dates actuelles fonctionnent comme des points d'ancrage pour les différents monologues», résume-t-elle. Chaque mardi, depuis septembre dernier, un nouveau monologue de Shakespeare est mis en ligne sur le site Internet et la page Facebook du Perchance Theater. «Par exemple, le monologue interprété par Alan Doyle a été publié le 25 octobre. En 1415, la bataille d'Azincourt en France, évoqué dans cet extrait de la pièce shakespearienne Henry V, avait lieu le même jour.»

Dans ce monologue, on peut voir le célèbre musicien terre-neuvien réciter les mots de Shakespeare au milieu des ruines de la station radar de Red Cliff, vestiges de la guerre froide dans la province. Une atmosphère de guerre se dégage de l'endroit, tout à fait propice au discours de combattant du personnage d’Henri V. Et pour cause : les lieux où sont tournées  les performances ne sont pas non plus choisis au hasard.

Le pouvoir d'une voix pour changer le monde

«Le but est de marier l'histoire de la province avec des monologues de Shakespeare. Cela permet de voir les monologues avec des yeux nouveaux. On peut explorer la culture et l'histoire de la province, sa géographie, tout en faisant une connexion avec le texte et la poésie de Shakespeare», explique Danielle Irvine. C'est grâce à son passage en 'immersion française, «il y a plus de 35 ans maintenant», et ses séjours à Montréal que la Terre-Neuvienne d'origine peut s'exprimer avec nous dans un français tout à fait correcte, bien qu'elle le juge elle-même un peu «rouillé».

L'idée de The Power of One prend forme dès avril 2020, et répond à un besoin d’agir ou de réagir face à la situation incertaine provoquée par la pandémie. «En mars et avril, je trouvais la situation terrifiante et difficile. J'ai eu beaucoup de conversations avec les autres compagnies (de théâtre), on se disait: "on est tristes, on a peur, mais on est ensemble". On sentait qu'il fallait faire quelque chose. En tant qu'artistes, on était forcés de faire quelque chose, car on avait besoin de comprendre et donner un sens à  ce qui se passait», raconte la directrice artistique.

Ce projet de grande envergure - de la superficie de la province, soit plus de 300 000 km² - est donc une réponse à la pandémie et à l'obligation de réinventer le théâtre. «Bien que j'aie beaucoup travaillé avec Zoom pour des répétitions de théâtre, j'ai rapidement exclu l'idée de l'utiliser pour des représentations publiques. Ce n'est pas un lieu pour offrir une expérience de théâtre optimale au public», souligne Danielle Irvine.

Que proposer aux spectateurs en période de pandémie, à la place d'une saison d'été du Perchance Theater complètement en ligne sur Zoom? Le théâtre, situé à Cupids - une communauté de quelque 700 habitants au nord-ouest de St. John's - est un lieu artistique ouvert, sans toit. Il s'inspire du théâtre du Globe de Shakespeare de Londres,  et fonctionne normalement pendant tout l'été.

Habituellement, le Perchance Theater organise une activité de financement  annuelle dans plusieurs jardins de Cupids. C'est au public d'explorer ces différents lieux pour découvrir les performances des comédiens. Ce format particulier a séduit Danielle Irvine et a été son point de départ du projet actuel. «Je me suis dit: "OK, je peux faire ça avec des comédiens, mais dans toute la province!"», se souvient la directrice. C'est de cette réflexion que The Power of one, «le pouvoir d'une personne, d'une voix, pour changer le monde, pour changer le coeur», est né.

Célébrer les talents de la province

Dresser une liste de 40 artistes a été un jeu d'enfant pour cette ancienne directrice de distribution à la télévision et au cinéma. L'important était de célébrer les talents tout autour de la province, et pas seulement les artistes basés à St. John's. «Je voulais faire un snapshot de la diversité des artistes de notre province. Jeunes comédiens, artistes plus expérimentés, personnes de St. John's ou plus éloignées... Montrer la diversité en termes d'âge, d'ethnicité, ou de location», commente Danielle Irvine.

Quant aux choix des 40 monologues, l'artiste a fait appel à l'expertise de l'universitaire Michael Nolan, spécialiste du théâtre élisabéthain. Une première liste a vu le jour au fil de leurs discussions, mais elle s'est modifiée aux contacts des comédiens, des événements ou encore des inspirations. Ces changements font partie du processus de création artistique, et Danielle Irvine n'a pas peur de les provoquer elle-même. «Deux jours avant d'aller tourner le monologue de la comédienne Elizabeth Hicks dans le sud de l'île comme c'était planifié, j'ai changé d'avis, et je me suis dit qu'il fallait plutôt le tourner sur le toit de la Cour suprême de la province, à St. John's. L'inspiration est venue comme ça, d'un coup», se souvient-elle.

C'est sans compter sur l'aide et de l'expertise précieuses de Laura Bruijns, qui s'occupe de la logistique des tournages. «Moi j'ai les grandes idées dans ma tête, et Laura s'occupe de les rendre concrètes.» Les changements de dernière minute? «She is rolling with it,» nous répond spontanément en anglais Danielle Irvine avec un sourire. Les grandes distances de la province sont un autre défi logistique pour les tournages: «C'est si grand ici ! Pour les monologues situés au Labrador, les répétitions se sont faites par Zoom, et la prise de son et d'images par des personnes locales.» Tom Cochrane, photographe et vidéaste, se charge de son côté des tournages sur la côte ouest. Côté Est, c'est Jamie Skidmore, directeur de la photographie, en plus d'être le monteur des courts métrages, qui s’en occupe.

Scénographie grandeur nature

Le plus grand défi du projet reste la prise d'images et la prise de son à l’extérieur. Le financement provincial accordé au projet au début de l'automne a permis au théâtre d'embaucher une équipe professionnelle de production, et de s'équiper d'un drone pour capturer la beauté de la province. Il faut cependant faire avec les aléas de la météo terre-neuvienne, notamment le vent. «On a perdu un drone sur l'un des tournages il y a quelques semaines. Il a complètement été emporté par le vent !» confirme Danielle Irvine.

Que ce soit le parc provincial Dungeon sur la péninsule de Bonnavista, les sentiers de randonnée de la East Coast Trail, le cimetière de Cow Head, ou encore le plus long pont à chevalets de l'île qui traverse la rivière Exploits, les comédiens se retrouvent dans des décors grandeur nature les plus époustouflants les uns que les autres. Pour Danielle Irvine, c'est un travail de scénographie un peu différent de celui qu'elle pratique habituellement dans un théâtre «normal». Avec The Power of One, elle fait de la scénographie à la grandeur de Terre-Neuve-et-Labrador.

Le processus de réflexion artistique reste cependant assez similaire. «Le lieu pour chaque monologue est choisi, soit pour une raison symbolique, soit pour une raison réaliste», détaille la directrice artistique. Les lieux sont donc porteurs d'un sens symbolique ou plus réel et concret. Ainsi, le pont de Bishops Falls, au milieu duquel se trouve le comédien Stephen Oate, représente le tiraillement tendu du soldat Coriolan, coincé entre deux mondes dans la pièce shakespearienne du même nom.

Théâtre shakespearien accessible pour tous

Chaque mardi, le public peut donc découvrir un nouveau monologue, dans un nouveau lieu et joué par un nouvel acteur. Le 13e a été mis en ligne la semaine dernière.[] Et les commentaires des spectateurs sont positifs. « Certains me téléphonent directement.. Je pensais qu'on aurait 200 ou 300 personnes qui visionneraient les monologues, mais certaines vidéos ont atteint plus de 20 000 vues!», se réjouit Danielle Irvine.

The Power of One permet de rendre le théâtre et le travail de Shakespeare accessibles gratuitement à tous. «C'est certain que ça attire des gens qui n'iraient pas forcément au théâtre». Quatre cents ans plus tard, Shakespeare continue de nous parler et de nous toucher : «Il parle des expériences humaines comme l'amour, des expériences qui n'ont aujourd'hui pas changé», ajoute la directrice artistique. Inclure des artistes renommés dans le projet, tels le musicien Alan Doyle, l'actrice canadienne Rhiannon Morgan ou encore le comédien expérimenté Greg Malone, permet d'attirer un public plus large. «Par leur intermédiaire, le public peut ensuite découvrir d'autres comédiens qu'ils ne connaissaient pas forcément avant.»

Si les noms des prochains artistes et des prochains monologues restent secrets jusqu'à leur publication, Danielle Irvine nous donne quelques indices pour l'année 2021. «Des monologues seront tournés au Labrador, dont un en langue inuktitute», glisse-t-elle. «Au printemps, on pourra également découvrir une scène tournée à Castle Hill, le Fort de Plaisance, ville fondée par la France. «Je ne vous dis pas quel est le personnage shakespearien qui a été choisi pour cette vidéo, mais le but était de faire un lien avec l'histoire française de la province.»

La directrice artistique gardera donc le secret. «C'est une manière de reproduire le suspens qu'on a habituellement au théâtre, quand le public découvre l'histoire au fur et à mesure de la pièce.» Il vous faudra donc garder l'oeil bien ouvert sur ce projet ce printemps si vous voulez en savoir plus!

-30-

Les monologues sont accessibles sur le site du Perchance Theater: https://www.perchancetheatre.com/ ou sa page Facebook @PerchanceTheatre.

Photos :

Photo-Alan Doyle : Le musicien terre-neuvien Alan Doyle, interprète Henry V dans les ruines de la guerre froide à Red Cliff. (Capture d'écran, Coline Tisserand)

Photo-Stephen Oates : Sur le tournage du monologue tiré de Coriolan, interprété par Stephen Oates. Le pont à chevalets qui surplombe la rivière Exploits, vers Bishops Falls, est le plus long de Terre-Neuve. Il mesure environ 283 mètres (927 pieds). (Courtoisie de Perchance Theater)

Photo-Court House ou Elizabeth Hicks : Sur le toit de la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador, Elizabeth Hicks interprète le monologue de Portia, tiré de la pièce Marchand de Venise. (Courtoisie de Perchance Theater)

Photo-Paul Ewan Wilson : Paul Ewan Wilson en plein tournage de son monologue sur le sentier Bare Mountain, proche de Clarenville. (Courtoisie de Perchance Theater)

  • Nombre de fichiers 5
  • Date de création 30 décembre, 2020
  • Dernière mise à jour 30 décembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article