Taxe carbone: une autre défaite pour Doug Ford

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

La décision de la Cour suprême de rejeter le recours de l’Ontario, de l’Alberta et de la Saskatchewan en affirmant que la tarification fédérale sur le carbone est constitutionnelle représente une défaite de plus pour le premier ministre ontarien Doug Ford.

Le gouvernement ontarien a dépensé 30 millions $ pour s’opposer à la taxe carbone du gouvernement fédéral de Justin Trudeau, qui force les provinces qui ne prévoient pas de plan de tarification du carbone à payer le prix. 

Jeudi, six juges de la Cour suprême du Canada contre trois ont voté en faveur d’Ottawa. 

Cette défaite pour le premier ministre Ford survient quelque 200 jours après sa perte humiliante contre l’Association canadienne des libertés civiles au sujet de ses autocollants contre la taxe carbone.

La même Cour de justice avait jugé anticonstitutionnelle l’obligation par le gouvernement Ford d’afficher ces autocollants comportant des slogans politiques dans les stations-service de la province, sous peine d’une amende.

Oui, les changements climatiques existent

Le ministre ontarien de l’Environnement, Jeff Yurek, a exprimé sa déception face à la décision de la Cour suprême de confirmer la constitutionnalité de la taxe carbone en mêlée de presse, jeudi. 

«Nous allons respecter la décision de la Cour suprême», a-t-il assuré, ajoutant qu’il prendra le temps de l’analyser avant de décider si la province adoptera ou non son propre système de tarification du carbone. 

«Les changements climatiques sont réels», a certifié le ministre en répondant aux questions des journalistes, après avoir eu du mal à répondre clairement à la question, posée par les trois principaux partis d’opposition lors des débats en chambre, plus tôt en matinée.

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 26 mars, 2021
  • Dernière mise à jour 26 mars, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article