Sit-in à Queen’s Park pour exiger l’accès à l’eau potable

Émilie Pelletier

epelletier@ledroit.com

Initiative de journalisme local 

Queen’s Park

TORONTO —Le député néo-démocrate Sol Mamakwa a mené cette semaine un sit-in pour demander au gouvernement Ford d’en faire plus pour assurer aux Premières Nations l’accès à l’eau potable. 

Sol Mamakwa est le seul membre des Premières Nations à siéger à l’Assemblée législative de l’Ontario. 

Cela fait maintenant 20 jours que l’eau courante a été coupée après que des hydrocarbures dangereux ont été trouvés dans le réservoir d’eau local de la Première nation Neskantaga, située à 450 kilomètres au nord de Thunder Bay. 

Les peuples autochtones de cette communauté, qui sont aux prises avec un avis d’ébullition de l’eau depuis plus de 25 ans, ont dû être évacués du territoire. Au pays, aucun autre avis d’ébullition de l’eau n’a été émis aussi longtemps. 

C’est la deuxième fois en deux ans que Neskantaga doit couper l’eau courante. En 2019, un bris des pompes avait forcé l’évacuation partielle de la communauté. Cette dernière avait dû débourser elle-même les coûts engendrés par l’évacuation, jugée non nécessaire par Ottawa. 

Cette fois-ci, la Première nation a élaboré des demandes très précises avant de considérer le rapatriement vers leur territoire. Ils demandent notamment que l’eau coule des robinets 24 heures sur 24, même si un avis d’ébullition de l’eau est en cours. Ils exigent aussi la décontamination des maisons ainsi que la réparation de la quincaillerie comme les tuyaux, les éviers et les robinets, en mauvais état en raison de la crise. 

Pressions sur le gouvernement Ford

Des membres de la communauté de Neskantaga se sont déplacés à Toronto cette semaine pour protester contre la crise de l’eau. « Certains d’entre eux ont dormi à l’hôtel, dimanche soir, et l’une des premières choses qu’ils m’ont dites en arrivant à Queen’s Park, c’est à quel point ils étaient heureux d’avoir de l’eau courante », a relaté M. Mamakwa. 

À leur arrivée au pouvoir en 2018, les progressistes-conservateurs ont réduit de moitié les services d’un groupe qui offrait des services aux communautés aux prises avec des problèmes de traitement des eaux, déplore le député. « L’an dernier, ils n’ont dépensé que 20 % du financement. »

Lors d’une récente visite dans la communauté de Neskantaga, M. Mamakwa a été témoin de situations troublantes. « Certains de ces gens sont maintenant des adultes et ont grandi sans jamais avoir de l’eau potable accessible en tout temps. »

Les montagnes de bouteilles d’eau en plastique s’empilent à perte de vue dans les sites d’enfouissement, note-t-il également, rappelant l’importance de la question environnementale.

Le gouvernement Ford demande l’aide du fédéral

« Le gouvernement fédéral doit veiller à ce qu’un financement adéquat soit fourni pour améliorer la qualité de l’eau dans les réserves et veiller à ce que l’infrastructure, l’exploitation, l’entretien et la formation durables du réseau d’eau soient soutenus », a déclaré le bureau du ministre des Affaires autochtones, Greg Rickford. 

Le ministère indique qu’une équipe de l’Agence ontarienne des eaux (AOE) s’est rendue à Neskantaga sur invitation du chef et a été informé que des travaux sont déjà en cours pour évaluer le système global de la communauté. 

Un test de résistance de 14 jours commencera dans les prochains jours et des travaux sont en cours pour « fournir des recommandations de haut niveau pour la durabilité du système à plus long terme, axées sur la suppression de l’avis d’ébullition de l’eau, en place depuis le milieu des années 1990 ». 

« Le gouvernement de l’Ontario demeure déterminé à travailler en partenariat avec les communautés des Premières Nations pour résoudre le problème de la qualité de l’eau dans les réserves, et nous demandons au gouvernement fédéral de s’acquitter de sa responsabilité d’assurer la salubrité de l’eau dans les réserves. »

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 7 novembre, 2020
  • Dernière mise à jour 6 novembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article