Serge Léger souhaite poursuivre son travail de maire de Cap-Pelé

Serge Léger briguera la mairie de Cap-Pelé pour un second mandat consécutif lors des élections municipales du 10 mai prochain.

____________________________________________

Claire Lanteigne

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

«J’ai le goût de continuer ce qui a été commencé au cours des cinq dernières années et de garder le vent dans les voiles dans la municipalité», affirme le maire Léger. «Notre village fait face à une importante croissance, tant dans le secteur résidentiel que commercial et je veux continuer à contribuer à ce boom économique très positif pour Cap-Pelé.»

Il est très fier des réalisations du village de Cap-Pelé qui a vu son paysage changer de façon incroyable. Et il en donne le crédit aux membres de son conseil et au personnel, qui est toujours prêt à faire des milles de plus pour répondre aux besoins des citoyens et citoyennes.

Lors de son premier mandat à la mairie, la valeur totale des permis de construction dans le petit village de 2 425 habitants a atteint des records annuels au cours des cinq dernières années. Des permis d’une valeur de 4,4 millions $ ont été délivrés en 2016; 3,5 millions $ en 2017; 3.6 millions $ en 2018; 15 millions $ en 2019;  3,5 millions $ en 2020. L’importante augmentation en 2019 était attribuable à la nouvelle construction de l’usine Cape Bald Packers à Bas-Cap-Pelé. M. Léger souhaite continuer sur cette bonne lancée.

Au cours de cette même période de cinq ans, des projets d’égouts d’une valeur approximative de six millions $ ont été réalisés, incluant l’ajout au système des chemins Thibodeau et Saint-André, ainsi qu’une section du chemin Acadie. Un nouvel édifice municipal, dont la construction avait débuté sous l’ancien conseil, a été inauguré pendant son mandat.

«Il faut continuer à investir dans les projets d’infrastructures en effectuant des rénovations majeures à l’aréna avec l’ajout d’un centre intergénérationnel», dit-il.  Une présentation sera faite prochainement sur ce projet de 12 millions $ avec une participation de 40 % du gouvernement fédéral, 33 % du gouvernement provincial et 27 % (ou 3,2 millions $) par la municipalité. Un comité sera mis sur pied pour faire cette collecte de fonds, dans le but d’éviter toute contribution financière aux citoyens et citoyennes. Ce centre comprendra différentes installations comme dans d’autres édifices du genre dans le Sud-Est. «C’est un gros projet qui me tient à cœur, dit-il, et j’espère qu’il deviendra réalité au cours des quatre prochaines années.»

Dans le secteur touristique, la plage de l’Aboiteau est devenue la première plage d’eau salée au Canada à recevoir l’écocertification internationale du Pavillon bleu en 2018, ainsi que chaque année depuis. Pour un éventuel prochain mandat, il souhaite amener des solutions innovatrices pour la croissance du tourisme.

Le maire Léger souligne également que, l’an dernier,  le parc Aboiteau et le parc Plein Air n’ont jamais été autant utilisés par les citoyens et les visiteurs. «C’est une excellente période pour le village et je suis content d’en être le maire», dit-il. Il ajoute que le ​Congrès mondial acadien 2019 a été l’occasion idéale pour rétablir les liens et ouvrir les portes à des échanges économiques et culturels avec la ville sœur de Broussard, en Louisiane, un lien créé en 1984. Ce jumelage pourra se poursuivre activement après la pandémie.

«J’ai vraiment aimé mon expérience, confie M. Léger. Il y a eu des hauts et des bas au cours des cinq dernières années, dont les dommages causés par la tempête Dorian. Mais les membres du conseil travaillent bien ensemble pour le bien-être du village. Je ne peux pas demander pour un meilleur conseil et même si nous n’avons pas toujours les mêmes idées sur certains projets, nous avons la même vision pour faire avancer notre beau village.» Il ajoute qu’il n’arrêtera pas d’explorer toutes les opportunités pour le village, même si certaines n’ont pas été de l’avant, comme le projet de culture de cannabis.

Serge Léger a hâte de voir les résultats du recensement de cette année, car il est convaincu que la population a augmenté de 10 à 15 %, comme on peut, selon lui, le constater par le développement des rues, le développement immobilier et la circulation dans la municipalité.

Afin de s’engager pour un deuxième mandat, il compte sur l’appui de son épouse Linda et de sa fille Isabelle.

En cette période de pandémie, Serge Léger entend faire campagne dans les médias traditionnels, sur les réseaux sociaux, avec des dépliants et en parlant avec le public qu’il rencontre tous les jours.

Il s’engage à continuer d’être à l’écoute des citoyens et citoyennes et des nouveaux arrivants qui s’installent dans sa communauté. «Je suis d’avis que Cap-Pelé est un modèle pour les municipalités du Canada Atlantique en ce qui a trait à l’accueil, la sensibilisation et l’appui à leur intégration», conclut-il.

-30-

Photo : Serge Léger (courtoisie)

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 1 mars, 2021
  • Dernière mise à jour 1 mars, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article