Sauvegarder la mémoire citoyenne de la pandémie

Depuis début avril, le bureau des archives publiques de l’Île-du-Prince-Édouard appelle les Insulaires à conserver et à envoyer leurs témoignages, qu’ils soient écrits ou visuels, pour conserver la mémoire de la pandémie de COVID-19.

________________

Marine Ernoult

Initiative de journalisme local - APF – Atlantique

«Nous vivons vraiment une situation unique dans l’histoire, les Insulaires doivent en prendre conscience, souligne Jill MacMicken-Wilson, archiviste provinciale. Dans l’avenir, historiens, gouvernants et citoyens voudront savoir à quoi ressemblait la vie pendant la pandémie et ce qui a changé dans nos existences à cause de cette crise.» C’est pourquoi le bureau des archives publiques de l’Île-du-Prince-Édouard invite les Insulaires à conserver leurs histoires personnelles et professionnelles sur la pandémie de COVID-19.

Les témoignages peuvent être multiples : photographies, vidéos, récits de vie et de confinement, correspondances numériques, articles de presse, mais aussi textes et images publiés sur Facebook, Twitter ou tout autre réseau social. Le fonds d’archives dédié à la pandémie éclairera ainsi le vécu de tous les insulaires qui participent à la grande histoire de la pandémie. «C’est notre responsabilité de rassembler des informations historiques sur tous les aspects de la vie à l’Île, sur tous les habitants, quelle que soit leur religion, leur ethnie, leur langue ou leur métier», insiste Jill MacMicken-Wilson, chargée du projet. 

Donner la parole aux invisibles 

C’est loin d’être anecdotique alors que la crise sanitaire frappe surtout les classes sociales qui sont d’ordinaire invisibles. En soignant ou en assurant la continuité des services de base alimentation, propreté ou maintien de l’ordre public elles se trouvent en première ligne de la lutte contre la COVID-19. «D’une certaine manière, nous sommes en guerre contre ce virus, souligne l’archiviste. Les soignants et les travailleurs essentiels sont les soldats grâce auxquels la majorité de la population peut s’isoler en sécurité tout en ayant des médicaments et de la nourriture.» Elle se dit persuadée que dans cinquante ans, on évoquera la crise comme on parle aujourd’hui de la Première ou de la Seconde Guerre mondiale.

L’enjeu est donc de donner la parole à celles et ceux qui gèrent la crise au quotidien. C’est aussi de mettre en lumière les expériences diverses des Prince-Édouardiens, certains devant télétravailler alors que d’autres se retrouvent sans emploi, ou bien ont un accès limité aux biens de première nécessité. Autrement dit, il s’agit de contribuer à la construction d’une mémoire citoyenne de la pandémie à travers les récits de parents, enfants, soignants, infirmiers, travailleurs, ouvriers, caissiers, agents de transports, camionneurs, migrants ou réfugiés. 

«Collection toujours ouverte»

Pour le moment, les archivistes provinciaux ont reçu seulement trois contributions. Deux photographies de la fermeture du parc national de l’Île et l’extrait d’une lettre d’informations provenant d’un organisme à but non lucratif et consacrée à la COVID-19. Mais Jill MacMicken-Wilson n’est pas inquiète : «Les gens ont du mal à donner maintenant alors qu’ils sont encore au coeur de la crise. Il faut attendre le retour à la normale». L’archiviste évoque des promesses de dons et prévient qu’un tel processus d’archivage prendra des années. «Dans cinq ou trente ans, quelqu’un pourra encore nous apporter le journal intime de sa grand-mère qui a vécu la pandémie, raconte-t-elle. Notre collection sera toujours ouverte.»

Comment participer? Les Insulaires intéressés peuvent envoyer un courriel à archives@gov.pe.ca, en donnant leur nom, leurs coordonnées et leurs histoires. Les gens peuvent également envoyer des copies papier de leurs histoires à l'adresse physique des archives : 175, rue Richmond, Charlottetown, PE, C1A 1J1

-30-

PHOTOS : (incluant titre de la photo, légende et crédit du photographe ou courtoisie)

Jill MacMicken-Wilson : Jill MacMicken-Wilson, archiviste provinciale, en charge du projet d'archivage de mémoire de la pandémie, insiste : «Nous vivons vraiment une situation unique dans l’histoire. Les Insulaires doivent en prendre conscience et conserver leurs histoires pour le futur. (courtoisie).

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 30 avril, 2020
  • Dernière mise à jour 30 avril, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article