Rentrée parlementaire en Ontario: à quoi s’attendre?

Émilie Pelletier

epelletier@ledroit.com

Initiative de journalisme local 

Queen’s Park

TORONTO —Contrairement à la dernière période de travaux parlementaires, les députés progressistes-conservateurs de la région du Grand Toronto feront partie de la même cohorte, afin qu’ils ne croisent pas les élus provenant d’autres régions de la province.

Les élus de l’Assemblée législative de l’Ontario feront leur grand retour en chambre, la semaine prochaine.

Le gouvernement Ford a décidé de reprendre son modèle de cohortes rotatives, mais des modifications seront apportées à ce système dès la rentrée à Queen’s Park, a fait savoir le leader parlementaire, Paul Calandra. « Nous voulons éviter du mieux que nous pouvons toute opportunité de transmission du virus des élus qui se déplacent entre Toronto et leur circonscription. »

Cette fois-ci, la plupart des députés progressistes-conservateurs de la région du Grand Toronto et de Niagara feront partie de la même cohorte, et seront donc présents en même temps. 

Le système de cohortes qu’a adopté le gouvernement Ford au début de la pandémie permet aux élus de participer aux débats qui les touchent, sans avoir à s’asseoir à moins de deux mètres de leurs collègues. 

« Nous avons entendu des commentaires, de la part d’élus de chaque côté de la Chambre, que lors de leur retour dans leur circonscription, les résidents sont un peu nerveux. C’est pourquoi nous avons modifié notre façon de fonctionner. »

Le leader parlementaire note que son gouvernement a opté pour l’absence complète des députés du Nord de la province en chambre, afin d’éviter les déplacements de ces membres dont les communautés sont particulièrement vulnérables aux dangers de la transmission du virus. 

De son côté, le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario prévoit suivre le même processus permettant la distanciation physique à Queen’s Park établi au cours des deux saisons précédentes, indique la nouvelle leader parlementaire du parti, Peggy Sattler.

Le NPD s’engage à ce qu’il n’y ait jamais plus de 14 députés néo-démocrates au même moment dans l’établissement. 

Priorités

Paul Calandra affirme avoir délibérément laissé beaucoup d’espaces vides à son calendrier pour les premières semaines suivant la rentrée parlementaire, afin de « permettre de la flexibilité pour répondre à de potentiels problèmes » qui pourraient survenir en raison de la pandémie. 

Il insiste néanmoins pour souligner que son gouvernement se concentrera principalement, au cours des prochaines semaines, sur le dépôt du budget annuel au mois de mars, sur l’accès de la population à la justice, à la réduction des procédures administratives, à des initiatives de protections environnementales et aux opportunités économiques au nord de la province. 

Peggy Sattler fait savoir que les motions que présenteront les membres de son parti toucheront les nombreux problèmes identifiés dans le système de soins de longue durée, le manque de mesures pour protéger les élèves de l’Ontario et les journées de maladie payées par la province, entre autres. 

Le NPD souhaite aussi s’assurer que le gouvernement Ford agisse contre les Ontariens qui « sautent la file d’attente » de la vaccination et qui trouvent des moyens de recevoir le vaccin contre la COVID-19 avant que leur tour ne soit venu. 

Les libéraux entendent débattre à propos de sujets similaires, et comptent aussi demander des comptes au gouvernement Ford à propos de la réduction de la taille des classes et des « milliards de dollars sur lesquels s’assied Doug Ford et qui pourraient être utilisés pour relever ces défis », a fait savoir le chef du parti, Steven Del Duca. 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 13 février, 2021
  • Dernière mise à jour 12 février, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article