Réfléchir à l’avenir de l’agriculture à la NOAC 2020

Les participants sont venus d’aussi loin que Thunder Bay, Sault Ste -Marie, Elliot Lake, Muskoka et des districts de Timiskaming et de Cochrane pour assister à l’édition 2020 de la Northern Ontario Ag Conference (NOAC) qui a eu lieu à Sudbury. Sous le thème «Partager la connaissance, grandir ensemble», l’événement annuel était l’occasion pour les agriculteurs de partager leur savoir-faire et leurs meilleures pratiques.

_______________________

Marc Dumont — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

«On s’attendait à recevoir 30 à 40 inscriptions, mais on en a eu 120, le maximum!» s’enthousiasme Yves Gauthier, producteur laitier d’Earlton et membre du conseil d’administration de la Northern Ontario Farm Innovation Alliance (NOFIA), qui organisait la conférence. Elle s’est tenue les 12 et 13 février derniers au Northbury Hotel and Conference Centre de Sudbury.

Une autre organisation agraire très active, l’Association pour l’amélioration des sols et des récoltes de l’Ontario, a aussi pris part à la mise sur pied de l’événement. «Les agriculteurs ont eu la chance de connecter, de se créer des contacts et d’apprendre comment faire les choses», relève Josée Séguin, productrice laitière de Nipissing Ouest.

Par le thème choisi pour cette deuxième édition de la NOAC, les responsables ont voulu affirmer leur volonté de rendre la communauté agricole encore plus forte dans l’année à venir.

Une panoplie de sujets

Parmi les conférences qui ont particulièrement plu aux participants, il y a eu celle sur l’apiculture et son impact sur l’agriculture. «En Nouvelle-Écosse, on double la production de bleuets avec la pollinisation des abeilles», rapporte, émerveillé, le producteur de pommes de terre Michel Simard, de Sudbury.

Une autre conférence, animée par Wayne Chalmers et Eric Blondin, a porté sur la culture hydroponique, la gestion des serres et comment réussir à en vivre. D’autres producteurs, Dave Lewington et Simon Jacques, ont parlé de la culture de couverture, qui garde le sol en bonne santé et empêche l’érosion. «On a l’intention d’essayer cette technique au printemps! On a quelqu’un à 25 minutes de chez nous qui l’utilise déjà», s’enthousiasme encore Josée Séguin.

Il a aussi été question des investissements dans l’industrie bovine dans la région de Matheson et à Hearst. L’annonce de la construction d’un abattoir dans la région de North Bay a également fait l’objet d’une présentation, aussi surprenant que cela puisse l’être après tant d’années de tergiversations sur le sujet.

Enfin, les participants ont eu l’occasion d’assister à l’un des deux panels offerts simultanément : les femmes en agriculture et le rôle de directeur sur un conseil d’administration, deux sujets d’actualité.

Parmi les sujets les plus importants, notons la place des femmes en agriculture, qui sont trop souvent confinées au second rôle sur la ferme ou reléguées à la comptabilité.

Certains fermiers ont aussi souligné que l’implication à un conseil d’administration est l’un des chemins qu’ils peuvent prendre pour faire partie d’une communauté d’intérêts, sortir de la ferme et se tenir à jour sur telle ou telle culture. Dans cette optique, s’impliquer fait partie d’une vie saine pour quiconque veut s’épanouir en agriculture.

Des tracteurs sans conducteurs

Lors du banquet du mercredi soir, Ian McDonald du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario a captivé la foule en parlant du futur des technologies en agriculture et de ce qui s’en vient après.

Il a dressé un portrait de ce que les compagnies sont en train de développer, comme des robots et des tracteurs qui s’autoconduisent. «On nous a montré un film de trois tracteurs sans chauffeur dans un champ et ça ne se cognait pas. Impressionnant!» commente Michel Simard.

«Ça fait presque peur, je ne sais pas si j’aimerais me lancer en agriculture dans le futur!» lance pour sa part Darlene Bowen, membre elle aussi du conseil d’administration de NOFIA. Elle n’a toutefois pas caché son enthousiasme au terme de la rencontre : «J’ai énormément joui de la conférence. Elle était très bien orientée vers les possibilités et les défis pour réussir en agriculture dans le nord de l’Ontario.»

Les participants questionnés se sont entendus pour dire que l’événement était d’excellente qualité, que la diversité des conférences était un atout pour les agriculteurs et qu’ils avaient déjà hâte à la prochaine édition.

-30-

Bas de photo :  Yves Gauthier, producteur laitier d’Earlton. (Marc Dumont)

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 21 février, 2020
  • Dernière mise à jour 25 février, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article