Réduction des émissions de GES: l’Ontario risque de rater son objectif d’ici 2030

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

L’Ontario risque de rater son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, et selon la vérificatrice générale de l’Ontario, ce sera parce qu’il ne s’agit pas d’une priorité pour le gouvernement de Doug Ford.

En 2018, la province a établi l’objectif de réduire d’ici 2030 les émissions de GES pour les fixer à 30% en deçà des niveaux atteints en 2005. 

« Le gouvernement de l’Ontario et ses organismes devront faire davantage pour s’attaquer aux émissions de gaz à effet de serre produites par les maisons et les autres bâtiments de la province s’ils veulent atteindre leurs objectifs en matière de changement climatique », a fait savoir la vérificatrice générale de l’Ontario, Bonnie Lysyk, dans son rapport annuel présenté mercredi. 

À LIRE AUSSI : Le gouvernement Ford doit se conformer davantage à la Charte des droits environnementaux

L’Ontario n’en sait pas assez sur l’état de sa biodiversité pour savoir la protéger

Celle-ci affirme que l’audit portant sur la réduction des émissions de GES générées par la consommation d’énergie dans les bâtiments a permi d’apprendre que le ministère des Affaires et du Logement, le ministère de l’Énergie, du développement du Nord et des Mines et la Commission de l’énergie de l’Ontario (CEO) ne se concentrent pas assez sur la réduction de la consommation de combustibles fossiles ou des émissions de GES. 

En fait, depuis la publication en 2018 de l’objectif provincial en matière de changement climatique, aucune de ces trois entités « n’a réalisé de progrès en vue de réduire les émissions ou d’accorder la priorité au changement climatique dans le cadre de ses programmes immobiliers », déplore Mme Lysyk. 

La vérificatrice indique que les ministères visés par l’audit et la CEO n’ont fait aucune mise à jour des programmes existants ni instauré de nouveaux programmes visant à réduire les émissions produites par les immeubles. 

Et ce n’est pas parce que l’occasion manquait. 

Le ministère des Affaires municipales a décidé de ne pas adopter certaines modifications proposées des exigences du Code du bâtiment en matière d’efficacité énergétique. Ce changement aurait pu contribuer à réduire de 20 % la consommation d’énergie dans les immeubles. 

La vérificatrice générale rappelle aussi que le ministère de l’Énergie et des Mines n’a pas élaboré de mesures pour encourager une plus grande utilisation du gaz naturel renouvelable et qu’il n’a pas préparé de nouveau plan énergétique à long terme reflétant l’objectif provincial de réduction des émissions de GES. 

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 18 novembre, 2020
  • Dernière mise à jour 18 novembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article