Redécoupage des quartiers électoraux : quels impacts pour les francophones?

La Ville d’Ottawa a lancé le 19 août la deuxième phase de consultations publiques de son projet de redécoupage des quartiers municipaux en vue des prochaines élections. Jusqu’au 25 septembre, le sondage en ligne et les six réunions virtuelles permettront aux citoyens de participer aux discussions, une occasion notamment pour les francophones et francophiles d’y ajouter leur grain de sel.

_______________________

Samuel Gosselin-Bélanger — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

Six options ont été mises de l’avant par les consultants des trois firmes embauchées par la Ville d’Ottawa, qui ont remis leur Rapport sur les options en juillet dernier.

Le dernier examen majeur des limites de quartiers d’Ottawa a eu lieu en 2005 et a établi les 23 quartiers actuels de la capitale. Quatre des scénarios proposés conserveraient 23 quartiers ou plus, de sorte que la taille du conseil municipal ne devrait pas être réduite.

Les deux premiers scénarios proposent respectivement l’ajout de deux et d’un siège à la table du conseil. Le troisième et le quatrième optent plutôt pour un statu quo, soit de conserver le nombre de sièges actuel, tout en redéfinissant les frontières des quartiers.

La cinquième option propose une diminution à 17 quartiers. Le conseiller municipal du quartier d’Orléans, Matthew Luloff, craint que cela n’entraîne «une diminution des voix bilingues ou francophones» au conseil.

À l’heure actuelle, indique-t-il, seuls trois conseillers sont en demande par les journalistes francophones pour leurs capacités à communiquer en français :  Mathieu Fleury dans Rideau-Vanier, Jean Cloutier dans Alta Vista et lui-même.

En fait, «toutes les options ont le potentiel de réduire les voix francophones à Ottawa» d’après M. Luloff. En revanche, le conseiller se dit content pour le secteur d’Orléans, qui pourrait bénéficier de cette refonte.

Il souhaite d’ailleurs travailler de concert avec ses collègues des quartiers ruraux afin de poursuivre les efforts entamés en matière de francophonie, mais aussi pour que les résidents de ces quartiers soient également entendus à Ottawa. «La culture franco-ontarienne est quelque chose d’unique et nous avons cette responsabilité de la protéger», affirme-t-il.

Une sixième option pour préserver les communautés

L’option six, qui fait l’objet d’un rapport supplémentaire, a été élaborée en août 2020 à la demande du conseil municipal afin de prendre en compte la croissance rapide attendue au cours de la prochaine décennie pour les quartiers de Barrhaven, Gloucester-Nepean-Sud et la zone suburbaine de Cumberland.

Cette option tient compte de cinq critères spécifiques détaillés dans le rapport, dont celui de «veiller à ce que les communautés d’intérêts similaires et géographiquement rapprochées soient situées dans le même quartier».

Pour Orléans, cela signifierait que les quartiers de Fallingbrook et de Queenswood Heights seraient unis et représentés par un seul conseiller municipal, une recommandation du conseiller Luloff.

Unir Cumberland et Osgoode, «complètement déplorable»

Toutefois, la sixième option comprend l’ajout de deux quartiers électoraux dans la zone suburbaine, mais aussi la fusion des quartiers ruraux de Cumberland et Osgoode, pour un total de 24 quartiers.

«On estime que, d’ici 2026, 76 % de la population de Cumberland se trouvera en région suburbaine», justifie le rapport. Ce remaniement signifierait toutefois qu’un seul siège au conseil municipal représenterait ce nouveau secteur, une décision qui rend perplexe le conseiller municipal d’Orléans.

«C’est complètement déplorable de faire ça. On ne peut pas avoir qu’une seule voix pour représenter ce grand quartier rural […] Je ne suis pas content des options présentées», s’indigne Matthew Luloff.

Il craint que cette fusion n’augmente les chances qu’un conseiller unilingue anglophone soit élu dans le secteur de Cumberland, un quartier historiquement francophone. «Cela représenterait un énorme défi pour l’élu de ce secteur puisqu’il devrait représenter les électeurs provenant des quartiers ruraux et ceux des quartiers urbains […] Les besoins entre les communautés anglophones et francophones peuvent également varier. C’est pourquoi il faut une meilleure représentation.»

Il souligne toutefois que le processus décisionnel n’est pas encore terminé et que «l’opinion du public comptera pour beaucoup dans la balance».

Les intéressés ont jusqu’au 25 septembre pour participer au sondage en ligne.

-30-

BP :

  • IJLO_Redécoupage quartiers Ottawa_Matthew_Luloff_Cr. Ville d'Ottawa : Le conseiller municipal du quartier Orléans, Matthew Luloff. (Crédit : Courtoisie Ville d’Ottawa)
  • IJLO_Redécoupage quartiers Ottawa_Quartiers actuels_Cr. Courtoisie Ville d'Ottawa : La carte actuelle des quartiers électoraux de la Ville d’Ottawa. (Crédit : Courtoisie Ville d’Ottawa)
  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 10 septembre, 2020
  • Dernière mise à jour 10 septembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article