Rapport de la vérificatrice générale: les réactions fusent à Queen’s Park

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

TORONTO — Le gouvernement Ford a été accueilli froidement par les partis d’opposition à Queen’s Park, mercredi, après le dépôt du rapport en environnement de la vérificatrice générale de l’Ontario.

« Qui, selon le gouvernement, bénéficiera de la destruction de l’environnement ? », a d’abord lancé en Chambre le porte-parole en environnement du NPD, Peter Tabuns. 

Le ministre de l’Environnement Jeff Yurek, principalement visé par les critiques de la vérificatrice Bonnie Lysyk, a répondu à tort que le rapport n’a trouvé aucun problème de conformité de son ministère envers la Charte des droits environnementaux. 

Au contraire, il s’agit de l’un des plus importants constats que fait la vérificatrice dans son rapport: dans l’ensemble, la conformité des ministères de l’Ontario à la Charte des droits environnementaux a reculé au cours de la dernière année. 

« Ça se nomme le ministère de l’Environnement, les gens s’attendent à un certain standard. »

Bonnie Lysyk

En fait, le ministère de l’Environnement est « surprenamment » celui qui a enregistré le pire bilan de conformité de tous les ministères du gouvernement ontarien. 

À LIRE AUSSI : Le gouvernement Ford doit se conformer davantage à la Charte des droits environnementaux

L’Ontario n’en sait pas assez sur l’état de sa biodiversité pour savoir la protéger

Réduction des émissions de GES: l’Ontario risque de rater son objectif d’ici 2030

« Ça se nomme le ministère de l’Environnement, les gens s’attendent à un certain standard », a souligné la vérificatrice a rappelé la vérificatrice en mêlée de presse mercredi. 

Elle a rappelé que la province n’a pas de plan pour gérer la détérioration de la biodiversité, même s’il s’agit de l’un des risques économiques les plus importants. C’est un problème systémique, juge-t-elle. 

Elle note aussi qu’il existe un problème d’attitude au sein du ministère de l’Environnement, où il est acceptable de faire le strict minimum. 

Mme Lysyk rapporte qu’aucun progrès n’a été fait pour réduire l’émission des GES depuis l’an dernier. 

Le néo-démocrate Peter Tabuns est d’avis qu’un tableau troublant a été brossé dans les audits de Mme Lysyk. Selon lui, M. Ford profite de la pandémie de COVID-19 pour « cacher des actes complètement dangereux ». 

Or, il souligne que le manque d’ambition du gouvernement Ford en environnement ne découle pas de la pandémie. « C’est un problème qui existait avec ce gouvernement bien avant la pandémie. »

La députée d’Ottawa-Vanier Lucille Collard, responsable du dossier de l’environnement pour son parti, souligne les mêmes problèmes. « Depuis le début de la pandémie, Doug Ford et ses conservateurs ont adopté des projets de loi qui n’ont rien à voir avec la COVID-19. Le rapport prouve que ses ministres utilisent cette pandémie au profit de leurs amis. »

Le chef du Parti vert, Mike Schreiner, a pour sa part rappelé l’obligation morale du gouvernement envers les futures générations d’Ontariens. « Il s’agit d’une énorme menace pour notre économie, pour nos communautés, nos maisons, les inondations. Je ne vois pas comment un gouvernement qui se soucie de la population peut laisser ceci survenir. À leur place, je serais gêné de recevoir ce genre de rapport. » 

En réponse aux révélations faites dans le rapport accablant de Mme Lysyk, le gouvernement Ford a promis qu’il mettra à jour son plan en environnement.

Or, il avait fait la même promesse l’an dernier, à la suite de la sortie du rapport annuel de la vérificatrice générale.

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 18 novembre, 2020
  • Dernière mise à jour 18 novembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article