IJL - Ouest

Privilèges et marginalisations : un colloque du CEFCO

Le Centre d’études franco-canadiennes de l’Ouest (CEFCO) organise des colloques scientifiques rotatifs biennaux dans lOuest canadien depuis 1981. La prochaine édition sera présentée sous le thème Privilèges et marginalisations dans la francophonie par La Cité universitaire francophone (La Cité) de lUniversité de Regina (U of R) du 24 au 26 mars 2022.

________________________________________

Marie-Paule Berthiaume

Initiative de journalisme local – APF - Ouest

 

Le professeur agrégé à La Cité et organisateur du prochain colloque de la CEFCO, Sylvain Rheault, explique le cheminement effectué par son équipe pour trouver le thème. « On s’intéresse aux minorités au sein des communautés francophones minoritaires de l’Ouest et 2021 semble être une bonne année pour brosser un panorama de l’état des lieux. »

Selon lui, l’exemple le plus évident d’une minorité au sein de la minorité francophone est la femme francophone. « Il existe en Saskatchewan, pointe-t-il, la Fédération provinciale des femmes fransaskoises (FPF) qui organise des activités et qui se voit donc comme un groupe dans le groupe. Si on a besoin de créer une association de femmes, c’est peut-être parce qu’il y a certains privilèges dont bénéficient les hommes qu’il faut contrer. », précise-t-il.

Identifier les privilégiés

Sylvain Rheault indique qu’il est nécessaire d’identifier les privilèges afin de pouvoir les répartir. « Si certains ont plus de droits, se demande-t-il, comment donner les mêmes droits à tout le monde ? Les jeunes n’ont pas toujours une voix dans les associations locales comme ce sont surtout les adultes qui s’en occupent, même si l’Association jeunesse fransaskoise (AJF) existe. Les aînés ont également La Fédération des aînés fransaskois (FAF). Ces deux groupes ont donc un intérêt particulier et des droits qu’ils souhaitent défendre. On peut aussi penser aux immigrants qui souhaitent avoir tous les droits de ceux qui sont nés sur place ou aux FrancoQueer qui définissent leur genre ou leur sexualité d’une manière unique. »

Sattarder au racisme systémique

Sylvain Rheault rappelle que les personnes blanches ont longtemps été privilégiés en matière d’emploi en Amérique du Nord. « On engageait surtout des Blancs parce que la majorité de ceux qui embauchaient étaient blancs et ils avaient tendance à embaucher ceux qui leur ressemblaient. Et ça, ce n’était pas vu comme un privilège ou quoi que ce soit. Aujourd’hui, on comprend mieux le racisme systémique. Les blancs ont des privilèges que d’autres groupes n’ont pas. C’est pour ça que c’est important d’identifier les privilèges pour avoir un meilleur portrait de la situation.

Sylvain Rheault insiste sur l’importance de présenter des perspectives de chercheurs aux profils différents pour le colloque. “Pas juste ceux qui sont en littérature ou en linguistique, mais aussi ceux qui sont dans les domaines de santé, d’éducation, de services sociaux, et d’autres domaines de recherche sont invités à participer [...] et créer un GPS pour mieux comprendre où l’on va et où l’on veut arriver.”

Encadré :
Les organismes et les membres de la francophonie sont appelés à s’inscrire aux tables rondes pour faire le point sur l’égalité au sein des communautés francophones de l’Ouest.

 

-30-

 

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 27 janvier, 2021
  • Dernière mise à jour 27 janvier, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article