Pas besoin de tester les élèves au nez qui coule et aux maux de tête en Ontario

L’Ontario a mis à jour ses directives de dépistage pour les écoles et les garderies. Les enfants qui ont le nez qui coule, des maux de tête ou des vomissements pourront retourner à l’école après 24 heures s’ils se sentent mieux.
ÉMILIE PELLETIER
Initiative de journalisme local — Le Droit

Les directives mises à jour indiquent que si l’enfant ne présente qu’un seul symptôme qui peut être lié à d’autres types de maladies, qui n’est pas la toux, l'essoufflement ou la perte de goût, il peut retourner à l’école ou à la garderie après 24 heures, si sa condition s’améliore.

Dans ce cas, un résultat négatif d’un test de dépistage de la COVID-19 n’est pas nécessaire pour revenir.

Ils devront toujours être isolés et consulter un médecin s’ils ont de la fièvre, une perte d’odorat, de la toux ou s’ils sont essoufflés.

Le mal de ventre et la conjonctivite (« oeil rose ») ont été retirés de la liste de symptômes de la COVID-19 du ministère de l’Éducation.

Pas de nouvelles restrictions

En conférence de presse jeudi, le premier ministre ontarien Doug Ford n’a pas annoncé de nouvelles restrictions quant aux mesures sanitaires pour réduire la transmission de la COVID-19.

Au contraire, M. Ford persiste et signe: il n’y a pas suffisamment de preuves que les restaurants et les lieux publics récréatifs posent un réel danger, a-t-il indiqué, ajoutant qu’il préfère plutôt punir les personnes qui enfreignent les règlements actuellement en place que de fermer les entreprises.

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr David Williams, a fait savoir que de futures restrictions seraient plus « stratégiques » que lors de la première vague et que les points chauds de la COVID-19 seraient plus précisément visés.

Augmentations de salaire en santé

Doug Ford a annoncé que son gouvernement investira 461 millions $ pour accorder une augmentation de salaire temporaire aux préposés aux bénéficiaires. Cela représente 3 $ de plus par heure pour 50 000 membres du personnel des établissements de soins de longue durée, pour 38 000 travailleurs aux soins à domicile et 34 000 professionnels des services aux enfants.

Le premier ministre a fait savoir que cette augmentation salariale temporaire « sera revue régulièrement et pourrait se prolonger jusqu’au 31 mars 2021 ».

COVID-19: un retard de dépistage jamais vu en Ontario

L’arriéré de tests de dépistage de la COVID-19 de l’Ontario vient d’atteindre un niveau record: 82 473 personnes attendent actuellement leur résultat, en province.

Récemment, les laboratoires effectuent environ 40 000 tests par jour.

Jeudi, la santé publique de l’Ontario faisait état de 538 nouvelles infections au coronavirus, portant le total du nombre de cas en province à 52 248.

L’Ontario déplore aussi trois nouveaux décès survenus au cours des dernières 24 heures.

En tout, 2 851 personnes ont perdu la vie en raison du virus en Ontario, dont 1 838 résidents de foyers de soins de longue durée et huit employés.

Parmi les 162 personnes qui étaient à l’hôpital mercredi en raison de la COVID-19, 36 étaient aux soins intensifs et 17 sous respirateur.

Rappelons que selon les experts de la santé publique de la province, si le nombre de patients aux soins intensifs demeure sous la barre des 150, le système de santé peut continuer à opérer de façon habituelle. Toutefois, s’il dépasse les 350 patients, il deviendra impossible de prodiguer les soins qui ne sont pas liés au virus.

En date de jeudi, 85% des personnes ayant contracté la COVID-19 en Ontario sont maintenant considérées comme guéries.

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 1 octobre, 2020
  • Dernière mise à jour 1 octobre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article