Municipalités et écoles peinent à aménager des espaces verts

Afin de s’adapter à la croissance de la population dans les zones urbaines, les municipalités planifient le développement urbain de leurs communautés à long terme. Une composante importante de ces plans est la création et le maintien d’espaces verts dans les zones urbaines, mais plusieurs défis et obstacles rendent cet objectif difficile à atteindre, notamment dans les écoles francophones.

_______________________

Rachel Barber — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

L’organisme sans but lucratif Rainbow Routes de Sudbury se donne pour mandat de «se consacrer à la transformation urbaine du Grand Sudbury en un lieu plus dynamique», notamment grâce aux sentiers et routes non motorisées qui encouragent le transport actif.

Son directeur, Daniel Barette, s’est notamment penché sur le cas de l’École publique Hélène-Gravel. Le Conseil scolaire public du Grand Nord de l’Ontario (CSPGNO) a annoncé il y a plusieurs mois la transformation d’un terrain devant l’école en débarcadère d’autobus afin de résoudre le problème de circulation sur la rue Stephen, adjacente.

Cette décision va à l’encontre de ce que préconisent Daniel Barrette, ingénieur civil de formation, et l’association Rainbow Routes.

«Plus je faisais des recherches, plus je réalisais qu’on parle littéralement de la santé mentale et du bien-être de l’enfant. [De remplacer des espaces verts par des espaces bétonnés], ce n’est pas simplement le problème de l’école, c’est un problème de société! Il n’y a pas assez [d’espaces verts], qui sont bons pour eux, alors qu’il y a tellement de distractions, comme la technologie et le style de vie occupé», déplore Daniel Barette.

«S’il y a un endroit où on peut penser effectuer des changements positifs et concrets, ce sont les terrains des écoles! C’est là où les jeunes passent le plus de temps, où le parent est avec eux souvent et où sont leurs amis. J’ai passé beaucoup de temps sur ce terrain [avec mes enfants] et j’ai réalisé à quel point il a une grande valeur dans la vie des enfants et dans la communauté pour plusieurs raisons. C’est vraiment leur espace à eux, donc c’est là qu’on doit prendre les bonnes décisions», poursuit le directeur de Rainbow Routes.

Il défend qu’afin d’atteindre cet objectif, les conseils scolaires doivent mettre du financement de côté spécifiquement pour assurer la création et le maintien d’espaces verts sur leurs terrains.

«Si on ne dédie pas des ressources spécifiques à ce but, que ce soit des ressources humaines ou des capitaux, c’est certain qu’on va avoir de la difficulté à l’atteindre. La grosse tendance dans les 20 dernières années est d’investir pour essayer d’accommoder le fait que les écoles grossissent, ce qui entraîne davantage de circulation. Pour changer les affaires, il faut investir ailleurs pour essayer d’apporter le changement d’une façon plus organique.»

«Il faut regarder cette situation comme une véritable question de santé publique. Ainsi, on peut créer des équipes qui incluent non seulement des ingénieurs civils, mais aussi des organismes communautaires et plus de proactivité de la santé publique», conclut Daniel Barette.

Pression sur les conseils scolaires

Le directeur de l’éducation du CSPGNO, Marc Gauthier, souligne lui aussi l’importance qu’ont les espaces verts sur les terrains d’école. Plusieurs écoles du conseil scolaire ont d’ailleurs participé au concours de la cour d’école la plus laide du Grand Sudbury, qui a pour objectif «d’aider les écoles de la collectivité à rendre les cours d’école plus vertes et plus saines».

Le conseil scolaire admet cependant faire face à de nombreux défis, dont la gestion de la sécurité des élèves, la croissance de la population des écoles et les limites du terrain d’école en question.

«Hélène-Gravel est une vieille école. Avant, c’était une école publique anglophone d’une centaine d’élèves. Aujourd’hui, on est rendus à presque 300 élèves, en plus d’une garderie qui compte une cinquantaine d’enfants. La façade de l’école a été construite pour une centaine d’élèves, donc il faut s’adapter pour répondre aux nouveaux besoins. Le problème avec le terrain d’Hélène-Gravel, c’est qu’il est profond, mais que le nombre de pieds entre l’école et le chemin est limité», explique Marc Gauthier.

Identifier, classifier, analyser

Gestionnaire de la planification communautaire et stratégique du Grand Sudbury, Kris Longston qualifie les espaces verts d’«essentiels dans une communauté» pour plusieurs raisons : promouvoir un style de vie sain, fournir des espaces ombragés et fournir des espaces pour faire de l’exercice, entre autres. Il assure que la ville travaille activement à créer et maintenir des espaces verts en suivant les politiques énoncées dans le Plan officiel de la Ville du Grand Sudbury.

«La ville travaille depuis longtemps à la préservation et au maintien d’espaces verts. Il y a quelques années, nous avons travaillé avec un comité consultatif sur les espaces verts et nous avons identifié tous ceux qui appartiennent à la ville. Nous les avons ensuite classifiés selon leur type : les systèmes de sentiers comme le ruisseau Junction, les espaces verts régionaux comme le parc Bell et les espaces verts communautaires comme les aires de jeux d’eau», explique Kris Longston.

«Nous avons ensuite déterminé s’il y avait des lacunes dans notre inventaire d’espaces verts et quelques recommandations ont été ajoutées au Plan officiel, qui comprend des cibles en matière d’espaces verts pour la communauté. Nous avons une politique d’acquisition si jamais des occasions se présentent d’acquérir des espaces verts additionnels», conclut le gestionnaire de la planification communautaire et stratégique.

-30-

BP :

  • IJLO_Urbanisme espaces verts 1 : La construction du débarcadère d’autobus a déjà été entamée à l’École publique Hélène-Gravel. (Crédit : Rachel Barber)
  • IJLO_Urbanisme espaces verts 2 : Le parc Bell à Sudbury. (Crédit : Rachel Barber)
  • IJLO_Urbanisme espaces verts 3 : Le directeur de l’éducation du CSPGNO, Marc Gauthier, souligne lui aussi l’importance qu’ont les espaces verts sur les terrains d’école. (Crédit : Site Web du CSPGNO)
  • Nombre de fichiers 4
  • Date de création 9 juillet, 2020
  • Dernière mise à jour 10 juillet, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article