«Mon bureau de Summerside est submergé d’appels», dit Bobby Morrissey

Le député libéral de la circonscription d’Egmont, Bobby Morrissey, est fort occupé ces temps-ci.  Il passe beaucoup de temps en téléconférence et à rassurer ses concitoyens. 

________________

Jacinthe Laforest

Initiative de journalisme local - APF - Atlantique

«Ça fait des années que je suis en politique et je n’ai jamais rien vu de tel.  Tout est fermé, les gens perdent leur emploi ou ne peuvent pas travailler, le niveau d’anxiété est très haut, surtout depuis la fin de semaine du 22 mars.  Avant cela, je ne crois pas que les gens avaient vraiment saisi les implications.  Depuis le début de la semaine (à partir du 23 mars), mon bureau à Summerside est submergé d’appels», a dit Bobby Morrissey.

Les bureaux de Services Canada étant fermés à l’Île-du-Prince-Édouard, les gens se sont tournés vers le bureau de M. Morrissey à Summerside.  «Les gens ne peuvent pas entrer directement de la rue.  Nous prenons des précautions, mais nous sommes un des seuls endroits ouverts pour obtenir des renseignements.  Le téléphone ne dérougit pas.»

«Dans Egmont, la principale inquiétude est l’argent.  Notre économie est saisonnière et rendu à cette période-ci de l’année, les prestations d’assurance-emploi arrivent à leur terme.  Normalement, les pêcheurs devraient déjà préparer leur prochaine saison.  Ils ne savent pas s’il y en aura une.  L’impossibilité de planifier de se projeter un mois dans l’avenir, rend les choses encore plus difficiles», précise Bobby Morrissey.

Nouvelle prestation canadienne d’urgence

Le 25 mars en avant-midi, une version réduite du Parlement canadien (une trentaine de députés issus des quatre partis officiels) s’est entendue sur un cadre législatif pour créer la Prestation canadienne d’urgence pour venir en aide aux travailleurs et aux entreprises

Cette prestation imposable permettra d’offrir 2 000 $ par mois pendant quatre mois au maximum aux travailleurs qui perdent leur revenu à cause de la pandémie de COVID‑19.

Mentionnons que cette prestation remplace deux mesures précédemment annoncées, soit l’Allocation de soins d’urgence et l’Allocation de soutien d’urgence.

Dans l’impossibilité d’être à Ottawa pour voter, Bobby Morrissey a regardé les travaux sur la chaîne parlementaire comme un simple citoyen.  Il a été agréablement surpris de l’efficacité du gouvernement qui a adopté un cadre législatif en quelques heures alors que dans un autre contexte, cela aurait pu prendre des mois.

«Je dois dire que je suis assez satisfait des mesures prises par mon gouvernement, ajoute Bobby Morrissey.  Comme le dit M. Trudeau, nous ne laisserons tomber personne.  Ça peut prendre du temps, mais nous sommes là.» M. Morrissey insiste que le Canada est peut-être le pays qui était le mieux placé, financièrement, pour faire face à cette situation. «Nous avons réussi à débloquer plus de 100 milliards de dollars pour soutenir et les citoyens et l’économie», dit-il avec fierté.

Qui aura droit à la Prestation canadienne d’urgence?

Le portail d’inscription pour recevoir la Prestation canadienne d’urgence ( PCU) sera fonctionnel le 6 avril.  La PCU vise  les Canadiens qui ont perdu leur emploi, qui tombent malades, qui sont mis en quarantaine ou qui prennent soin d’une personne atteinte de la COVID‑19, ainsi que les parents qui doivent cesser de travailler pour s’occuper d’enfants malades ou qui doivent rester à la maison en raison de la fermeture des écoles et des garderies. La PCU s’applique aux salariés de même qu’aux travailleurs contractuels et aux travailleurs autonomes qui ne seraient autrement pas admissibles à l’assurance-emploi.

De plus, les travailleurs qui ont toujours un emploi, mais qui ne reçoivent aucun revenu en raison d’interruptions du travail causées par la COVID‑19, seront également admissibles à la PCU. Cette prestation aidera les entreprises à garder leurs employés en poste pendant qu’ils gèrent ces moments difficiles, tout en leur permettant de conserver la capacité de reprendre rapidement leurs activités dès que cela sera possible.

La PCU ne remplace pas l’assurance-emploi et ne s’ajoute pas à l’assurance emploi

Le régime d’assurance-emploi n’a pas été conçu pour traiter le volume sans précédent de demandes reçues au cours de la dernière semaine, un volume qui va encore augmenter.  Dans ce contexte, le traitement des dossiers pourra prendre du temps, plus que d’habitude.  Il est donc recommandé que les personnes admissibles s’inscrivent dès que le portail sera fonctionnel, afin de recevoir leurs prestations dans les 10 jours, tout en maintenant leur dossier actif auprès de l’assurance-emploi.  Rappelons que la PCU durera 16 semaines au maximum.

-30-

 

Photo : Bobby Morrissey, député libéral de la circonscription d’Egmont.  (Photo : Courtoisie)

 

 

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 26 mars, 2020
  • Dernière mise à jour 26 mars, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article