Mission accomplie pour Ron Cormier à la barre de la Chambre de commerce du Grand Shédiac

Après avoir présidé le conseil d’administration de la Chambre de commerce du Grand Shédiac depuis sa fondation en mai 2012, Ron Cormier peut dire : mission accomplie. Il ne cache pas cependant que beaucoup de choses vont lui manquer, dont le conseil d’administration, les réunions et les discussions d’affaires ou de politique. «Nous avons un bon groupe et si on pouvait avoir du plaisir, on a aussi eu des réunions très sérieuses et nous sommes demeurés des amis, dit-il. Je suis chanceux d’avoir vécu cette expérience et ça va me manquer.»

________________

Claire Lanteigne

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

Mais après huit années à la barre de l’organisme, il croit qu’il faut du sang neuf, surtout que, selon lui, il y a une bonne relève en place. D’une vingtaine de membres lors de l’incorporation, on en compte maintenant 154. Il ajoute avoir fait tout ce qu’il a pu et ne cache pas que cette dernière année a été difficile avec la COVID-19.

«Il n’y a pas un moment où j’ai été plus fier que cet été, poursuit-il, de voir comment la Chambre de commerce a réagi face à cette pandémie. Il fallait penser à “l’extérieur de la boîte” et plusieurs petites et moyennes entreprises ne savaient pas où aller pour de l’information sur les différents programmes qui étaient offerts.» L’organisme a regroupé toute l’information disponible afin de la partager avec ses membres.

La Chambre a mis sur pied un programme de 20 000 $ afin d’aider les membres à absorber les coûts pour faire rouler leurs entreprises. On octroyait jusqu’à 250 $ maximum pour aider avec l’achat de plexiglass, désinfectants et autres produits nécessaires en cette pandémie.

«Ce n’est pas un gros montant, dit-il, car nous ne sommes pas riches, mais on a mis nos idées ensemble pour voir ce qu’on pouvait faire à un coût raisonnable et ça été apprécié.»

Ron Cormier est aussi très fier des partenariats créés avec Centre-Ville Shédiac et la Ville de Shédiac pour la création du programme Je choisis Shédiac afin d’encourager les gens à acheter localement. «Nous voulons continuer à bâtir sur ce projet qui a été un grand succès, en faisant des demandes à différentes agences et programmes pour aller chercher de l’argent et poursuivre cette belle campagne», ajoute-t-il. Les partenariats sont pour lui importants afin d’améliorer la qualité de vie de la communauté.

Il y a actuellement une campagne de boîtes de Noël remplies de produits de commerces locaux.  Cette initiative est rendue possible grâce à un partenariat entre la campagne Je choisis Shédiac, Viva Shédiac, la Ville de Shédiac, Centre-Ville Shédiac et la Chambre de commerce du Grand Shédiac.

M. Cormier souligne que la Ville de Shédiac affiche l’une des plus fortes croissances parmi les municipalités de la province. «Plus que jamais, nos partenaires d’affaires ont confiance dans l’énorme potentiel de développement qu’offre la Ville de Shédiac et la ville fait tout ce qu’il faut pour faciliter la venue de ces joueurs clés dans le développement à long terme de la municipalité», souligne-t-il. Il ajoute que Shédiac et la région sont choyées avec la création de cette Chambre de commerce, qui est une voix collective pour appuyer les membres dans leur quête d’information et de services. L’organisme est également membre de la Chambre de commerce de l’Atlantique et de la Chambre de commerce du Canada, ce qui permet d’avoir une voix assez forte.

«Il faut travailler ensemble encore plus en temps de pandémie pour voir comment on va se sortir de cette période difficile, précise Ron Cormier, et bâtir une stratégie collective en faisant pression auprès des gouvernements provinciaux et fédéral pour aider à la survie des petites et moyennes entreprises.» Il est conscient que toutes les autres municipalités ont eu leurs défis, mais qu’au Nouveau-Brunswick, on a eu de la chance et qu’on a pu comprendre ce qu’on devait faire afin de contrôler la pandémie. «J’espère que nous serons récompensés par les bons dieux du tourisme l’an prochain», dit-il en riant.

Ron Cormier souligne qu’il s’est toujours basé sur quatre piliers pour bâtir l’organisme, soit la formation, l’engagement communautaire, les opportunités et les résultats. Pour lui, cela signifiait le succès et c’est ce qu’il a essayé de faire pendant plusieurs années avec les nombreuses personnes qui ont siégé au conseil au cours des années. Lors de l’assemblée générale annuelle tenue la semaine dernière, il les a d’ailleurs remerciés pour leur travail.

Les membres du conseil d’administration 2020-2021 sont : Marc-André Arsenault (Arsenault Cylinder), Sophie Belliveau-Doiron, Ocean Surf; Joël Boudreau, Services Financiers Investia; John Cormier, Sobeys Shédiac; Renée Cormier, avocate; Stacey Daigle, Auberge Gabrièle; Frédéric Desclos, Adorable Chocolat; Daniel Dupuis, Imprimerie Dupuis; André Melanson, UNI entreprises; Manon Sirois, Assurance Vienneau et Paul Boudreau, conseiller municipal. Raymond Cormier et Danny Pellerin sont membres d’office. Anne McGraw est la directrice générale de l’organisme.

Le conseil d’administration choisira cette semaine la personne qui succédera à Ron Cormier à la présidence.

Une saison estivale difficile

Également copropriétaire de Croisières Shediac Bay, Ron Cormier a vécu une saison difficile. Les règlements du ministère des Transports ont fait en sorte que la saison n’a débuté qu’au 1er juillet. La distanciation n’est pas chose facile dans un bateau. Il fallait aussi prendre les coordonnées des passagers et respecter les directives de la Santé publique. «Nous avons perdu 132 autobus de touristes et les frontières fermées du Québec et de l’Europe nous ont fait perdre plus du tiers de notre clientèle. Pour la Croisière Lobster Tail, par exemple, des 300 à 350 soupers habituels, nous en avons eu huit cette année. Financièrement nous avons perdu 80 % de notre chiffre d’affaires», explique-t-il.

Mais comme Ron et son épouse Denise sont plus optimistes que pessimistes, ils réalisent qu’ils ne sont pas les seuls dans cette situation. «Nous avons été bien traités comme entreprise au cours des années et un des effets les plus tristes de cette saison a été d’avoir dû laisser aller les étudiants et étudiantes; on a seulement pu en garder trois.» Il ajoute que le bateau n’a jamais été aussi propre, car les étudiantes étaient occupées à le laver, le relaver et à le désinfecter. Il prévoit être très  occupé en septembre 2021 car des compagnies d’autobus ont communiqué avec lui pour indiquer qu’ils  auront des bulles de 20 personnes au lieu des 50 habituelles, donc plus de tours avec moins de monde. Auparavant, si on avait moins de 39 personnes, on pouvait ajouter des gens du public, mais on ne pourra pas mêler la bulle. Ron Cormier planifiait la vente de son entreprise depuis deux ans, mais il est prêt à l’opérer quelques autres années s’il le faut. Il a confiance qu’avec un vaccin, on sera à nouveau en selle et des gens pourraient être intéressés à acheter son entreprise.

Photos :

Ron Cormier (courtoisie)

Photo Je choisis Shédiac : La campagne Je choisis Shédiac a connu un grand succès. (courtoisie)

  • Nombre de fichiers 5
  • Date de création 9 novembre, 2020
  • Dernière mise à jour 9 novembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article