Mission accomplie pour Léo Doiron à la présidence de la Légion de Shédiac

Après 11 ans comme président de la Légion royale canadienne, filiale 33, de Shédiac, Léo Doiron tirait sa révérence lundi, avec le sentiment d’avoir accompli toute une mission.  «C’était le temps de passer le flambeau», souligne celui qui quitte son poste après avoir effectué six mandats.

______________________

Claire Lanteigne

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

«Je me sens bien après y avoir donné corps et âme pendant toutes ces années et la Légion est dans une bien meilleure position que lorsque je suis arrivé. Il y avait alors des actifs de 168 000 $ tandis qu’ils se chiffraient à 900 000 $ en 2019. Ce sera différent, c’est certain. Et maintenant quand quelqu’un voudra se plaindre, ce sera à quelqu’un d’autre», ajoute-t-il en riant.

Il y pensait depuis longtemps et n’eut été du projet de construire un édifice de logements abordables pour les anciens combattants à Shédiac, il serait parti il y a trois ans. Les décisions qu’il a dû prendre pour amener la Légion où elle est maintenant n’ont pas toujours été faciles.  Pour ce projet de logements, par exemple, certains membres ne croyaient pas que l’organisme devait s’engager dans l’immobilier. Mais Léo Doiron croit que ce fut une bonne décision.

«Avec mon style de leadership, j’ai toujours voulu apporter la Légion de Shédiac dans la meilleure direction», dit-il. Il souligne que le président peut avoir toutes les idées qu’il veut, mais en fin de compte, c’est le conseil qui décide. Et il précise que tout ce qui s’est fait sous sa présidence l’a été avec l’appui des membres, du conseil et de bons partenariats avec la communauté. «Sept contrats ont été signés par des anciens combattants pour les appartements et le dernier devrait se faire prochainement avec un déménagement le 1er mars», ajoute-t-il.

La construction de l’édifice a été légèrement retardée en raison de la COVID-19, mais elle a été effectuée en respectant les budgets. M. Doiron est heureux que les différents contrats nécessaires à la construction de l’édifice aient été signés avant la pandémie. Les prix fixes ont permis d’éviter d’avoir été aux prises avec la flambée des prix des matériaux qui est survenue par la suite. L’édifice, évalué au départ à 950 000 $, a maintenant une valeur sur le marché de 1,2 million de dollars.

«L’ouverture officielle a été remise à plus tard cette année à cause de la pandémie et nous aurons une belle fête», indique M. Doiron. Le Mur d’honneur, qui reconnaîtra les donateurs sera complété, ainsi que deux boîtes de 10 pieds par 20 pieds actuellement en construction par les étudiants du Collège communautaire de Moncton. Ces boîtes serviront d’espace d’entreposage pour les huit appartements.

Gérer en temps de pandémie

Être en phase rouge, jaune ou orange et respecter les directives de la santé publique apporte aussi ses défis pour la Légion de Shédiac. «En phase orange, nous ouvrons à midi et fermons à 22 h, explique M. Doiron. Nous restons ouverts un peu plus tard en fin de semaine, mais notre édifice est ouvert aux membres et invités seulement. Alors ce sont toujours les mêmes personnes qui y viennent, mais c’est dur pour les membres du conseil et les employés de s’assurer que les gens respectent leur bulle.»

M. Doiron ajoute que pendant la période des Fêtes, il y avait plus de monde  et l’on devait demander aux gens d’aller à l’étage en attendant que des places se libèrent en bas.

Parfois, des gens que les employés ne connaissaient pas sont venus à la Légion. Il fallait vérifier et leur dire que seuls les membres et les invités avaient le droit d’y être. «C’est un gros fardeau pour une entreprise comme la Légion, qui habituellement veut toujours accueillir plus de gens, d’avoir à dire qu’ils ne peuvent pas entrer», admet Léo Doiron. «Mais leurs membres sont pour la plupart dans la catégorie vulnérable et on ne voudrait pas qu’aucune personne ne tombe malade.»

Le vice-président  de l’organisme, Michael LeBlanc, a été assermenté président lundi après-midi. M. Doiron, maintenant président sortant, se dit prêt à donner un coup de main et à offrir des conseils au besoin. Il est toujours Commandant du district.

«Je souhaite bonne chance au nouveau président et j’espère que les gens qui prennent la relève auront la même éthique de travail et que ce sera un succès. J’ai accompli ce que je voulais dans mon mandat à la présidence, mais je suis encore jeune et j’ai d’autres projets à réaliser pour la communauté», conclut-il.

-30-

Photo :

La campagne du coquelicot a toujours été un événement important pour Léo Doiron. (Photo : C. Lanteigne)

Léo Doiron au début de son mandat à la présidence. (Courtoisie)

 

  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 18 janvier, 2021
  • Dernière mise à jour 18 janvier, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article