IJL - Ouest

L’histoire de la Fransaskoisie narrée aux jeunes

À travers sa série d’ateliers pédagogiques, la Société historique de la Saskatchewan (SHS) donne vie à l’histoire dans la salle de classe des écoles de la province. Intitulé Gardiens de Lys’toire, le projet vient ainsi répondre à une demande croissante d’activités ludiques en français.

Lucas Pilleri

Initiative de journalisme local – APF - Ouest

« Souffrant d’une trop forte demande de la part des écoles de la province, nous avons dû élaborer une nouvelle méthode pour offrir les ateliers », explique dans un communiqué le directeur de la SHS, Alexandre Chartie. C’est chose faite avec le projet pilote Gardiens de Lys’toire qui a recruté, depuis janvier, cinq animateurs à travers la province pour animer des ateliers dans les écoles francophones et d’immersion.

Les animateurs ont eu le temps de donner treize ateliers entre janvier et mars 2020, jusqu’à ce que le confinement soit imposé. Certains ateliers sont ensuite devenus virtuels, notamment le fameux Fléché fransaskois pour les établissements du Conseil des écoles fransaskoises : une activité obligatoire dans le parcours des étudiants qui vient ponctuer leur scolarité lors de la remise des diplômes.

Janie Moyen, 18 ans, fait partie des cinq animateurs. Elle a suivi l’atelier du Fléché fransaskois à l’École canadienne-française de Saskatoon, un moment propice à la découverte des jalons importants de l’histoire francophone de la province, « comme le moment où le père André Mercure a refusé sa contravention en anglais ou la lutte pour la gestion scolaire francophone ».

L’unité par l’histoire

Les couleurs de la ceinture fléchée, emblème de la fransaskoisie, sont également expliquées aux jeunes : « Le jaune des plaines, le vert des forêts, le rouge des Métis », évoque Janie Moyen. « Ce symbole réunit tous les Fransaskois. On veut montrer aux jeunes qu’ils en sont l’avenir. Ça représente leur parcours et celui de ceux qui les précèdent ».

Passionnée d’histoire, l’animatrice aime en particulier l’atelier des Cent noms qui retrace la vie de francophones illustres : Jeanne Sauvé, Joe Fafard, Gabriel Dumont… « On parle aux jeunes de personnes qui ont eu un impact sur notre histoire », résume-t-elle.

Même constat pour Omer Labrie-Boulay, étudiant de 19 ans à l’Université de Regina, lui aussi animateur pour la SHS et qui anime des ateliers dans les écoles de Regina et de Moose Jaw. « Ça donne un sentiment de fierté aux jeunes, dit-il. Ce n’est pas juste leur donner des informations, c’est aussi leur donner une belle image de la culture et de l’histoire francophones. »

Soif de découvrir en français

Du côté des écoles, l’offre des ateliers est accueillie à bras ouverts. « Quand on enseigne en immersion, c’est difficile d’avoir des programmations en français. C’est important d’avoir des ateliers en français pour nos apprenants bilingues en immersion », confie la directrice de l'école St. Margaret à Moose Jaw, Sarah Phipps..

La directrice est d’autant plus satisfaite que l’approche est ludique et pédagogique. « Les élèves ont hâte de participer aux ateliers car c’est quelque chose de différent », observe-t-elle. En outre, les ateliers montrent aux apprenants bilingues que le français peut être utilisé en dehors de la salle de classe.

Le projet pilote des Gardiens de Lys’toire s’achève le 30 juin, mais sera reconduit. « Certains gardiens pourraient devenir des formateurs à leur tour, car nous pensons augmenter nos effectifs », indique la coordinatrice de la programmation à la SHS, Leslie Garrido-Diaz. L’embauche de gardiens plus âgés est même envisagée : « Nous pensons étendre notre recrutement aux aînés. Cela pourrait être tellement enrichissant pour les jeunes », songe-t-elle.

-30-

ENCADRÉ Pourquoi le nom de Gardiens de Lys’toire ?

« Nous voulions un terme qui parle de transmission et de rétention du savoir. Et nous voulions faire écho à l’histoire, alors le jeu de mot avec la fleur de lys était un choix original et avait du sens », explique la coordinatrice de la programmation à la Société historique de la Saskatchewan, Leslie Garrido-Diaz,.

-30-

PHOTOS

Groupe

Légende : Les gardiens ont donné 13 ateliers au total entre janvier et mars 2020.

Crédit : Courtoisie de la SHS

Janie Moyen

Légende : L’atelier du Fléché fransaskois est une étape obligatoire pour les étudiants du Conseil des écoles fransaskoises afin d’obtenir leur ceinture fléchée, emblème de la fransaskoisie.

Omer Labrie-Boulay

Légende : Les ateliers ont dû s’adapter au confinement en devenant virtuels, une alternative qui pourrait être conservée pendant l’hiver pour rejoindre les écoles éloignées.

-30-

  • Nombre de fichiers 4
  • Date de création 25 juin, 2020
  • Dernière mise à jour 25 juin, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article