IJL - Ouest

Les services en français : pas de changement à prévoir en Saskatchewan et en Colombie-Britannique

Les francophones de la Colombie-Britannique et de la Saskatchewan ont peu d’espoir de voir leurs gouvernements respectifs adopter des lois sur les langues officielles. À l’issus des scrutins provinciaux dans chacune des provinces, à la fin novembre, la consolidation des services en français ne semblent pas faire partie des priorités pour les deux gouvernements de l’Ouest du pays.

Par Alyson Roussel

Initiative de journalisme local – APF - Ouest

Dans l’espace de trois jours, deux élections provinciales ont eu lieu au pays. Le 24 octobre dernier, on apprenait que le gouvernement néo-démocrate de John Horgan, en Colombie-Britannique, restait au pouvoir, cette fois-ci de façon majoritaire avec 55 sièges. Le 26 octobre, le Parti saskatchewanais de Scott Moe se faisait réélire pour un quatrième mandat consécutif avec une majorité d’au moins 44 élus sur 61 sièges à l’Assemblée législative.

Promesse électorale inexistante

Il est encore tôt pour élaborer sur les actions des gouvernements envers la francophonie pour le prochain mandat, mais pas trop tôt pour s’interroger sur les intentions des partis envers les francophones. Dans les deux cas, aucun des partis n’avait mis de l’avant ou même abordé la cause francophone dans leurs campagnes électorales respectives. Le politicologue et professeur retraité de l’Université de Régina, Stephen Kenny, nous explique cette absence.

« La population francophone est éparpillée. Il n’y a pas une seule circonscription où les francophones ont une vraie valeur de force. Le gouvernement n’a pas besoin d’élargir les droits des francophones », explique-t-il.

Cette situation est aussi véridique sur la côte ouest, affirme le professeur en Sciences politiques à l’Université Simon Fraser, Rémi Léger.

« Dans une perspective électoraliste, c’est vrai de dire qu’il n’y pas une circonscription où les francophones représentent un pourcentage important en Colombie-Britannique », dit-il.

Politique et loi sur les services en français

Depuis 2003, la Saskatchewan possède une Politique de services en langue française qui s'applique à tous les ministères provinciaux, les sociétés d'État et les organismes gouvernementaux. Pour ce qui est de la Colombie-Britannique, elle est la seule province qui n’a ni politique ni loi sur les services en français. Le professeur en science politique de Burnaby n’est pas fier de la situation.

« Je trouve que la Colombie-Britannique comme province paraît mal n’ayant pas de politique ou de loi sur les services en français », pense M. Léger.

Selon lui, l’argument de la « seule province qui n’a pas de loi ou de politique » devrait être martelée plus souvent par les organismes francophones.

Le coordonnateur des relations gouvernementales à la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB), Christian Deron, assure que des travaux étaient déjà en cours avec le ministre de la Santé, Adrian Dix, avant la pandémie.

« On a espoir de faire des avancées significatives avec ce gouvernement », lance-t-il.

Selon M. Deron, avoir une politique ne veut pas dire la respecter. Pour lui, il est préférable d’avoir une bonne entente avec le gouvernement qui « engage relativement dynamiquement » la communauté que « d’avoir une politique qui dort sur une tablette ».

Nouveau mandat synonyme d’élargissement des services

Un gouvernement néo-démocrate majoritaire n’aiderait pas plus la cause des francophones en Colombie-Britannique. Le représentant de la FFCB affirme que pendant le précédent mandat de la coalition avec les verts, le gouvernement était à l’écoute des Franco-Colombiens. La majorité néo-démocrate ne devrait pas apporter de changement.

Néanmoins, la Colombie-Britannique attend une politique qui n’arrive guère. Pour le professeur au département d’histoire de l’Université Simon Fraser, Nicolas Kenny, ce n’est pas une priorité du NPD.

« Ça demanderait une grande mobilisation de la communauté francophone pour en arriver à une politique. Je n’ai pas l’impression que c’est très haut dans la liste des tâches à accomplir du gouvernement, malheureusement pour la communauté », souligne le professeur.

Le parti néo-démocratique de la Colombie-Britannique n’a pas désiré s’exprimer sur la question avant la fin du dépouillement des bulletins envoyés par la poste.

En Saskatchewan, le président de l’Assemblée communautaire fransaskoise, Denis Simard, ne pense pas voir de changement en francophonie.

« Ça fait 13 ans que ce parti est au pouvoir. Politiquement, les choses ne vont pas changer », explique-t-il.

Le président de l’Assemblée et le directeur général de la Direction des affaires francophones de la Saskatchewan, Charles-Henri Warren, s’entendent toutefois sur le progrès de la cause canadienne-française en Saskatchewan dans les dernières années. Entre autres, la province note des avancées en éducation avec la signature d’une entente de principe, l’annonce d’une nouvelle école primaire à Régina et une augmentation dans le nombre de places en garderies francophones.

« Je pense qu’il y a un intérêt du gouvernement et de la communauté à continuer à bâtir sur ce qui a été fait dans les dernières années »,  exprime M. Warren.

-30-

Bas de vignettes :

  • Le professeur au département d’histoire de l’Université Simon Fraser, Nicolas Kenny. (crédit photo, Université Simon Fraser)
  • Le président de l’Assemblée communautaire fransaskoise, Denis Simard. (gracieuseté de sa part)
  • Le coordonnateur des relations gouvernementales à la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique, Christian Deron. (gracieuseté de sa part)
  • Le professeur en science politique à l’Université Simon Fraser, Rémi Léger. (crédit photo, Université Simon Fraser)
  • Le pont Lions Gate de Vancouver. (crédit photo Alyson Roussel, été 2020)
  • Un champs en Saskatchewan. (crédit photo, Alyson Roussel, été 2017)
  • Nombre de fichiers 7
  • Date de création 2 novembre, 2020
  • Dernière mise à jour 2 novembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article