Les réseaux sociaux, un outil indispensable en temps de pandémie

Alors que la crise de la COVID-19 continue de semer la peur et l’incertitude dans notre quotidien, plusieurs groupes d’entraide voient le jour sur les réseaux sociaux.
______
Jennifer Gravel
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

Les mesures prises par le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest deviennent de plus en plus restrictives alors que les rassemblements de 10 personnes et plus sont interdits depuis le 11 avril. Pour trouver un moyen d’aider les personnes plus vulnérables, plusieurs groupes d’entraide ont été créés sur les réseaux sociaux.

Un groupe Facebook nommé YK - Stay Calm and Help our elders and sick, dont la mission est de venir en aide aux ainés, a été créé par la Ténoise, Sheila Champion. Cette dernière sollicite les membres du groupe, qui s’élèvent à quelques centaines de personnes, afin d’amasser des dons en argent et des denrées, telles que de la nourriture, du papier de toilette et des produits nettoyants. Elle assemble des trousses de soins qui sont ensuite distribuées dans la ville.

Champion mentionne qu’elle le fait afin d’aider ceux qui sont dans le besoin. « Je vais continuer d’aider les gens. Tant que les dons continueront d’entrer et que les gens désireront m’aider, je vais continuer », assure-t-elle.

Alors que le groupe se concentre principalement à aider les personnes dans le besoin, un autre groupe Facebook, Caremongering YK, propose une autre approche. Créé par Paul Falvo, le groupe avait déjà atteint 600 membres 48 heures seulement après sa création. Plus centrés sur l’entraide directe entre les citoyens, les membres du groupe dans le besoin peuvent demander de l’aide pour toutes sortes de tâches, comme le déneigement ou l’accès à de la nourriture.

Une chose est sûre : les deux groupes comblent un énorme besoin pour la communauté qui doit se serrer les coudes. Falvo déclare d’ailleurs que ce partage communautaire est aussi bénéfique pour les gens qui reçoivent que les gens qui donnent.

Durant cette période de confinement, où il est grandement préférable de rester à la maison et d’éviter les contacts physiques, les réseaux sociaux sont une très bonne option afin de garder contact avec n’importe quel membre de la communauté, qu’il soit un proche ou non. Plusieurs associations, clubs et commerces offrent aussi des suggestions d’activités virtuelles sur leurs réseaux sociaux.

L’Association franco-culturelle de Hay River, par exemple, offre une heure de lecture en direct tous les mercredis à 13 h sur sa page Facebook, en plus de plusieurs autres activités pour tenir les francophones confinés occupés.

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlterritoires@apf.ca

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 14 avril, 2020
  • Dernière mise à jour 14 avril, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article