Les Rendez-vous de la francophonie en ligne

La 23e édition des Rendez-vous de la francophonie (RVF) a été lancée le lundi 1er mars 2021. Sous le thème « L’Acadie, au cœur de mon pays ! Une langue, des milliers d’histoires », cette édition virtuelle des RVF met en lumière les communautés acadiennes et leur impact sur la promotion du français en dehors du Québec.

Diana Ombe — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

Se déroulant jusqu’au 31 mars, les Rendez-vous de la francophonie font partie des manifestations culturelles entourant la Journée internationale de la Francophonie qui a lieu annuellement le 20 mars.

Organisés chaque année pour promouvoir la langue française et ses multiples expressions partout au Canada, cette nouvelle édition des RVF veut souligner l’apport et la présence des peuples autochtones et plus particulièrement le peuple acadien comme berceau de la francophonie canadienne.

« Les rendez-vous de la francophonie étant mis en place pour satisfaire la majorité francophone, nous voulions mettre de l’avant une facette peu connue de la culture francophone hors Québec. Cette année, nous avons décidé de mettre en lumière l’Acadie », déclare le directeur général de la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures, Guy Matte.

Des artistes pour animer l’évènement

Comme chaque année, les Rendez-vous de la francophonie sélectionnent des leaders communautaires pour servir de porte-parole durant l’évènement.

Cette année, Yao, chanteur, musicien et directeur artistique franco-ontarien, et Gill Barber, artiste musicale basée à Vancouver, ont été sélectionnés pour être les visages de cet évènement culturel.

Pour Guy Matte, il était important que les deux personnes choisies aient une bonne alchimie. En sélectionnant Yao, qui est un artiste franco-ontarien connu, et Gill Barber, qui est une anglophone amoureuse de la langue française, les RVF ont opté pour des artistes qui évoluent dans le même univers culturel et se complètent.

Une programmation virtuelle qui nous réserve des surprises

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle, les Rendez-vous de la francophonie ont dû s’adapter pour délivrer une programmation interactive et sécuritaire pour tous.

Pour cette édition spéciale, les RVF ont misé sur un format virtuel pour leurs activités locales et nationales.

« Cette année, au lieu de faire une tournée d’humoristes, on a décidé de faire un spectacle d’humour. Aussi, pour le 20 mars, afin de souligner la Journée internationale de la francophonie, nous comptons faire un webinaire sur la francophonie canadienne nationale.  Enfin, nous fournissons de la formation en humour pour les jeunes.  La formation se soldera par un spectacle virtuel pour faire part de leur qualité et de leurs compétences acquises lors de la formation », explique Guy Matte.

Au-delà du transfert de la programmation physique sur les plateformes numériques, les Rendez-vous de la francophonie ont misé sur la conception de nouvelles activités comme le Party de cuisine.

Cette activité interactive est un concours culinaire qui se divise en trois catégories : jeunes cuistots pour les 17 ans et moins, heureux toqués pour les 18 ans et plus et Tablée familiale pour toute la famille.

Un format incertain

Pour Guy Matte, bien que cette nouvelle édition s’accompagne de nouveautés dans les activités offertes, elle a nécessité de repenser l’évènement pour qu’il soit livrable en ligne.

« Nous avions l’habitude de faire des tournées dans tout le pays. Cette année, nous devons tout faire en virtuel. Dès lors, le problème qui se créait est de pouvoir se démarquer dans un paysage virtuel qui est déjà saturé. Il faut donc trouver des moyens pour se différencier des autres évènements et spectacles pour capter l’attention des Canadiens et Canadiennes », explique-t-il.

Selon lui, il a été essentiel de concevoir des activités et des spectacles attrayants pour le public, mais aussi de créer une communication efficace pour aider à la promotion de l’évènement et des activités qui y sont proposées.

À long terme, il est encore très difficile de déterminer si ce format va persister lors des prochaines éditions.

Pour Guy Matte, il est important d’attendre la fin de l’évènement pour effectuer une évaluation approfondie de ce dernier.

« Ce qui est important, c’est que les anglophones de ce pays se rendent compte qu’il y a de grandes communautés [francophones] partout sur le territoire.  Il faut qu’ils s’en aperçoivent et qu’ils l’apprécient. Tout de même, nous sommes ouverts à la possibilité de fournir un format virtuel ou hybride, si cela nous aide à atteindre notre objectif », conclut-il.

-30-

Bas de vignette

Le directeur général de la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures, Guy Matte. (Crédit : Courtoisie)

-30-

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 5 mars, 2021
  • Dernière mise à jour 5 mars, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article