Les premières fraises sont très populaires aux Petits Fruits de Pré-d’en-Haut

Madeleine Céré et Jean-Louis Bourgeois, copropriétaires des Petits Fruits de Pré-d’en-Haut, étaient très heureux d’accueillir les amateurs de fraises au kiosque sur leur site, dimanche, à l’occasion de la première cueillette de la saison, effectuée le matin même.

_________________________________

Claire Lanteigne

Initiative de journalisme local − APF – Atlantique

«Nous ne pensions pas ouvrir aujourd’hui, souligne Madeleine. C’est une nouvelle variété dans un champ trop éloigné pour l’autocueillette. Mais les employés les ont cueillis dès 5 h 30 ce matin et nous avons décidé d’ouvrir le kiosque, en respectant bien entendu les règlements provinciaux en temps de pandémie.»

Plusieurs personnes devaient avoir hâte de se procurer ces fraises locales puisqu’elles étaient nombreuses à se rendre sur le site. La plupart des clients s’informaient du début de l’autocueillette et promettaient de revenir. Et ils ne tarissaient pas d’éloges sur la beauté des fraises qu’ils achetaient.

L’autocueillette devrait débuter la semaine prochaine, probablement le 5 juillet; la date officielle sera indiquée sur la page Facebook de l’entreprise. C’est d’ailleurs par l’entremise de ce réseau social que les gens avaient appris la nouvelle de l’ouverture dimanche matin. «Parfois, c’est positif un média social», reconnaît Madeleine.

L’autocueillette des framboises se fait habituellement à la mi-juillet, tandis que pour les bleuets ce sera en août.

Depuis trois ans, le couple opère également le kiosque de fruits et légumes Scoudouc River Farm. Celui-ci ouvrira le 5 juillet, de 10 h à 18 h, chaque jour.

Même s’il y a des hauts et des bas dans l’exploitation d’une telle entreprise agricole, le couple Céré-Bourgeois aime leur travail. «Nous sommes toujours dépendants de la nature, explique Madeleine. Des années il pleut beaucoup, d’autres moins; parfois ça gèle tôt, d’autres fois tard. Mais nous ne contrôlons pas ça et il faut s’ajuster en conséquence.»

Les champs de bleuets sont irrigués, mais non les fraises. Et celles-ci manquent énormément d’eau avec le temps exceptionnellement sec des dernières semaines. C’est la même chose pour les légumes. Heureusement, rien n’est encore en danger, mais une pluie au cours des prochains jours serait grandement  appréciée.

En plus de quelques employés réguliers, quinze travailleurs temporaires en provenance de la Jamaïque sont sur place. Sept autres sont encore en quarantaine. Il est encore incertain si d’autres viendront. L’entreprise à l’habitude d’en accueillir une quarantaine chaque année. Sur les dix étudiants embauchés, il en reste deux à temps plein et un à temps partiel.

-30-

Photos (crédit : C. Lanteigne)

Le copropriétaire Jean-Louis, à gauche, et Robert, un client heureux de son achat.

Madeleine était fière de revoir sa clientèle et d’avoir de belles fraises à leur offrir au kiosque.

Maxime, Roland et Olivier étaient contents de leur achat de fraises. À l’arrière, Madeleine Céré sert ses clients derrière une fenêtre en plexiglass.

 

  • Nombre de fichiers 4
  • Date de création 29 juin, 2020
  • Dernière mise à jour 29 juin, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article