IJL - Ouest

Les PME au secours des communautés autochtones

De nombreux projets d’affaires autochtones d'envergure foisonnent ici et là à travers l’Ouest canadien. Par contre, ce sont les petites et moyennes entreprises (PME) qui présentent un réel intérêt pour la viabilité et l’émancipation socio-économique des communautés autochtones. La Loi sur les Indiens, en vigueur depuis 1876, freine cependant l'élan des entrepreneurs autochtones en leur interdisant l’accès à des prêts bancaires conventionnels.

Marie-Paule Berthiaume

Initiative de journalisme local – APF - Ouest

Selon Statistique Canada, les PME employaient 89,6 % (10,7 millions) de la main-d'œuvre du secteur privé en 2017. Le directeur général de l'Association nationale des sociétés de capitaux autochtones (NACCA), Shannin Metatawabin, rappelle qu’en plus de fournir aux individus des sources de revenu pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles, les PME contribuent directement à la vitalité et au dynamisme des communautés autochtones en favorisant les échanges tant à l’intérieur qu'à l'extérieur des communautés.

Les entreprises autochtones de l’Ouest canadien

Directrice depuis quatre ans pour le Service aux entreprises autochtones à Business Link Alberta, Holly Atjecoutay accompagne les entrepreneurs autochtones albertains dans tous les stades de développement de leurs petites entreprises. Selon elle, les entreprises autochtones albertaines occupent des secteurs industriels variés même si la provenance géographique, le contexte urbain ou rural et le fait d'être localisées dans une réserve ou non influencent les initiatives entrepreneuriales.

Le profil des entrepreneurs

« Il est important de comprendre que le terme "autochtone" est un terme large qui englobe les Premières Nations, les Indiens inscrits ou non inscrits, les Métis, les Inuits [...], ainsi que le projet de loi C-31 et les différentes idéologies politiques qui nous ont été attribuées au fil des ans », explique-t-elle.

« Nous avons également beaucoup de demandes de clients qui s'identifient autochtones. Il se peut donc qu'ils aient des ancêtres datant de quelques générations, et qu'ils viennent tout juste de le découvrir. Il y a une grande résurgence de l'identité autochtone au Canada », déclare-t-elle.

Le dommage causé par la Loi sur les Indiens

Malgré le fait que l’entrepreneuriat autochtone prenne de l'ampleur, Shannin Metatawabin rappelle que la Loi sur les Indiens « dicte » toujours la vie des autochtones. « Elle régit notre quotidien, explique-t-il. L'une des règles nous interdit d’utiliser nos biens, continue-t-il, qui appartiennent à la Couronne. Par exemple, lorsque quelqu'un veut un prêt, il va à la banque et utilise sa maison ou son terrain pour garantir ce prêt. Les autochtones, eux, ne peuvent pas faire ça. Nous souffrons depuis des décennies d'une incapacité à accéder à du capital. »

C’est pour contrecarrer cette réalité, explique Shannin Metatawabin, que NACCA a été créée dans les années 1990. NACCA compte aujourd’hui 59 membres, dont six en Saskatchewan, cinq en Alberta et onze en Colombie-Britannique. « Notre réseau d'institutions financières autochtones a divisé l’investissement initial du gouvernement fédéral de 240 millions de dollars en plus de 48 000 prêts aux entrepreneurs autochtones, totalisant désormais plus de 2,8 milliards de dollars. »

« Notre communauté n'a pas de richesse générationnelle parce que nous n'avons pu conserver aucun actif, enchaîne-t-il. Nous avons des indicateurs socio-économiques très faibles [au niveau de la santé, des infrastructures et du logement, entre autres] qui nous empêchent de penser à l'avenir - au-delà de la survie au quotidien - pour lancer une entreprise, faire du développement durable et créer une richesse collective. »

Une solution à la réconciliation

Holly Atjecoutay définit les entrepreneurs autochtones détenant des PME comme des acteurs résilients, passionnés et qui ont le désir - avec leurs connaissances, leur expérience et leur offre de biens et de services de qualité - de contribuer à la pérennité des générations futures. Elle mentionne au passage les travaux de la Commission de vérité et réconciliation qui ont suscité l’engagement du gouvernement du Canada à répondre aux 94 appels à l’action découlant de la reconnaissance du génocide culturel des autochtones. « Pour en arriver à une réconciliation d’ici les cent prochaines années, nous [les Canadiens] devons soutenir l'économie autochtone comme les entreprises autochtones font partie des piliers de notre économie », conclut-elle.

-30-

Bas de vignettes

-L'Alberta compte de nombreuses entreprises agricoles au Sud, tandis que l’exploitation du pétrole et du gaz naturel s'impose au Nord, selon la directrice pour le Service aux entreprises autochtones à Business Link Alberta, Holly Atjecoutay.
(gracieuseté de Sergey Pesterev, Unsplash)

-L’industrie forestière domine la Colombie-Britannique, selon la directrice pour le Service aux entreprises autochtones à Business Link Alberta, Holly Atjecoutay.
(gracieuseté de Shayd Johnson, Unsplash)

-Tous les entrepreneurs rencontrés au Service aux entreprises autochtones de Business Link Alberta ont mentionné vouloir contribuer à la pérennité des générations futures, selon la directrice pour le Service aux entreprises autochtones à Business Link Alberta, Holly Atjecoutay.
(gracieuseté de Ksenia Makagonova, Unsplash)

-Le tourisme est un pilier de l’économie autochtone, selon l’Association nationale des sociétés de capitaux autochtones.
(gracieuseté de Brittany Martin, Unsplash)

-La géographie environnante influence l'entrepreneuriat autochtone.
(gracieuseté de Weston Mackinnon, Unsplash)

-La directrice pour le Service aux entreprises autochtones à Business Link Alberta, Holly Atjecoutay.
(gracieuseté du Service aux entreprises autochtones à Business Link Alberta)

-Le directeur général de l’Association nationale des sociétés de capitaux autochtones (NACCA), Shannin Metatawabin.
(gracieuseté de NACCA)

-30-

  • Nombre de fichiers 8
  • Date de création 7 décembre, 2020
  • Dernière mise à jour 7 décembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article