Les Compagnons des francs loisirs font des choix pour leur avenir

North Bay : 57e édition du Carnaval des Compagnons

L’année 2019 aura été celle de décisions importantes pour l’organisme les Compagnons des francs loisirs. Face à certaines difficultés économiques, la mise en vente de son centre culturel s’imposait pour ne pas hypothéquer son rôle principal : la création d’activités destinées aux francophones de North Bay.

_______________________

André Magny — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

Selon les chiffres de Statistique Canada, en 2016, près de 6 200 personnes avaient le français comme langue maternelle à North Bay, qui compte environ 50 000 citoyens. Une donnée qui double si l’on compte ceux qui disent s’exprimer dans les deux langues officielles du Canada.

Là-dessus, 1 200 sont membres des Compagnons des francs loisirs. Pas surprenant alors que celui-ci se considère comme «un groupe qui est rassembleur, le porte-parole des francophones» selon Lou Gagné, agente de programmation.

Médium de développement et d’intervention culturelle et communautaire, les Compagnons des francs loisirs ont pris acte et cause pour la défense de la francophonie à North Bay dès les années 1960, au moment où la place du français dans les écoles ontariennes était source de débat. Ils seront aussi partie prenante dans la création d’une garderie francophone, en 1983 à North Bay, qu’ils continuent toujours de gérer ainsi que ses satellites.

L’organisme francophone a multiplié ses activités au fil des décennies, dont le Carnaval qui en sera, du 6 au 9 février, à sa 57e édition.

Tout cela a un prix

Le centre culturel se fait vieillot et coûte de plus en plus cher. Son budget de fonctionnement oscille entre 250 000 et 300 000 $ par année. Lou Gagné mentionne que les Compagnons reçoivent notamment des subventions de Patrimoine canadien et du Conseil des arts de l’Ontario.

À la suite de consultations auprès de la communauté en 2019, l’ancienne église est maintenant à vendre. Lou Gagné est très claire : «L’édifice ne sert plus à nos besoins. Notre mandat, c’est d’offrir des activités culturelles, pas de louer des salles.»

Comme les Compagnons des francs loisirs veulent augmenter leur programmation, les dépenses encourues par le centre les freinent trop dans leur désir d’être innovants.

Comment réagissent ceux qui les soutiennent souvent financièrement? Le directeur de la Caisse populaire Alliance, Normand Saint-Amour, voit d’un bon œil le plan d’action pris par le conseil d’administration. «La décision de vendre est une bonne décision préventive», soutient-il. Il réfute les sous-entendus faisant allusion à la santé économique précaire de l’organisme.

Même son de cloche du côté du Club Richelieu. Son porte-parole, Gaston Laforge, considère que le centre n’est plus nécessaire. «On a deux écoles secondaires avec des théâtres, des gymnases qui peuvent nous accommoder.»

Un Carnaval accrocheur

Presque aussi vieux que son cousin de Québec — 65 ans contre 57 —, le Carnaval des Compagnons fonctionne avec un budget d’environ 38 000 $. Financé notamment par le Conseil scolaire public du Nord-Est de l’Ontario et par le Conseil scolaire catholique Franco-Nord, l’événement carnavalesque reçoit aussi un appui indéfectible de la Caisse populaire Alliance.

«Depuis mon arrivée aux Compagnons, il y a maintenant plus de 10 ans, la Caisse est un contributeur corporatif pour toutes les activités annuelles des Compagnons», affirme Mme Gagné.

La contribution annuelle de la Caisse est de 10 000 $, dont une partie sert évidemment pour le Carnaval. M. Saint-Amour mentionne qu’il y a au moins 38 ans, «depuis mon arrivée à la Caisse», que celle-ci finance le Carnaval.

Pour un commanditaire comme la Caisse populaire Alliance ou le Club Richelieu, est-il important d’avoir un retour sur l’investissement? Que pour chaque dollar dépensé, on en récolte 1,25 $ ou 1,50 $? «On n’est pas dans ce genre de considération», souligne le directeur de la caisse. «Pour nous, il y a deux volets importants : la commandite au sein de la communauté et la visibilité de notre logo.»

Idem pour le Club Richelieu, qui alloue de son côté 2 500 $ au budget du Carnaval, mais bien davantage si le bénévolat de ses membres est calculé.

Avec sa vingtaine de membres actifs, les deux principales actions au sein de North Bay demeurent la francophonie et le bien-être de la jeunesse, d’où son engagement. «Le sourire d’un enfant [pendant le Carnaval], c’est notre récompense», conclut Gaston Laforge, qui se transforme en accompagnateur de Bonhomme pendant le Carnaval, rien de moins!

Pour savoir où et quand auront lieu les principales activités dans le royaume de Bonhomme, comme le spectacle des Gens du Nord ou celui des Rats d’Swompe, la soirée des arts et spectacle ou encore la journée familiale, on ira consulter le site du Carnaval : http://centrecompagnons.ca/carnaval-2020/.

Il est à noter que les activités scolaires du 10 au 13 février ont dû être annulées en raison de la grève du zèle du corps enseignant.

 

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlontario@gmail.com.

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 1 février, 2020
  • Dernière mise à jour 1 février, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article