Les centres communautaires sont heureux de reprendre leurs activités

La fébrilité régnait lundi chez les dirigeants et dirigeantes de Notre Centre de Grande-Digue et du Centre Saint-André-LeBlanc, alors que la province retournait en zone jaune.

___________________

Claire Lanteigne

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

«Nous avions le doigt sur le piton», affirme Michel Poirier, gérant de Notre Centre. «Nos activités régulières reprennent immédiatement.» Il espère cependant que les gens respecteront les consignes de la Santé publique afin de rester en jaune. «Ce n’est pas évident d’aller du jaune à l’orange ou au rouge», dit-il.

Dès samedi, ce sera le souper de la Saint-Patrick, qui remplacera celui de la Saint-Valentin qui a dû être annulé. «C’est complet pour ce souper, car on peut seulement accommoder 125 personnes, dit-il, soit la moitié de la capacité de la salle pour respecter la distanciation physique.»

M. Poirier craignait qu’il allait perdre des bénévoles durant cette pandémie, mais tous et toutes étaient très excités de recommencer lorsqu’il les a appelés. Le bingo mensuel aura lieu le 15 mars, la vente de poutines sera les 18-19 et 20 mars, tandis que le déjeuner des Chevaliers de Colomb se tiendra le 21 mars. «Ça va faire du bien d’avoir enfin des revenus, ajoute-t-il, car les factures et les dépenses n’ont jamais arrêté.»

Dernièrement, le centre a reçu une facture d’assurance de responsabilité civile pour le conseil d’administration de 800 $ et une autre pour la réparation d’un réfrigérateur : 700 $. L’inspection annuelle du système d’incendie qui vient d’être faite coûtera entre 700 et 800 $. «Pour la première fois en février, nous avons dû piger 5 000 $ dans notre réserve pour payer nos factures», précise Michel Poirier. Et il devra aller chercher un autre 5 000 $ ce mois-ci. 

«Nous avons eu une vente de beignets dimanche», souligne Lise Cormier, présidente du Centre Saint-André-LeBlanc. «C’était une activité d’essai pour notre déjeuner mensuel qui aura lieu le 21 mars.» La plupart des gens ont pris des commandes pour emporter alors qu'une vingtaine de personnes ont mangé au centre comme tel. Le bingo reprendra le 19 mars. Les sessions de yoga, d’exercices et les cours de cuisine seront également de retour, ce qui procurera un peu de revenus de location.

En ce qui concerne les mariages ou les célébrations de fin d’année scolaire, elles se tiendront probablement ailleurs à l’extérieur, compte tenu des restrictions pour les activités à l’intérieur. «Qui veut un mariage avec des gens qui doivent porter des masques?» demande-t-elle.

La facture de taxes foncières de 900 $ pour l’année 2021 la semaine dernière n’a pas été bien reçue. «Après une année assez désastreuse d’annulations de la majorité de nos activités payantes ou de collectes de fonds, cela vient nous frapper en plein dans la figure», ajoute-t-elle. Le centre a un manque à gagner de 10 000 $ pour la dernière année et il n’est nullement question de crédits ou même d’une aide financière.

«Tout se fait par des bénévoles ici, ajoute-t-elle. Malgré tous les programmes fédéraux et provinciaux d’assistance financière, comme la plupart des organismes, nous ne nous qualifions pas à cause de notre statut d’organisme sans but lucratif.» Selon elle, le centre est chanceux d’avoir un fonds d’urgence, mais si les activités habituelles de revenus doivent encore être annulées cette année et qu’on ne reçoit pas de répit de taxation, le centre va manquer d’argent dans un an. Être exempté de la facture des taxes foncières pour l’année serait donc bien accueillie.

«Demandez-moi d’organiser des déjeuners, bingo, gala, etc., je peux en organiser des activités, mais remplir des formulaires pour recevoir le peu d’aide disponible, c’est loin dans mes priorités.» Certains programmes peuvent servir à payer les factures, mais si on a une réserve, on ne qualifie pas. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier que toute l’équipe est composée uniquement de bénévoles avec leurs propres priorités de travail et familiales. Il n’est donc pas évident de remplir des formulaires complexes pour ensuite apprendre qu’on ne qualifie pas.

Collecte de fonds

Notre Centre a présentement une loterie en marche afin de recueillir des fonds. Il s’agit de l’initiative d’un citoyen qui s’est pointé au centre et qui a demandé ce qu’il pouvait faire pour les aider.

«Ce n’est pas quelqu’un qui fréquente le centre régulièrement, indique M. Poirier, mais il m’a dit qu’il tenait au centre et voulait faire quelque chose.  Il a trouvé des prix d’entreprises locales et on vend des billets qui donnent la possibilité de gagner un tracteur Husquarna, lift et débroussailleuse d’une valeur de 4 000 $.  C’est un très beau geste de sa part, ajoute-t-il, et les fonds recueillis sont les bienvenus. Les billets sont en vente à Notre Centre et dans divers commerces et le tirage aura lieu le 20 juin 2021.

-30-

Photos :

Notre Centre de Grande-Digue (courtoisie)

Lise Cormier (courtoisie)

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 8 mars, 2021
  • Dernière mise à jour 8 mars, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article