Léo Doiron a les yeux sur la mairie de Shédiac

Léo Doiron se portera candidat au poste de maire de Shédiac en vue des élections municipales du 10 mai prochain.

__________________________

Claire Lanteigne

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

«J’apporte beaucoup d’expérience avec ma candidature, dit-il. J’ai déjà été élu à deux reprises comme conseiller de la Ville de Shédiac et j’ai servi à titre de maire adjoint pendant quatre ans. J’ai beaucoup aimé travailler avec et pour les résidents et résidentes, car c’est le gouvernement le plus près de la population.»  Léo Doiron a siégé au conseil de 1992 à 1996 lorsque Michel Léger était maire, ainsi que de 2004 à 2008 avec le maire Raymond Cormier.

Léo Doiron a siégé à un grand nombre de conseils d’administration, tant au niveau local que provincial et fédéral. Il a une longue feuille de route en tant que bénévole au sein de la communauté. Entre autres, il a été président du Club Lions, président du Carnaval d’hiver de Shédiac, président du Shédiac Motorcycle Rally, président de la Légion royale canadienne (filiale de Shédiac) et Commandant du District de Westmorland, Albert et Kent Sud; président de la Société d’arthrite du district Codiac, ainsi que président de la Société d’arthrite du Nouveau-Brunswick. Il a aussi siégé au conseil d’administration de la Société d’arthrite du Canada.

«Je tiens à la ville de Shédiac que j’ai à cœur, poursuit-il, et je serai un porte-parole fort pour tous les citoyens et citoyennes de la ville.» Il ajoute qu’il travaillera avec ses collègues au sein du conseil municipal afin d’assurer la croissance continue de la ville, tout en demeurant responsable sur le plan fiscal. Pour le candidat Doiron, le maire et le conseil municipal ont trois grandes responsabilités : dépenser l’argent des contribuables de manière prudente, maintenir les infrastructures et être à l’écoute des citoyens et citoyennes des quatre coins de la ville.

«La ville de Shédiac est un endroit où il fait beau vivre, peu importe si on cherche à y établir des racines familiales ou si on envisage la retraite», ajoute-t-il. «La municipalité a quelque chose pour tous les gens, peu importe leur âge.» Il est d’avis que le conseil municipal a le devoir de subvenir aux besoins de tous ses citoyens et citoyennes. «Donc, il faut débattre publiquement ce que veulent les résidents et résidentes», dit-il.

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle, Léo Doiron entend utiliser les médias sociaux dès la semaine prochaine pour faire sa campagne, car ce sera difficile de faire du porte-à-porte. Des dépliants seront aussi envoyés aux gens. «Si ça changeait au jaune, il se peut que je visite des rues et les gens seraient avisés de mon passage, dit-il. Ils pourraient me poser des questions ou me faire part de leurs préoccupations, mais je veux avant tout respecter les consignes de la Santé publique.» Des vidéos seront publiées régulièrement sur sa page Facebook et son site Web; son numéro de téléphone sera aussi affiché.

Léo et son épouse Carole ont trois fils qui demeurent à Shédiac : Marc et son épouse Mireille qui ont deux fils, Camille et Léo-François.

Pendant son service militaire, Léo Doiron a été décoré de la Médaille des Nations Unies, la Médaille de maintien de la paix de Chypre et, ensuite, la Médaille du Jubilée de la Reine. Après son service militaire, il est devenu officier de pêches et a ensuite œuvré dans le domaine des assurances en tant que gérant de la Métropolitaine Vie. Léo Doiron dit être un professionnel habile et polyvalent avec beaucoup d’expérience concrète et un gestionnaire solide. «Je sais entretenir de bonnes relations interpersonnelles, conclut-il, je sais bien communiquer et négocier et je suis la personne dont la Ville de Shédiac a besoin. Les gens savent que lorsque je m’embarque, je donne mon 100 % et ça ne sera pas différent à la mairie.» 

-30-

______________________

Photo : Léo Doiron (courtoisie)

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 22 février, 2021
  • Dernière mise à jour 22 février, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article