Le ski de fond a la cote à Iqaluit

Le Club de ski et d’aventure Aniirajak d’Iqaluit a offert d’importantes améliorations à la communauté cette année. Par la facilité de respecter les restrictions relatives à la pandémie de la COVID-19, ce sport de glisse aura gagné en popularité au cours de la présente saison.
_______
Karine Lavoie
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

Avec des améliorations constantes au fil des ans, le Club de ski et d’aventure Aniirajak d’Iqaluit dénombre de plus en plus d’adeptes. Cette année, le Club a fait un important investissement en se procurant une dameuse et a également apporté des améliorations aux infrastructures d’accueil. En ajoutant cela à la rareté des activités qui peuvent se pratiquer actuellement en respectant la distanciation physique, le Club aura connu, malgré l’annulation d’activités de groupes, une belle saison hivernale.

Des améliorations appréciées et des gens passionnés

L’amélioration majeure apportée cette année a été l’acquisition d’une dameuse afin de tracer les pistes plus adéquatement. « Avant, on traçait les pistes avec un vieux matelas », explique d’entrée de jeu François Fortin, président du Club. Cela vient rassurer certaines personnes d’avoir des tracés disponibles : « Les gens ont parfois peur de se perdre dans les grands espaces », affirme-t-il. Pour Christine Bérubé, qui pratique ce sport depuis de nombreuses années, les tracés font en sorte qu’elle change ses habitudes de sorties de ski. « Ça me pousse à aller découvrir de nouveaux endroits dans la ville », précise-t-elle.

Outre l’acquisition de la dameuse, des améliorations ont également été apportées au conteneur d’accueil. Celui-ci a été agrandi et peint. « C’est sûr que c’est apprécié! C’est plus beau et ça l’air d’un lieu plus intéressant », s’enthousiasme Monsieur Fortin en abordant les réactions des skieurs.

Benoit Havard est guide de plein air et responsable de la dameuse au Club. C’est également un passionné de ski qui transmet son amour du sport grâce à des interventions dans les écoles de la région. « Cette année, je voulais m’investir dans ma communauté », explique-t-il. Par son travail de guide, Monsieur Havard adapte les programmes pédagogiques des écoles pour permettre aux élèves d’apprendre dans un contexte de plein air.

Le ski fait donc partie des activités pédagogiques mises de l’avant, ce qui entraine un effet de contagion pour l’amour de ce sport. « À cause du programme que je fais dans les écoles, les enfants vont demander à leurs parents d’aller faire du ski », précise le guide.

Le ski en contexte de pandémie : un choix incontournable

Les restrictions apportées par la pandémie de la COVID-19 ont mis fin de façon abrupte aux activités et aux sports pratiqués à l’intérieur. Pour le Club, elles ont également entrainé l’annulation des programmes jeunesse ainsi que de divers événements. Cependant, avec les grands espaces offerts et la facilité de pratiquer la distanciation physique dans ce sport, le ski est rapidement devenu une option intéressante pour de nombreuses personnes.

Les responsables du Club ont d’ailleurs remarqué une augmentation marquée de la location de skis dans la communauté. Selon Christine Bérubé. « Le ski devient une belle option. C’est plus rapide que la marche et ça donne la possibilité de sortir à l’extérieur de la ville. »

Bien qu’il y ait de moins en moins de neige, Monsieur Fortin confirme que les conditions de glisse étaient encore très belles la longue fin de semaine du 16 mai. Il ajoute que les sentiers continueront d’être entretenus tant qu’il y aura de la neige. « On encourage le monde à sortir. C’est bon pour la déprime de jouer dehors », conclut-il.

Pour suivre les activités du Club, il suffit de s’abonner à la page Facebook ANIIRAJAK Ski and Adventure Club-Iqaluit.

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlterritoires@apf.ca

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 19 mai, 2020
  • Dernière mise à jour 19 mai, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article