IJL - Ouest

Le port obligatoire du masque dans l’Ouest canadien, un scénario envisageable?

Avec le beau temps et le déconfinement, les préoccupations des citoyens concernant la transmission du virus de la COVID-19 semblent s’être quelque peu estompées. Du moins, c’est la crainte de certains dirigeants et médecins hygiénistes qui craignent un relâchement trop rapide et important des mesures de prévention de la population. On rappelle toujours de maintenir la distanciation physique dans les lieux publics, mais qu’en est-il du port du masque?

Geneviève Bousquet

Initiative de journalisme local – APF - Ouest

Alors que les foyers d'éclosion de COVID-19 se font plus nombreux au Québec et que le nombre de nouveaux cas quotidien est à la hausse, le gouvernement de François Legault songe à imposer le port du masque aux Québécois. Même son de cloche au niveau de l’Ontario où le port du masque est obligatoire dans les lieux publics de certaines villes. Alors que ces provinces songent sérieusement à obliger le port du masque en public à leurs citoyens, quelle est la situation dans l’Ouest du pays?

En Alberta, la médecin-hygiéniste Deena Hinshaw encourage les Albertains à porter un masque lorsqu’il est impossible de maintenir une distance adéquate avec les gens autour d’eux. Pour le moment, il s’agit d’une recommandation et en date du mois dernier, le premier ministre Jason Kenney n’avait pas l’intention de rendre le port du masque obligatoire.

Le gouvernement de la province a plutôt opté pour une campagne de distribution de masques gratuits à la population. Celle-ci sera de nouveau en place à la mi-juillet. Les citoyens pourront se procurer des masques gratuitement dans les restaurants McDonald’s Canada, A&W et Tim Hortons offrant le service à l’auto. De plus, certains groupes et organismes distribuent des masques aux membres de leur communauté comme les centres de soins de longue durée, les services de transport en commun de Calgary et d’Edmonton et les communautés de Premières Nations et peuples Métis.

Port du masque recommandé en Colombie-Britannique et en Saskatchewan

De l'autre côté des Rocheuses, en Colombie-Britannique, le gouvernement n’exige toujours pas le port du masque, mais encourage fortement les citoyens à le porter surtout dans les contextes de distanciation physique difficile. Le nombre de cas quotidien n’étant pas inquiétant pour le moment, le gouvernement ne voulait pas passer de loi obligeant le port du masque dans les lieux publics. Cette décision tenait surtout compte des populations pour qui le port du masque obligatoire pouvait être problématique. « Toutefois, si la situation venait qu’à changer, s’il y a une augmentation des transmissions communautaires durant la saison de la grippe, on pourrait reconsidérer cette position et exiger le port du masque », selon la médecin-hygiéniste en chef Bonnie Henry.

Mêmes directives en Saskatchewan où l’on recommande aussi le port du masque pour tous, même les gens asymptomatiques. La province suit les recommandations de l’Agence de la santé publique du Canada qui prône le port du masque comme moyen supplémentaire pour éviter la transmission communautaire dans les lieux où les autres mesures d’hygiène sont difficiles à mettre en place.

-30-

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 10 juillet, 2020
  • Dernière mise à jour 10 juillet, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article