Le point de service d’UNI à Grand-Barachois rouvrira-t-il?

Comme quelques autres points de services d’UNI au Nouveau-Brunswick, celui de Grand-Barachois a été fermé temporairement le 2 avril dernier, pandémie oblige. UNI indiquait alors que cette décision avait été prise dans un souci constant de prévention et de protection envers ses employés et les membres-clients de son réseau de caisses populaires, face à toute propagation de la COVID-19.

______________________________

Claire Lanteigne

Initiative de journalisme local − APF − Atlantique

Une note sur la boîte de dépôt toute heure du point de service de Grand-Barachois indique qu’elle est fermée et qu’on peut utiliser celui des points de service de Cap-Pelé ou de Shédiac. Un grand avis de fermeture temporaire souligne également les deux points de services les plus près et ajoute que le guichet automatique demeure accessible.

De plus, on encourage les gens à se tourner vers leur caisse virtuelle, soulignant que la pandémie entraîne un impressionnant virage numérique partout dans le monde, forçant toutes les entreprises à revoir leurs façons de livrer leurs services.

«Je ne suis pas content de cette situation, affirme George LeBlanc, coprésident de la Salle communautaire de Grand-Barachois et membre de la caisse. Et il y a plusieurs personnes qui ne sont pas contentes aussi, car ce n’est pas pratique d’avoir seulement un guichet automatique et d’être obligés d’aller à Cap-Pelé ou à Shédiac pour nos services.» Il aimerait se dire que la caisse va rouvrir, mais il en doute et déplore que ce soient toujours les petites communautés qui perdent des services.

Comme le disent plusieurs autres membres, il ajoute que bien des gens ne peuvent pas ou ne veulent pas faire des paiements de factures en ligne, etc. Une dame rencontrée au guichet nous a dit qu’elle n’avait pas d’ordinateur et qu’elle n’était pas intéressée à avoir seulement un service au guichet. Elle aime bien le contact humain avec les employés.

Dans une lettre adressée aux membres, Jean-Charles Dugas, de la Communauté Rurale Beaubassin-est, déplore la fermeture de leur caisse, dont il est membre. «Notre caisse est devenue un guichet automatique et UNI ne fournit aucune explication pour la fermeture, dit-il. Ce n’est certainement pas à cause de la pandémie de COVID-19… parce que les autres caisses dans notre région sont ouvertes.»

Il souligne qu’une rumeur d’un manque de personnel circule, mais il pas vu d’annonce dans les journaux qu’UNI cherchait à embaucher des employé.e.s. De plus, il dit être certain qu’il y a plusieurs employé.e.s qui seraient heureux et heureuses de revenir travailler à la caisse de Grand-Barachois. Comme plusieurs membres, il aimerait connaître l’avenir qu’UNI réserve à son institution financière.

«Pourquoi la caisse de Kedgwick dans le nord du Nouveau-Brunswick, avec une population d’approximativement 1 200 personnes, peut garder sa caisse ouverte et que Beaubassin-est, avec sa population d’approximativement 6 300 personnes, a une caisse avec les portes verrouillées?», demande-t-il.

Au début juin, les gens de Kedgwick se sont mobilisés et plus de 900 personnes ont signé une pétition. Des interventions ont été faites dans les médias afin de demander la réouverture de la caisse. Lundi dernier, l’institution ouvrait à nouveau ses portes.

Albert E. LeBlanc, président de la Chambre de Commerce de Cap-Pelé/Beaubassin-est, critique aussi le niveau de services offerts par la caisse populaire de Cap-Pelé, où il réside et avec laquelle l’organisme fait affaire. «Les heures sont très limitées, dit-il, et on ne peut pas faire de transaction après 13 h. Ce n’est pas pratique aussi pour les gens qui travaillent pendant la journée.» Il pensait suggérer au conseil d’administration de transférer le compte à celle de Grand-Barachois, mais ça s’annonce mal. Il pense que la caisse de Cap-Pelé pourrait aussi fermer éventuellement et déplore que les petites communautés soient toujours victimes de fermeture et de pertes de services. «Est-ce qu’il faut tous déménager dans les grands centres pour avoir des services?», se demande-t-il.

Un courriel envoyé par UNI Corporation financière rappelle, comme elle l’avait été annoncé le 11 juin dernier, qu’elle procède à la réouverture des points de services de façon partielle et progressive. «La santé et la sécurité de nos employés et nos membres-clients sont prioritaires et nous devons agir avec grande prudence vu la volatilité de la situation de pandémie», peut-on lire.

«Nous sommes conscients des impacts de ces fermetures temporaires auprès de la communauté et tentons de les réduire en offrant un accompagnement à distance par téléphone et en ligne. D’autres annonces suivront prochainement», ajoute le courriel.

D’ici là, la frustration monte au sein de la communauté. «Si UNI m’abandonne…moi j’abandonnerai UNI», avertit Jean-Charles Dugas.

-30-

Photos :

Caisse populaire de Grand-Barachois (Photo : C. Lanteigne)

Boîte de dépôt toute heure fermée. (Photo : C. Lanteigne)

Avis de fermeture temporaire depuis le 19 mars dernier. (Photo : C. Lanteigne)

Jean-Charles Dugas (Courtoisie)

  • Nombre de fichiers 6
  • Date de création 29 juin, 2020
  • Dernière mise à jour 29 juin, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article