Le Noël inclusif et multiculturel de FrancoQueer

Cette année encore, l’organisme torontois FrancoQueer a offert à ses membres une occasion de fêter Noël ensemble. Quelques 50 participants francophones et membres de la communauté LGBTQIA*, dont plusieurs nouveaux arrivants, ont pu laisser à la porte leurs soucis du quotidien et se contenter d’avoir le cœur à la fête.

_______________________

Ericka Muzzo — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

«Nos membres sont loin de leur famille, ils peuvent se sentir seuls à l’approche de Noël, qui est une fête très visible ici. On voulait faire quelque chose pour leur permettre d’être ensemble, de briser l’isolement», résume Naima Hazem, gestionnaire de cas et de projets de l’organisme.

Spécialisée en établissement et intégration des immigrant.es LGBTQIA francophones, elle a également coordonné la collecte de dons de FrancoQueer qui a permis d’offrir le repas de Noël aux membres plus démunis. L’organisme a récolté 805 $ en dons du public, auxquels se sont ajoutés des dons d’organismes partenaires.

«On est très satisfaits de la solidarité qui a été démontrée. Ça nous permet de mieux accueillir les participants et même de leur offrir un petit cadeau», se réjouit l’unique employée de FrancoQueer.

Réconcilier l’Afrique et l’Occident

Plus de la moitié des participants au souper de Noël étaient issus du Carrefour des Immigrants de FrancoQueer, un programme mis en place en 2015 et qui s’adresse aux réfugié.es LGBTQIA francophones.

«Comme la majorité de nos clients viennent d’Afrique, on voulait aussi célébrer la Kwanzaa [fête culturelle afro-américaine qui se déroule du 26 décembre au 1er janvier]. Ça montre qu’on peut faire les deux, au Canada», explique Naima Hazem. Le repas a donc conjugué plats africains et bûche de Noël typiquement canadienne, sous un décor réunissant des éléments des deux cultures.

L’occasion a aussi permis à des membres de FrancoQueer issus de divers milieux de se rencontrer, et de tisser des liens. «L’an dernier, le souper de Noël était seulement pour nos clients du Carrefour des Immigrants, on avait eu une vingtaine de participants. Cette année, on a décidé de l’ouvrir à tous et de plus en parler, pour que tout le monde ait au moins une proposition de fête.»

Qu’ils soient établis depuis quelques années ou quelques mois, les membres de FrancoQueer partagent des défis similaires. «De par leur orientation sexuelle et le fait qu’ils soient francophones, ils sont une minorité dans une minorité. Plusieurs ont toujours vécu cachés, ça peut être difficile pour eux de s’afficher, mais à long terme ça peut leur faire du bien de vivre en accord avec eux-mêmes», constate la gestionnaire de FrancoQueer.

C’est d’ailleurs l’objectif de l’organisme que de permettre à leurs membres de s’intégrer à leur communauté d’accueil, de s’y sentir forts et à l’aise. Un mandat qui passe aussi par la prévention et la sensibilisation de cette communauté, à longueur d’année. «On est un petit organisme, avec pas beaucoup de fonds. Mais tout ce qu’on fait, on le fait selon l’intérêt de nos clients, de leurs projets personnalisés. Et pour Noël, ça nous a fait plaisir de leur faire plaisir.»

*Les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, bispirituelles, transsexuelles, transgenres, se questionnant, queer, intersexuées, asexuelles et leurs allié.es.

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlontario@gmail.com.

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 23 décembre, 2019
  • Dernière mise à jour 3 janvier, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article