Le marché fermier de Summerside rouvre, les clients répondent présent

Samedi 13 juin, le succès est au rendez-vous de la réouverture du marché fermier de Summerside. Les producteurs eux-mêmes sont surpris par l’affluence. Une réussite qui confirme l’appétit des insulaires pour l’alimentation locale.

________________

Marine Ernoult

Initiative de journalisme local − APF – Atlantique

À 10 h, à peine une heure après l’ouverture, la rhubarbe et les asperges ont déjà disparu des étals de la ferme Clohossey. «On ne s’attendait pas à autant de monde», témoigne l’agriculteur Barry Clohossey. Même son de cloche du côté de la boulangerie Shipwright’s. «Je pensais faire cuire du pain pour personne, mais finalement c’était super», s’enthousiasme la vendeuse. En ce samedi 13 juin, les deux commerçants du marché fermier de Summerside ne sont pas les seuls à être victime de leur succès. Les clients ont répondu présent en grand nombre.

Règles sanitaires strictes

Pour sa réouverture, le marché s’est installé à l'extérieur, dans le stationnement du bâtiment Holman. «À l’intérieur, on ne pouvait pas respecter la distance de deux mètres entre les tables des vendeurs», explique le responsable Don MacDonald. La remise en route s’est faite avec des règles sanitaires strictes imposées par le bureau de la médecin hygiéniste en chef. Il n’y a qu’une seule entrée et une seule sortie, où des bouteilles de gel hydroalcoolique attendent les clients.

Pour circuler entre les étals, il y a un sens de circulation unique, avec un marquage au sol pour guider les gens. Les personnes ne peuvent pas se croiser ni retourner en arrière. «Nous avons réfléchi à l’emplacement de tous les kiosques pour éviter l’engorgement, et on a installé des abris pour protéger les fruits et légumes du vent et du soleil», précise Don MacDonald.

Pas de vendeur de nourriture

Chaque commerçant doit également avoir un plan opérationnel pour limiter la transmission du virus. Derrière son kiosque de couvre-visages aux couleurs du drapeau acadien, Colette Aucoin respecte l’éloignement physique avec ses clients. Elle a du gel hydroalcoolique à disposition et affiche les consignes sanitaires à respecter. «Ça se passe bien, j’ai vendu quelques masques, plus que si j’étais à l’intérieur», partage-t-elle.

À cause de la pandémie, les vendeurs de plats cuisinés ne sont pas autorisés. Et sur les 40 producteurs qui participent en temps normal au marché, seuls 28 y prennent part cet été. «Avec la crise, le marché est plus une expérience à emporter qu’un lieu où on vient se retrouver entre amis et boire un café», reconnaît Don MacDonald. Malgré les contraintes, les insulaires semblent continuer à plébisciter les circuits courts. Vers 11 h, la fin du marché approche, mais il y a toujours autant de monde. Don MacDonald s’en réjouit : «Plusieurs personnes nous questionnaient depuis des semaines et nous demandaient quand on rouvrirait.» Barry Clohossey confirme : «On a des clients fidèles, attachés aux agriculteurs de l’Île».

-30-

PHOTOS : (incluant titre de la photo, légende et crédit du photographe ou courtoisie)

Marché fermier 1 : À l'entrée du marché fermier de Summerside, les clients doivent se désinfecter les mains avec du gel hydroalcoolique à disposition. (photo Marine Ernoult)

Marché fermier 2 : Il y a un sens de circulation unique pour éviter que les gens ne se croisent et retournent en arrière. (photo Marine Ernoult)

Marché fermier 3 : «Ça se passe bien, j’ai vendu quelques masques, plus que si j’étais à l’intérieur», témoigne Colette Aucoin. (photo Marine Ernoult)

Marché fermier 4: Les vendeurs font preuve d'ingéniosité. Ici, ils utilisent un bâton de hockey pour rendre la monnaie. (photo Marine Ernoult)

  • Nombre de fichiers 5
  • Date de création 15 juin, 2020
  • Dernière mise à jour 15 juin, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article