Le discours du Trône mise sur la santé et les technologies vertes, mais ne convainc pas

Santé mentale, petite enfance, environnement, pauvreté : voilà les thèmes principaux du  second discours du Trône du gouvernement King, prononcé par la lieutenante-gouverneure de l’Île-du-Prince-Édouard Antoinette Perry le jeudi 25 février., Le document de 23 pages contient quelques nouveautés et des promesses, certaines déjà présentes lors du précédent discours. Les oppositions sont déçues.

________________

Laurent Rigaux

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

Antoinette Perry a mis une heure pour lire le discours du Trône, en anglais et en français, qui donne l’orientation du gouvernement King pour les deux prochaines années. Le document fait la part belle à la santé, mentale notamment, et aussi aux développements des technologies vertes.

Déjà annoncé lors du Discours sur l’état de la province lundi 22 février, le gouvernement progressiste-conservateur prévoit modifier l’organisation de la santé à l’Île, avec la création de foyers médicaux (trois cette année), et un recours accru aux soins virtuels. Alors que des milliers d’Insulaires attendent, parfois depuis des années pour un médecin de famille, Dennis King répond :«Avez-vous besoin d’un médecin de famille? Ou avez-vous besoin de voir quelqu’un quand vous avez un problème de santé?»

Concernant la santé mentale, le discours ne contient rien sur le nouveau campus qui doit être construit à Charlottetown. Par contre, un fonds de 10 millions de dollars sur cinq ans est annoncé  pour les soins communautaires en santé mentale et toxicomanie. Enfin, un point d’accès unique (un numéro de téléphone) sera créé pour aider les gens à naviguer dans les programmes.

50 millions de dollars pour les technologies propres

Si le discours n’annonce rien sur le recrutement de médecins, un autre fonds de 5 millions sera créé pour recruter des infirmières, et un autre de 2,5 millions pour les retenir et les former dans la province. Le gouvernement mise aussi sur un programme, qui sera présenté au printemps, de «soins à la maison ou près de la maison» pour les personnes âgées.

Les programmes du secteur de la petite enfance seront également étendus de façon «ambitieuse» en 2021, avec 300 places de plus. Le programme de prématernelle, déjà promis lors du précédent discours du Trône, revient dans celui-ci avec un engagement de mise en œuvre à l’automne 2021. Par ailleurs, le programme de repas sains dans les écoles est prolongé. Un organisme à but non lucratif sera mis sur pied afin de le superviser.

Pour faire de la province un leader dans le développement des technologies propres, un portefeuille de prêts d’un volume de 50 millions de dollars est prévu pour inciter les entreprises à investir dans ce domaine. Dix millions additionnels seront mis sur la table pour favoriser la recherche et le développement.

La création de trois «zones franches» pour les entreprises de technologies vertes qui souhaitent travailler à l’Île-du-Prince-Édouard est aussi prévue, ce qui inquiète le syndicat des employés de la fonction publique. «Créer davantage de paradis fiscaux est une mauvaise idée à long terme, cela aggrave le problème de l'évasion fiscale légalisée», déplore dans un communiqué Leonard Gallant, président du syndicat.

Toujours sur le sujet de l’environnement, la province rehausse son ambition en termes de terres protégées, en passant l’objectif de 7 à 10 %. Le gouvernement promet, comme lors du précédent discours du Trône, un engagement accru pour le transport actif.

Quelques lignes sur la communauté acadienne

Afin de rendre la province plus équitable et inclusive, des programmes de micro-prêts pour les populations sous-représentées (Autochtones, PANDC, femmes, LGBTABIA+) seront mis en place.

La communauté acadienne et francophone fait seulement l’objet d’une dizaine de lignes dans le document qui se contentent de rappeler que le budget contient déjà des engagements, notamment pour la nouvelle école Évangéline. Dennis King se défend de faire passer la communauté au second plan : «C’est difficile d’être précis sur tous les sujets. Nous avons tant fait depuis le Congrès mondial acadien et nous voulons continuer.»

Le discours n’aborde pas le sujet de la pêche de subsistance par et pour les communautés autochtones, ce qui était la première demande formulée par l’opposition officielle. Les verts avaient en effet présenté une longue série de priorités, notamment un plan pour éliminer la pauvreté systémique. Le discours n’aborde pas ce point, si ce n’est l’engagement «d’explorer» la mise en œuvre d’un revenu de base. Le précédent discours du Trône promettait de le faire en six mois.

«Vision timide» pour l’IPE

Autre priorité des verts, l’agriculture. Là aussi, le discours est silencieux. Le gouvernement déclare qu’il continuera à travailler avec le secteur pour le rendre plus durable. Peter Bevan-Baker s’est dit «déçu» et fustige une «vision timide» pour l’Î.-P.-É. «Le premier ministre semble se satisfaire du statu quo», commente le leader de l’opposition officielle.

Même son de cloche du côté des libéraux. Sonny Gallant regrette «un manque de détails» et se dit «inquiet d’une absence de vision à long terme». Le troisième parti voulait aussi en voir plus sur la protection des terres agricoles. Le thème apparaît seulement à la fin du discours : un rapport est promis pour cette session.

Pour finir, de l’aide est prévue pour prêter main-forte au secteur du tourisme dans les défis qui l’attendent lors de la prochaine saison estivale. Et un fonds d'un million est prévu pour la reprise du transport aérien.

-30-

PHOTOS : (incluant titre de la photo, légende et crédit du photographe ou courtoisie)

  1. Antoinette Perry, lieutenante-gouverneure de l’Île-du-Prince-Édouard, lors de la lecture du discours du Trône, jeudi 25 février. (Laurent Rigaux)
  2. Les leaders de l’opposition officielle et du troisième parti pendant la lecture du discours du Trône. (Laurent Rigaux)
  3. Le premier ministre Dennis King voit dans le discours un plan « ambitieux » pour l’Île-du-Prince-Édouard, qui «remet à zéro» l’agenda suite à la pandémie de COVID-19. (Laurent Rigaux)
  4. Peter Bevan-Baker des verts est «déçu» par un discours «timide». (Laurent Rigaux)
  5. Sonny Gallant des libéraux et chef de l’opposition officielle est «inquiet du manque de vision à long terme» du gouvernement. (Laurent Rigaux)
  • Nombre de fichiers 6
  • Date de création 28 février, 2021
  • Dernière mise à jour 28 février, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article