Le député Randy Hillier perplexe face à la gravité de la COVID-19

TORONTO — Le député indépendant Randy Hillier accuse le gouvernement Ford de propager un « message de panique » depuis les sept derniers mois. En Chambre cette semaine, il a contesté la gravité de la pandémie de COVID-19.
« Il est temps pour le gouvernement de commencer à être honnête », a affirmé le député Hillier, durant la période de questions, mercredi.

Émilie Pelletier
epelletier@ledroit.com
Initiative de journalisme local
Queen’s Park

M. Hillier a ensuite poursuivi en citant des médecins qui remettent en question la gravité de la COVID-19, et que « contrairement aux messages répétés de ce gouvernement », ces médecins provenant d’autres juridictions apportent « de la clarté ».

Le député est d’avis que le coronavirus est comparable à la grippe saisonnière.

« Monsieur le premier ministre, allez-vous commencer à être honnête sur le risque de la COVID-19 ? »

Le président de la Chambre Ted Arnott a ensuite demandé au député Hillier de retirer ces propos accusateurs.
Lors de l’échange, M. Arnott a aussi dû rappeler au député de faire attention à son langage.

Le Leader parlementaire Paul Calandra s’est par la suite contenté de répondre qu’il est en désaccord avec « tout ce que le député a dit ».

Randy Hillier, député de Lanark-Frontenac-Kingston qui a été expulsé du caucus conservateur pour son comportement jugé inapproprié par le premier ministre Doug Ford, critique depuis des mois les gouvernements, les responsables de la santé publique et les médias pour leur réponse face à la pandémie.

Sur les réseaux sociaux et sur son site Web, M. Hillier a partagé des articles selon lesquels les gouvernements ont réagi de manière excessive à la gravité de la COVID-19.

Selon lui, les différentes de mesure pour lutter contre la pandémie comme les chirurgies électives et la fermeture des entreprises et des services gouvernementaux ont fait plus de mal que le virus.

Pas de masque
Les élus ne sont pas tenus de porter un masque à Queen’s Park, mais le geste est fortement recommandé, a précisé le Leader parlementaire Calandra, en début de semaine.

Il répondait à une question de journalistes qui avaient remarqué que certains députés ne portaient pas le couvre-visage à l’intérieur des murs de l’Assemblée législative, incluant Randy Hillier.

Ce dernier a été aperçu sans masque en Chambre ainsi que dans les couloirs de Queen’s Park.

M. Hillier a déjà critiqué le port du masque, les exigences de distanciation physique et la taille des rassemblements sociaux en affirmant que les gouvernements violent les droits et libertés des citoyens.

Après que Le Droit lui ait posé la question, le bureau du député indépendant a fait savoir qu’en vertu des instructions du Bureau de santé publique de Leeds, Grenville et Lanark, soit la circonscription du député, « il est inapproprié de demander à quelqu’un la raison pour laquelle il est exempté (de porter un masque) ».

Les enfants de moins de deux ans, les individus aux prises avec des conditions médicales rendant le port du masque non sécuritaire et les individus qui sont incapables de mettre ou d’enlever un masque sans assistance font partie de ceux qui sont exemptés de porter un masque, en vertu des instructions du Bureau de santé publique de Leeds, Grenville et Lanark.
Effectivement, nul n’est tenu de fournir la preuve de l’une des exemptions énoncées dans le règlement.

Or, ce règlement cité par le bureau de M. Hillier, dont la dernière mise à jour a été effectuée le 28 juillet, stipule que « la mise en œuvre de la politique doit être promulguée et appliquée de “bonne foi” et doit être principalement utilisée comme un moyen d’éduquer les gens sur la protection du visage/l’utilisation des masques dans les espaces publics. »

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 26 septembre, 2020
  • Dernière mise à jour 25 septembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article