L’Assemblée législative siège, malgré l’alerte niveau rouge

Siègera? Siégera pas? Jusqu’au dernier moment, mardi 2 mars, il n’y avait aucune indication claire sur la reprise de l’Assemblée législative de l’Île-du-Prince-Édouard. La veille, la province était entrée dans une période de 72 heures d’alerte niveau rouge en raison d’une éclosion de COVID-19. Cette incertitude a donné lieu à une chicane entre la majorité et les verts d’un côté, les libéraux de l’autre.

________________

Laurent Rigaux

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

Mardi 2 mars à 14 heures, l’Assemblée législative de l’Î.P.É. a repris ses travaux, presque comme si de rien n’était. La province est pourtant, depuis minuit, en alerte niveau rouge et les rassemblements sont fortement déconseillés. Lundi, des discussions actives ont eu lieu entre les trois partis, pour savoir quoi faire.

Selon les récits des uns et des autres, un accord est trouvé en début de semaine entre les trois partis pour repousser les travaux à jeudi. La solution pour valider cela passe par une lettre, écrite par le greffier, que chaque leader doit signer. Dennis King le fait, Peter Bevan-Baker aussi, mais pas les libéraux. Le 5 au matin, la majorité et les verts accusent, dans des communiqués aux tons quasi identiques, les libéraux d’avoir retourné leur veste.

«De fausses accusations»

Dans le sien, Dennis King assure qu’un accord avait été trouvé «à l’unanimité» et qu’il a appris «tard lundi soir que le troisième parti avait changé d’avis». «Ce virage abrupt a été fait malgré les assurances antérieures que la santé et la sécurité des Insulaires étaient primordiales, relève l’opposition officielle dans sa propre déclaration. Cela ne peut être décrit que comme une cascade politique dans le but d'obtenir un certain gain politique.»

«Ces accusations sont fausses - et je les mets au défi de faire ces déclarations à l'Assemblée», rétorque à son tour Sonny Gallant dans un communiqué et lorsqu’il prend la parole l’après-midi même. En entrevue, le leader intérimaire du troisième parti veut «être clair» : «Quand nous avons discuté hier, j’étais favorable pour suspendre mais j’ai prévenu que je devais voir ça avec mon caucus.»

Sonny Gallant évoque des inquiétudes parmi les cinq libéraux, et la décision au final de siéger, de «travailler, comme tout le monde». Pour le chef du troisième parti, l’assemblée est le lieu où les «questions sont posées pour tenir le gouvernement imputable», et cela peut être fait en toute sécurité selon lui, grâce aux dispositions prises (masques, distance physique, vitres de plexiglas). «Je suis sûr que des milliers d'Insulaires seraient reconnaissants si leurs propres lieux de travail étaient aussi diligents que le gouvernement dans la protection des députés», lance Sonny Gallant.

«Inconfort»

Les députés sont considérés comme des travailleurs essentiels dans la province. Mais malgré ce statut, «il n’y avait rien de pressant qui ne pouvait être traité jeudi», explique quant à lui Dennis King en entrevue. Le premier ministre reste néanmoins prudent : «Je n’ai que du respect pour le leader du troisième parti, et je comprends la complexité des caucus.»

Du côté vert, Peter Bevan-Baker se dit «déçu» et détaille les multiples coups de téléphone, les réunions tardives pour trouver une solution. «Je suis allé me coucher lundi sans savoir ce qui allait se passer», raconte le leader de l’opposition officielle.

Le chef du Parti vert confie son «inconfort» à être présent dans le bâtiment Cole, avec «27 personnes venant de toute l’Île dans la même pièce». «Il y a eu 10 000 personnes testées cette fin de semaine, c’est un gros pourcentage de la population, vous connaissez forcément quelqu’un», poursuit-il.

Ce mardi, les 27 ne sont cependant pas tous là. Hannah Bell et Stephen Howard, côté vert, ainsi que Steven Myers, ministre de l’Environnement, sont absents pour diverses raisons, sanitaires notamment.

Il restait une autre option pour repousser les travaux : déposer une motion dès le début de la session pour la suspendre. Ni la majorité, ni l’opposition officielle n’a osé le faire. «Il n’y a pas eu de consensus sur cette option», élude Peter Bevan-Baker. «Je ne pensais pas que c’était pertinent d’avoir tout le monde présent pour partir deux secondes plus tard», ajoute Dennis King, finalement «content» d’être là pour travailler.

ENCADRÉ :

La semaine a surtout été l’occasion pour les députés de tout bord de s’exprimer sur le discours du Trône. Les séances de questions ont abordé des sujets divers, notamment la loi sur l’eau et la réglementation entourant les bassins de rétention pour l’irrigation, les équipes d’intervention en santé mentale, les travaux sur le pont Hillsborough, à Charlottetown, le salaire minimum ou encore la pêche de subsistance voulue par les communautés autochtones. Plusieurs motions ont été débattues, dont une exhortant le gouvernement à «accroître le financement des services publics de soins à domicile, comme le programme Care for Older Adults in the Community and at Home (COACH), et à créer une prestation de soins aux aînés pour les aidants».

-30-

PHOTOS : (incluant titre de la photo, légende et crédit du photographe ou courtoisie)

1-King : Le premier ministre Dennis King ne veut pas polémiquer, mardi après-midi : «Je comprends la complexité des caucus.»

2-Bevan-Baker : Peter Bevan-Baker raconte en détails la journée de lundi et les multiples échanges qui ont eu lieu pour trouver une solution : «Je suis allé me coucher sans savoir ce qui allait se passer.»

3-Gallant : Sonny Gallant réfute les accusations portées contre lui et affirme avoir «prévenu» qu’il devait consulter son caucus avant de prendre une décision.

  • Nombre de fichiers 4
  • Date de création 7 mars, 2021
  • Dernière mise à jour 7 mars, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article