L’amour au temps de la COVID-19

La pandémie et les mesures sanitaires qu’elle entraine auront modifié le monde tel que nous le connaissions. En amour, les couples doivent maintenant faire preuve de plus de créativité dans leurs activités à deux.

Samuel Gosselin-Bélanger — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

Il serait légitime de penser que le confinement n’amène que du négatif dans notre quotidien, surtout en amour, en limitant nos interactions avec les autres ou encore en minimisant le choix de sorties.

Pour Amélie Trottier et Samuel Glaude âgés de 19 et 20 ans respectivement, la pandémie n’aura aucunement affecté leur relation, loin de là. « La pandémie a solidifié notre relation. Nous avons discuté de plein d’enjeux qui ne seraient pas survenus autrement et nous nous sommes découvert des points communs idéologiques qui confirment encore plus notre complicité », mentionne le couple d’Orléans.

Même son de cloche de la part de Janika Beausoleil et Samuel Bernier, un autre jeune couple du secteur d’Orléans. Toutefois, le fait de ne pas voir leurs amis aussi fréquemment qu’ils le souhaitent joue beaucoup sur leur moral.

Malgré tout, le couple a fait des compromis afin de répondre aux demandes des différents gouvernements. Un choix déchirant, mais qui devait se faire pour le bien commun. « Nous avons reporté un voyage en Europe, mis une croix sur nos sorties au restaurant et au théâtre, mais passons plus de temps à écouter des films, à commander du takeout de restaurants locaux et à découvrir la région à pied », mentionne Amélie.

Se réinventer

En effet, la COVID-19 a grandement changé nos habitudes. Les commandes en ligne, les livraisons de nourriture et bien sûr, la consommation de films sur internet sont maintenant des activités qui font partie de notre quotidien.

Pandémie ou non, l’amour est toujours présent. Bien sûr, la situation ne permet pas aux couples de le vivre comme avant. Il faut donc que ces derniers se réinventent. « Le genre de date auxquelles nous étions habitués a changé ! Au lieu de trouver de nouvelles choses à essayer ensemble à l’extérieur, nous trouvons de nouvelles choses à essayer à la maison », affirme Amélie.

À titre d’exemple, elle et son copain Samuel ont développé un amour pour les casse-têtes, les jeux vidéo et les marches paisibles.

Les restrictions actuelles peuvent également affecter le moral de plusieurs. Avec la COVID-19, la question de la santé mentale est devenue une priorité pour tous. Il est important d’en parler et d’agir. La pandémie aura permis à plusieurs de remettre les pendules à l’heure, de recentrer leurs priorités afin de conserver un esprit sain.

« Le plus difficile serait l’incertitude de pouvoir continuer à se voir. Nous avons rapidement décidé que pour notre bien psychologique et émotionnel, nous ne pouvions pas nous plier à toutes les mesures de la santé publique. Depuis, c’est beaucoup moins difficile pour notre santé mentale », affirme Samuel Glaude.

Même constat pour Janika et Samuel. Le contact humain est devenu essentiel afin de passer à travers cette dure épreuve. « On a trouvé une façon de se voir, on a brisé un peu les consignes sanitaires simplement parce que ce n’était pas dans nos plans de ne pas se voir », mentionnent les deux tourtereaux, tous deux âgés de 19 ans.

Autant la pandémie aura bouleversé notre quotidien et nos habitudes, autant la COVID-19 aura permis une prise de conscience sociale importante sur ce qui nous entoure. Que ce soit pour les couples, mais aussi pour les célibataires, le virus ne peut arrêter un sentiment aussi fort que l’amour.

-30-

Bas de vignette :

Amélie Trottier et Samuel Glaude sillonnent les routes de la Gaspésie à la recherche de nouveaux paysages. (Crédit Amélie Trottier)

-30-

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 4 février, 2021
  • Dernière mise à jour 4 février, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article