La tête aux idées d’Yves Danteu

La force des organismes francophones réside dans leurs membres. Certains y brillent par leur bénévolat, répondant toujours présents ou présentes aux activités, alors que d’autres créent les événements. C’est le cas d’Yves Danteu, bénévole à l’Assemblée des communautés francophones de l’Ontario de Durham-Peterborough (ACFO-DP).

_______________________

André Magny — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

Ancien analyste principal aux politiques et à la recherche dans le bureau du sous-ministre adjoint à l’Office des affaires francophones — l’actuel ministère des Affaires francophones — ce Camerounais d’origine s’est installé dans la grande région de Toronto il y a une quinzaine d’années. Il a le don de faire bouger les choses, un ou plusieurs projets à la fois !

Yves Danteu est connu dans son milieu en tant que directeur général d’Écoambassadeurs du monde, un organisme de protection de l’environnement et de conservation des ressources naturelles. Mais il apporte aussi beaucoup à sa communauté en termes de bénévolat.

«Mon action bénévole au sein de l’ACFO-DP s’exprime de manière formelle et informelle», indique-t-il. Yves Danteu participe notamment aux réflexions et aux actions d’un groupe de travail visant l’intégration réussie des familles francophones s’installant dans la région. Selon lui, le but de cette action «est de faciliter le réseautage avec d’autres familles francophones et francophiles, afin qu’elles s’adaptent le plus rapidement possible et contribuent le plus efficacement possible à la prospérité économique et sociale de la province.»

Des instances diversifiées

Yves Danteu a lancé en 2017 le programme «gouvernance inclusive». En regardant autour de lui, cet universitaire qui possède une maîtrise en études et développement international de l’Université de Genève s’est rendu compte que la diversité n’était pas légion au sein des conseils d’administration. Il y avait «un besoin avéré de personnes francophones ou bilingues pour siéger dans ces instances-là.»

«Gouvernance inclusive» offre donc aux francophones et francophiles issus de minorités visibles un programme qui leur permet de développer leurs compétences et d’être en mesure, par la suite, de devenir des administrateurs et administratrices efficaces.

Jusqu’à maintenant, le programme a formé 25 personnes issues de 11 pays, dont certaines ont été référées par l’ACFO-DP. Chacune de ces personnes a suivi six ateliers, pour un total de 24 heures de formation.

Au décompte de juillet dernier, les finissants du programme occupaient 55 sièges au sein de diverses instances. Celles-ci incluent des organismes sans but lucratif tant francophones qu’anglophones et des organismes municipaux, provinciaux et fédéraux. Certains siègent au sein de plusieurs instances. Yves Danteu et des membres d’un groupe de travail mis sur pied s’affairent actuellement à apporter certaines modifications au programme.

Été chaud en vue

À l’aube de 2020, celui qui est aussi membre de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) caresse le souhait de mettre sur pied d’un camp d’été bilingue, si possible, dès juillet prochain. M. Danteu explique que dans la région de Durham-Peterborough, les conseils scolaires anglophones publics et catholiques sont actuellement débordés par les nombreuses demandes pour des classes d’immersion.

Il a donc mis sur pied un comité de travail, composé de quatre personnes, qui se penchent sur la planification et le montage du projet.

«Pour répondre adéquatement aux différents besoins de cette communauté grandissante de francophiles, nous avons imaginé un concept innovant de camp d’été bilingue. On voudrait qu’il intensifie, dans une atmosphère ludique et via une approche active, l’identité francophone chez les jeunes pour en faire des ambassadeurs de la francophonie dans les communautés anglophones.»

Coprésident du conseil de parents de l’école Ronald-Marion à Pickering, Yves Danteu a bien voulu lever le voile sur ce projet. «J’aimerais que ce soit un camp d’été innovant.» Sans doute tourné vers l’environnement. «Le terrain est trouvé. Reste le financement. On attend une réponse du gouvernement provincial.»

Il souhaite que l’accent soit mis sur des activités qui préparent et facilitent l’épanouissement scolaire et social des campeurs et campeuses. «En somme, l’objectif sera de montrer aux plus jeunes que la réussite scolaire et les défis des professions du futur demandent une combinaison de plusieurs habiletés et expériences.»

Pourquoi un camp bilingue en Ontario ? En fait, pourquoi toutes ces idées ? «Nous voulons créer ou renforcer un sentiment d’appartenance. Bâtir une identité francophone forte.» Selon lui, de tels projets et un tel engagement permettent de construire «une communauté francophone viable autour des communautés scolaires de Durham-Peterborough, le plus grand vivier de francophones et de francophiles de la région.»

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlontario@gmail.com.

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 13 décembre, 2019
  • Dernière mise à jour 13 décembre, 2019
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article