IJL - Ouest

La Société franco-canadienne de Calgary a fêté ses 50 ans

Ce dimanche 2 février, la Société franco-canadienne de Calgary (SFCC) a célébré son 50e anniversaire à l’église Sainte-Famille. Près de 170 personnes étaient présentes d’après les organisateurs. L’occasion de bien manger, de se remémorer les partenariats du passé et de créer ceux du futur.

________________________________________

Geoffrey Gaye

Initiative de journalisme local – APF - Ouest

« On avait prévu environ 150 personnes et finalement on en a eu 170 », annonce fièrement Inouk Touzin, président de la SFCC. Une bonne nouvelle pour « l’association pionnière de la francophonie à Calgary », comme elle se décrit elle-même.

La journée a commencé par la célébration d’une messe. « Étant donné que c’était le premier évènement pour célébrer les 50 ans, on voulait faire ça traditionnel », explique M. Touzin. C’est le prêtre de la paroisse Sainte-Famille, Noël Farman, qui a officié.

« Il y a une grande proximité depuis longtemps entre la paroisse Sainte-Famille et la Société franco-canadienne de Calgary. Nous avons, par exemple, beaucoup de bénévoles en commun », souligne le président de la SFCC.

D’ailleurs, une visite du sous-sol de la paroisse a suivi la messe. L’occasion de se remémorer « les centaines d'événements pour réunir la francophonie qui s’y sont tenus ces 50 dernières années. »

C’est l’heure du repas ! Les chevaliers de Colomb, avec qui la SFCC dit entretenir de vieilles relations, ont préparé les plats : du pâté au poulet, des légumes, de la salade, et un gâteau. Un repas divin puisque « Monseigneur Noël Farman, le dirigeant spirituel de la paroisse, a fait le bénédicité du repas. C’est lui qui donnait les assiettes aux invités avec un grand sourire », raconte Inouk Touzin.

« On célébrait les associations, les partenariats »

Après le dîner, les célébrations d’anniversaire ont été officiellement lancées avec « un jus d’honneur ». Plusieurs personnes ont pris la parole, dont le président actuel, d’anciens directeurs ou encore d’anciens étudiants ayant bénéficié de la bourse de l’organisme.

« On a rappelé ce qui a fait le succès de l’association. J’ai fait un appel au passé, au présent, et à l’avenir. J’ai invité les gens à donner leurs avis sur l’avenir de la société, car j’estime que 50 ans, c’est un bon moment pour envisager d’entreprendre de nouveaux projets », dit Inouk Touzin.

Un concert de la chorale Voix des rocheuses s’est tenu durant 45 minutes. « On célébrait les associations, les partenariats. Dans les années 80, la société souhaitait voir émerger une chorale francophone et avait pensé à en créer une. Finalement tout s’était effondré, quand la Voix des Rocheuses s’était créée indépendamment. On les a toujours soutenus par la suite ».

Le président de l’association tient à souligner la présence de Raphaël Oulaï, président de l’association ivoirienne de Calgary, aux célébrations. « C’était la première fois qu’il y avait un rapprochement entre nos deux associations. Un des messages que l’on diffuse c’est que la société c’est vraiment pour tout le monde. On aimerait voir un intérêt de toute la communauté francophone pour élargir la discussion. Aujourd’hui, nos membres sont plus âgés et donc c’est important de renouveler le dialogue avec les générations car nous sommes beaucoup basés sur le bénévolat. Donc, un message d’ouverture et d’accueil ! ».

-30-

 

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 4 février, 2020
  • Dernière mise à jour 4 février, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article