La sécurité : une priorité, aussi sur les routes du Yukon

Le médecin hygiéniste en chef a récemment publié un rapport sur la conduite au Yukon. Les collisions sur les routes sont l’une des premières causes de mortalité évitable du territoire.
_______
Marie Mounier
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

Malgré une densité de population moindre par rapport au reste du Canada, le Yukon se place au deuxième rang au pays pour les taux de blessures et de mortalité par habitant causés par des accidents de la route. En effet, entre 2011 et 2015, 3 789 collisions de véhicules ont été rapportées par la Gendarmerie royale du Canada, dont 19,7 % ont causé des blessures.

L’inattention et la distraction au volant restent les facteurs causant les blessures les plus importantes, suivis de près par la conduite avec facultés affaiblies. Ce sont les jeunes de 15 à 24 ans qui sont les plus touchés.

Face à cette réalité inquiétante et à des chiffres alarmants, le Dr Brendan Hanley, médecin hygiéniste en chef du Yukon, a fait, dans son rapport, une liste de sept recommandations variées et précises afin de diminuer les risques sur les routes du Yukon. « J’espère que ce rapport lancera un important débat en vue de réduire les blessures dues aux collisions de véhicules automobiles dans notre territoire », affirme-t-il.

Sept recommandations pour la sécurité routière

C’est en s’appuyant sur des données précises de Transports Canada que le Dr Hanley souhaite trouver des solutions efficaces. Entre autres, il suggère de mettre en place un partenariat plurisectoriel responsable afin de développer les infrastructures, mais aussi de sensibiliser les différents usagers aux risques de la conduite.

Le rapport met ainsi de l’avant l’importance d’une éducation appuyée sur les effets de la drogue et de l’alcool auprès des jeunes. Le médecin en chef propose aussi de renforcer la législation et le contrôle sur les routes. Il encourage également l’utilisation des technologies et la modernisation de l’ingénierie du transport, comme l’installation de radars, de caméras au niveau des intersections ou encore des panneaux de vitesse. Tout ça, dans le but de limiter les erreurs humaines et de protéger les plus vulnérables.

Sur la route, chacun est responsable

Si le Dr Hanley souhaitait souligner la dangerosité de la route dans son rapport, il espère surtout que des changements seront opérés. Il appelle à un meilleur entretien des véhicules ainsi qu’à une plus grande prudence et responsabilité de la part des conducteurs.

Le rapport suggère un renforcement des contraventions et une implication de la Gendarmerie royale du Canada. Le surveillant général de la GRC de Whitehorse, Chan Daktari Dara, explique d’ailleurs : « Nous travaillons de concert avec le gouvernement qui révise actuellement le code la route yukonnais afin d’en améliorer la sécurité ».

Depuis deux ans, une unité spécialisée a été mise en place afin de contrôler les 4000 kilomètres de route du Yukon. Le gouvernement, quant à lui, développe une stratégie sur la sécurité à travers le territoire et se concentre sur la vitesse, les comportements à risques et les conducteurs vulnérables. Ryan Parry, assistant directeur des services de transports, conclut : « Le gouvernement souhaite véritablement que les Yukonnais fassent les bons choix, pour eux et pour les autres, afin que chacun puisse rentrer chez soi en toute sécurité ».

-30-

Photo
Crédit : Marie Mounier
Légende
La Alaska Highway, malgré sa splendeur, est l'une des routes les plus mortelles du Yukon.

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 26 mai, 2020
  • Dernière mise à jour 22 mai, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article