La santé mentale en priorité pour les jeunes

Pour soutenir les élèves et les familles du territoire, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (TNO) a décidé d’augmenter l’offre des services en santé mentale.
_______
Jennifer Gravel
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

L’Administration des services de santé et des services sociaux (ASTNO) annonçait, le 18 février dernier, l’ajout de postes de conseillers en santé mentale pour son programme de soins à l’enfance et à la jeunesse.

C’est lors d’une rencontre d’information à l’école St. Joseph à Yellowknife, où une trentaine de parents et de professionnels de l’éducation étaient présents, que la nouvelle a été annoncée. Au total, 49 postes ont été créés « pour améliorer le soutien en santé mentale », comme l’a expliqué durant la rencontre Andrea Brown, Directrice territoriale pour les services de santé mentale et de toxicomanie de l’ASTNO.

Plus que nécessaire

Le développement d’un tel programme est important pour les jeunes du territoire. Dans les TNO, on observe une baisse alarmante de la santé mentale chez les adolescents et les taux de suicides sont encore très élevés dans le Nord.

Comme l’a démontré un sondage rempli par environ 130 jeunes autochtones à travers le territoire, plusieurs d’entre eux aimeraient avoir accès à de meilleurs services en santé mentale pour les aider avec les traumatismes qui ont un impact sur leur apprentissage à l’école. C’est d’ailleurs en réponse à la demande générale que les postes ont été créés.

La décision d’augmenter l’offre des services est aussi due au manque d’action en santé mentale des années précédentes. En février dernier, un rapport sur l’éducation illustrait plusieurs données sur la qualité de l’éducation offerte au public. De nombreuses recommandations de 2018 n’ont jamais été implantées, ce qui explique la demande importante en santé mentale.

En augmentant l’accès à des services de psychologie pour les jeunes, l’ASTNO espère diminuer les taux élevés de suicides et de maladies mentales chez ceux-ci. L’ajout de professionnels qualifiés dans les établissements scolaires aura des impacts directs, non seulement sur le bien-être mais aussi sur l’apprentissage des jeunes en détresse. Le taux de réussite scolaire et d’obtention du diplôme devrait en voir des résultats positifs.

Plusieurs défis persistent

Le recrutement pour combler les 49 nouveaux postes est déjà débuté, mais comprendra tout de même son lot de défis. C’est l’ASTNO qui embauchera les professionnels et qui les supervisera, pour assurer qu’ils fournissent un soutien constant et de qualité aux élèves à travers les TNO. La rétention de ces professionnels est un autre enjeu qui pourrait nuire à la réussite du programme.

Malgré tout, plusieurs écoles sont optimistes. De nombreuses institutions scolaires n’ont pas les moyens d’embaucher des professionnels en santé mentale pour venir en aide à leurs élèves. C’est donc un programme qui se voit complémentaire pour certaines écoles et nécessaires pour d’autres.

Le programme de soins à l’enfance et à la jeunesse débutera officiellement dans la région de North Slave pour l’année scolaire 2020-2021 et dans la région de South Slave l’année suivante.

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlterritoires@gmail.com

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 5 mars, 2020
  • Dernière mise à jour 5 mars, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article